Sommaire

Le 19 septembre, une femme enceinte a rejeté un ver de 20 cm qui s'est développé dans son organisme. Cette dernière est arrivée juste à temps au CHU de Nantes avant de vomir ce lombric.

Nantes : un ver encore vivant

"Panique aux urgences. Voici ce qu’a vomi une femme enceinte. Comme il bougeait encore, on l’a prudemment laissé dans sa bouteille", a posté le Dr Éric Batard, chef des urgences du CHU de Nantes, sur son compte Twitter.

Ce petit hôte n’est autre qu’un Ascaris lumbricoles selon Presse Océan.

"Il fait partie de ce que l’on appelle les nématodes qui sont des vers solitaires ronds de couleur rosée. Ces parasites, qui peuvent mesurer jusqu’à 25 cm au stade adulte, vivent parfois par centaines dans notre tube digestif. La longévité de ce ver strictement humain peut atteindre 16 à 18 mois", explique le Dr Florent Morio du CHU de Nantes, interviewé par Ouest France.

Ascaris lumbricoles : comment se retrouve-t-il dans notre organisme ?

Selon le docteur Morio, spécialiste en parasitologie, il suffit de boire de l’eau ou de manger des aliments infectés par les œufs pour que la larve se développe dans notre corps. La contamination de cette petite bestiole s’effectue via les œufs du parasite émis dans les selles par les vers adultes. Ils vivent dans le tube digestif de l’homme où ils se nourrissent des restes alimentaires.

Une femelle est capable de pondre 200 000 œufs par jour ! Ces œufs doivent subir une étape de maturation indispensable, dans le milieu extérieur, avant de devenir contaminants, ajoute l’expert.

Toujours selon le docteur Morio, la larve extraite de l’œuf va migrer vers la paroi intestinale et gagner le foie en quelques jours. Ensuite, elle va se diriger vers les poumons en passant par la circulation sanguine avant de traverser la paroi de ces organes. Pour finir, elle va être avalée et va regagner le tube digestif. La migration de cette larve peut durer au moins 2 mois.

Autre point à retenir : l’infection passe inaperçue. Néanmoins, elle peut se manifester par des diarrhées ou encore des douleurs abdominales comme c'était le cas de la femme enceinte.

Attention, la présence d’un ver adulte dans votre organisme peut entraîner une occlusion voire une perforation intestinale. Toutefois, ces complications restent exceptionnelles.

Un ver qui provient des zones tropicales

Il est très rare de rencontrer ce ver dans notre pays. En effet, selon le docteur, "Si on estime le nombre de patients infectés à plusieurs centaines de millions dans le monde, le fléau touche principalement les zones tropicales. Les cas identifiés en France sont typiquement liés à des séjours à l’étranger."

Ascaridiose : qu’est-ce que c’est ?

Ascaridiose : qu’est-ce que c’est ?© Istock

L’ascaridiose est une maladie due à un parasite appelé l’ascaris. Cette parasitose n’atteint que l’Homme. Très fréquente dans les zones tropicales, sa propagation est favorisée par la chaleur et l’humidité. Généralement, les personnes dans les pays tempérés sont faiblement contaminées. Le plus souvent, ce sont les enfants âgés de 4 à 14 ans qui sont infestés.

Ascaridiose : les symptômes à connaître

D'après le site Améli.fr, lorsqu’une personne est contaminée par un petit nombre de vers, les symptômes sont minimes. Cependant, en cas de parasitisme important, ils peuvent évoluer en fonction du stade du développement de l’ascaris :

  • lorsque les larves migrent du foie vers les poumons et la trachée, une réaction allergique est responsable de l’apparition d’une toux sèche. Il est possible qu’elle soit accompagnée de crachats clairs et d'une fièvre modérée ;
  • lorsque les ascaris adultes séjournent dans le tube digestif, le malade peut présenter des troubles digestifs (nausées, manque d’appétit, diarrhée, douleurs abdominales ou encore une digestion difficile).

Par ailleurs, en cas de contamination massive et prolongée, des complications rares sont vites arrivées. Elles sont dues à une accumulation de vers adultes :

  • dans l’intestin : provoquant une occlusion intestinale ;
  • dans l’appendice : déclenchant une appendicite ;
  • dans les canaux biliaires du foie : provoquant une colique hépatique ou une cholécystite aiguë ;
  • dans le pancréas : éveille une pancréatite.

Ascaridiose : les traitements possibles

Ascaridiose : les traitements possibles© Istock

Après que le médecin ait établi un diagnostic, un traitement adapté sera prescrit au patient. Des médicaments tels que l’albendazole, le flubendazole ou le pamoate de pyrantel sont efficaces pour soigner le malade.

Ces antiparasitaires, actifs dans l’intestin, sont généralement prescrits pendant 3 jours.

Comment prévenir la maladie ?

La prévention est bien souvent la meilleure solution pour éviter d'attraper un ver et de développer une ascaridiose. Les mesures préventives reposent principalement sur de meilleures habitudes alimentaires et corporelles au cours d'un voyage exotique. Voici les quelques précautions à suivre :

  • un lavage des mains régulier avec du savon et de l’eau ou avec une solution hydroalcoolique est nécessaire ;
  • la consommation de glaçon est à bannir ;
  • avaler l’eau des piscines, d’un lac ou d’une eau stagnante est fortement déconseillé ;
  • manger des crudités, des plats réchauffés et du jus de fruit frais lors d’un voyage en zone chaude et humide est à éviter.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Insolite. À Nantes, une patiente vomit un ver de 20 cm aux urgences - Ouest France - 25 septembre 2020

Le traitement de l'ascaridiose - Améli - 08 janvier 2020

Contamination, symptômes et diagnostic de l'ascaridiose - Ameli - 08 janvier 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.