Sommaire

© Istock

Après 50 ans, environ la moitié de la population souffre de brûlures d'estomac. Ces dernières se caractérisent par une sensation d'acidité douloureuse, localisée au niveau de la partie supérieure gauche de l'abdomen, qui peut irradier derrière le sternum ou dans la gorge. Elles se manifestent principalement après les repas, et peuvent s'amplifier en position allongée ou lorsqu'on se penche en avant. Généralement bénignes, elles doivent faire l'objet d'une consultation médicale si elles surviennent de façon trop fréquente.

Les brûlures d'estomac s'accompagnent parfois de reflux gastro-œsophagien (RGO), également appelé remontées acides. Il s'agit de la remontée d'une partie du contenu gastrique dans l'œsophage, qui laissent une sensation de brûlure acide dans la gorge. Lorsque ce phénomène survient de façon très fréquente et prolongée dans le temps, "il peut être à l'origine d'une inflammation de la de la muqueuse œsophagienne appelée œsophagite", explique le site de l'Assurance maladie.

L'alimentation : un facteur de risque de brûlures d'estomac

Parmi les facteurs qui favorisent les brûlures d'estomac, l'alimentation arrive en top position. En effet, plusieurs catégories d'aliments peuvent contribuer à l'apparition de ces douleurs chez les personnes qui ont tendance à y être sujettes : les éviter permet donc de limiter ce trouble. Nous en faisons la liste dans les pages suivantes.

La prise de certains médicaments, le tabagisme, la consommation d'alcool, le surpoids et l'obésité, certaines positions ou encore le port de vêtements serrées constituent aussi des facteurs de risque de brûlures d'estomac et de remontées acides.

À l'inverse, d'autres aliments sont particulièrement conseillés en cas de brûlures d'estomac fréquentes et de RGO. On peut citer les légumes cuits, les fruits qui ne sont pas trop acides, les viandes maigres, les poissons et fruits de mer, les féculents (en quantité raisonnable), les yaourts, les fromages à pâte cuite et l'eau plate.

Schéma de l'abdomen humain

Schéma de l'abdomen humain© Creative Commons

© Domaine public / Auteur : Tvanbr / Source : Wikimedia

Fuyez les aliments trop gras

La première mesure à prendre en cas de brûlure d’estomac est de diminuer la nourriture trop riche. Les matières grasses réduisent le tonus du sphincter œsophagien inférieur, le muscle qui empêche les aliments de remonter de l’estomac vers l’œsophage. C’est en effet ce reflux qui cause les brûlures d’estomac. Les graisses sont aussi plus longues à digérer et accroissent donc les risques d’aigreur.

Notre conseil : limitez les graisses saturées comme le beurre, les charcuteries, les viandes rouges, les plats en sauce ou les fritures. De même, méfiez-vous des fruits oléagineux, tels que les cacahuètes, noix, amandes...

Privilégiez les bonnes sources de protéines, faibles en gras. Par exemple la volaille sans la peau, le poisson, les légumes secs ou les yaourts allégés. Mais aussi l’huile de colza, riche en oméga 3, qui lutte contre les inflammations dues au reflux.

Menthe, oignon : n'abusez pas de ces plantes

Menthe, oignon : n'abusez pas de ces plantes© Istock

La menthe parfume les plats à merveille. Mais en cas de brûlures d’estomac, mieux vaut s’en passer. Cette plante contient en effet des acides dits "volatils" qui détendent le passage entre l’œsophage et l’estomac. Laissant la voie libre au reflux gastro-œsophagien (RGO). Évitez également les bonbons, boissons ou sauces à la menthe. Les chewing-gums ont en plus l’inconvénient de faire rentrer de l’air dans l’estomac.

Notre conseil : consommez de la menthe une fois par semaine, selon la tolérance. Pensez au persil, à la coriandre et au thym, moins agressifs pour l’estomac.

Freinez votre consommation d’oignon

L’oignon appartient à la classe des aliments fermentescibles. Autrement dit, il fermente dans l’intestin. Conséquence : il diminue la résistance du muscle qui barre la route des remontées acides. La consommation d’oignon favorise ainsi les brûlures d’estomac et les douleurs dans l’œsophage.

Notre conseil : les oignons cuits sont plus digestes. Mais n’en prenez pas plus d’une à deux fois par semaine. Vous pouvez utiliser en remplacement de l’échalote, peu fermentescible.

Agrumes, tomates : des fruits à risque

Agrumes, tomates : des fruits à risque© IstockOrange, pamplemousse, citron : autant de fruits à modérer si vous souffrez de brûlures d’estomac. Leur goût acide peut irriter l’œsophage. De plus, ils stimulent les secrétions digestives dans l’organisme. Le contenu de l’estomac devient plus acide et risque de brûler les parois du tube digestif.

