Sommaire

En pleine pandémie, les gels hydroalcooliques font l’objet de toutes les attentions. Ce produit est utilisé pour l’hygiène des mains, lorsqu’il n’est pas possible de les laver à l’eau et au savon. Il possède des effets bactéricides, virucides et fongicides, mais ne nettoie pas les saletés. L’OMS recommande ce produit pour lutter contre la prolifération du Covid-19.

Néanmoins, attention. Si son efficacité est avérée, il ne faut pour autant pas en abuser. Plusieurs médecins mettent en garde contre les potentiels dangers du gel hydroalcoolique. Lésions oculaires, photosensibilité, brûlures, perturbateurs endocriniens… Les risques ne sont pas des moindres.

Dernièrement, le Dr Andrew Kemp, chef du conseil scientifique de l’Institut britannique des sciences du nettoyage (BICS), fait état dans la presse britannique du risque d’émergence de bactéries résistantes à cause d’un usage massif de gel hydroalcoolique. Avant son interview dans le Daily Express le 30 août, le docteur avait déjà publié une étude à ce sujet dans l’American Journal of Biomedical Science and Research.

Gel hydroalcoolique : il est susceptible d’augmenter le nombre de bactéries sur la peau

"Les gels contenant de l’alcool ont la capacité non seulement d’augmenter le nombre de bactéries sur la peau mais aussi de modifier de manière significative les espèces de bactéries qui colonisent la peau" explique le Dr Kemp.

En réalité, l’alcool contenu dans le gel va tuer quasiment toutes les bactéries, sauf celles qui possèdent la capacité génétique de résister à cette substance. Et, lorsque l’usage est répété, ces "bactéries résistantes" auront la possibilité de se multiplier aisément en utilisant la place laissée libre par les bactéries neutralisées par l’alcool.

Aujourd’hui, l’expert redoute que le combat contre le Covid-19 découle sur un autre problème sanitaire : celle des bactéries résistantes aux gels nettoyants.

Sachez également que les gels ne sont pas efficaces à 100%. En réalité, si un gel précise tuer 99,9% des bactéries, cela signifie qu’il tue "99,9 % des espèces bactériennes contre lesquelles il a été testé" note le Dr Kemp. Cette nuance est importante.

"Il peut y avoir plus d'un million de bactéries sur vos mains à tout moment, en laissant 10 000 en vie après la désinfection", alerte le médecin.

"Notre utilisation habituelle de gels pourrait en fin de compte nous causer plus de mal que de bien"

Selon les propos d’Andrew Kemp, "la résistance aux désinfectants est inextricablement liée à la résistance aux antibiotiques chez certaines espèces bactériennes pathogènes".

Concrètement, le nombre de maladies bactériennes risque d’augmenter et il sera plus difficile de les soigner. "Cela signifie que notre utilisation habituelle de gels pourrait en fin de compte nous causer plus de mal que de bien" s’inquiète le spécialiste.

Découvrez pages suivantes les autres risques du gel hydroalcoolique.

Sources

Coronavirus warning: Mass use of hand gels could CREATE unstoppable superbugs - expert, Express.co.uk, 30 août 2020

Alcohol Gels: Causing More Harm Than We Thought, American Journal of Biomedical Science and Research, mars 2020

Sécurité oculaire contre les coronavirus, American Academy of Ophtalmology, 10 mars 2020

Merci au Dr Paul Dupont, dermatologue

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.