Gwyneth Paltrow, Jennifer Aniston, Hugh Jackman, Delphine Wespiser… de très nombreuses stars ont adopté le jeûne, assurant qu’il leur permettait de garder la ligne et de se sentir mieux dans leur corps. Cela ne semble pas être le seul bénéfice de cette pratique. Une étude, menée par des chercheurs de l'Université de la Colombie-Britannique et parue dans la revue PLOS Pathogens le 5 août 2021, suggère qu’elle protège des intoxications alimentaires.

Intoxication alimentaire : moins de symptômes avec le jeûne

Les scientifiques sont parvenus à la conclusion que jeûner avant et pendant une exposition une salmonelle réduit les risques de développer une intoxication alimentaire après avoir observé des souris infectées. Lors de cette expérience, des rongeurs ont été privés de nourritures solides sur une durée de 48 heuresn avant et pendant une infection orale avec la bactérie Salmonella enterica serotype Typhimurium. Cet agent pathogène provoque entre autres la salmonellose chez l'homme.

Les souris qui jeûnaient, ont présenté moins de signes d'infection bactérienne par rapport à celles qui étaient nourries. L’équipe a entre autres remarqué qu’elles n'avaient presque plus aucun dommage et inflammation au niveau des tissus intestinaux. En revanche, lorsque les animaux à jeun ont été réalimentés pendant une journée, une augmentation spectaculaire du nombre de Salmonella était observée, bien que l'infection soit toujours atténuée par rapport à la normale.

L’effet bénéfique du jeûne n’était vérifié que si les animaux avaient été infectés par voie orale. Les symptômes n’étaient pas moins importants chez ceux mis en contact avec la bactérie par voie intraveineuse. Il est précisé dans l’article scientifique : "les analyses des microbiomes des souris ont montré des changements significatifs associés au jeûne et à la protection contre les infections".

Restriction calorique : son effet bénéfique ne se limite pas à la Salmonella

Les chercheurs canadiens précisent dans leur étude que des résultats similaires ont été enregistrés avec la bactérie Campylobacter jejuni, responsable de la campylobactériose. Cette maladie également d’origine alimentaire a des symptômes proches de la grippe intestinale (diarrhée, douleurs abdominales, fièvre, nausées…). Ils apparaissent généralement 2 à 5 jours après l’infection, et durent jusqu'à dix jours.

"Ces données suggèrent que le jeûne thérapeutique ou la restriction calorique a le potentiel d’agir de manière bénéfique sur les maladies gastro-intestinales infectieuses et potentiellement non infectieuses", estiment les experts. Ils ajoutent ensuite : "Notre recherche met en évidence le rôle important que joue la nourriture dans la régulation des interactions entre l'hôte, les agents pathogènes entériques et le microbiome intestinal. Lorsque la nourriture est limitée, le microbiome semble séquestrer les nutriments qui restent, empêchant les agents pathogènes d'acquérir l'énergie dont ils ont besoin pour infecter l'hôte".

L’équipe reconnaît que des travaux supplémentaires sont nécessaires pour confirmer leur découverte, mais elle estime que “le jeûne ou l'ajustement de l'apport alimentaire pourraient être exploités à des fins thérapeutiques pour soigner les maladies infectieuses à l'avenir”.

Sources

https://journals.plos.org/plospathogens/article?id=10.1371/journal.ppat.1009719

https://www.eurekalert.org/news-releases/923878

https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/campylobacteriose

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.