Notre conseil : il ne faut pas arrêter de consommer des agrumes. Ils apportent de nombreux bienfaits. Mais limitez-vous à un agrume par jour, selon votre tolérance. Vous pouvez également vous tourner vers d’autres fruits comme la banane, la poire, l’abricot ou la pêche, plus digestes.

La tomate peut favoriser le reflux acide

La tomate peut poser problème aux personnes souffrant d’aigreurs d’estomac. Sa saveur acide irrite les muqueuses altérées par les reflux. En cas de brûlures d’estomac, mieux vaut consommer les tomates pelées et épépinées. Les parties les moins digestes du fruit restent en effet la peau et les graines.

Notre conseil : ne limitez la consommation de tomates qu’en fonction de votre tolérance. Elles restent très intéressantes pour la santé grâce à leurs apports en antioxydants notamment. La consommation de fruits et légumes s’avère indispensable pour fortifier la muqueuse de l’œsophage.

Gare aux plats épicés

Gare aux plats épicés© Istock

Curry, piments, poivrons : modérez vos ardeurs. Les plats épicés ne font pas bon ménage avec les brûlures d’estomac. Ils irritent en effet l’œsophage et activent la production de sucs gastriques. Résultat : l’acidité augmente dans l’estomac. Et les risques de reflux gastro-œsophagien (RGO) par la même occasion.

Notre conseil : évitez de consommer les épices qui brûlent la bouche. Troquez-les contre des fines herbes. Vous pouvez par exemple utiliser de la ciboulette et du persil. Certaines épices douces restent consommables, comme le curcuma. Il dispose d’un puissant effet anti-inflammatoire. Et ne salez pas trop vos plats. Le sel semble aussi augmenter les reflux.

Évitez le chocolat, le café et le thé

Évitez le chocolat, le café et le thé© Istock

Le point commun entre le chocolat, le café et le thé : les méthylxanthines. Sous ce nom barbare se cachent des substances relaxantes pour les muscles. Elles diminuent l’efficacité du clapet qui empêche le reflux gastro-œsophagien (RGO). Il faut donc éviter de consommer trop d’aliments contenant des méthylxanthines en cas de brûlures d’estomac. Autre mauvais point pour le café : il augmente le stress, facteur de RGO.

Notre conseil : privilégiez le chocolat noir au chocolat au lait. Préférez les chicorées et tisanes douces au café et au thé. Quant au lait, il vaut mieux l’éviter aussi. S’il peut soulager temporairement, il augmente la sécrétion gastrique et donc l’acidité sur le long terme.

Alcool et sodas aggravent les brûlures d’estomac

Alcool et sodas aggravent les brûlures d’estomac© Istock

Ne jetez pas de l’huile sur le feu. En cas de brûlures d’estomac, limitez votre consommation d’alcool. Les vins, spiritueux et autres liqueurs favorisent la sécrétion gastrique et donc l’acidité. Ce qui aggrave l’irritation de l’œsophage lors du reflux. L’alcool a aussi tendance à détendre le sphincter œsophagien inférieur.

Notre conseil : le vin blanc et la bière provoquent plus de reflux que le vin rouge. La raison : ils abaissent davantage la tonicité du sphincter. Ne dépassez pas 2 verres par jour pour l’homme, 1 verre chez la femme. Après cette limite, préférez l’eau et les cocktails sans alcool.

Sodas : des boissons à proscrire

Laissez les sodas au placard. Ces boissons gazeuses augmentent la quantité d’air dans l’estomac. Résultat : celui-ci se remplit davantage et fait pression sur le muscle qui protège l’œsophage du reflux acide. Ce sas de sûreté risque alors de s’ouvrir à tout moment. Autre inconvénient : les sodas contiennent des minéraux acidifiants pour l’organisme.

Notre conseil : la consommation de ces boissons doit rester occasionnelle. Substituez aux sodas de l’eau en priorité ou des jus de fruits peu acides, comme le jus d’ananas.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Treatment of eosinophilic esopagitis with specific food elimination diet, American College of Allergy, Asthma and Immunology, Etats-Unis.

Colonic fermentation and proximal gastric tone in humans, Centre hospitalier universitaire de Nantes, France.

Inhibitory effect of coffee on lower esophageal sphincter pressure, Gastroenterology.

The effect of raw onions on acid reflux and reflux symptoms, The American Journal of Gastroenterology. 

Reflux gastro-œsophagien (RGO) de l’adulte : définition, symptômes et causes, Ameli.fr, 29 janvier 2020.

Brûlures d’estomac et RGO, Vidal - EurekaSante, 2 mars 2020. 

L'alimentation : une alliée en cas de brûlures d'estomac et de reflux gastriques, brulures-estomac-info.fr

Voir plus

Vidéo : Cancer de l'estomac : pourquoi éviter ces aliments !

mots-clés : Anti-inflammatoire
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.