1 médecin sur 6 reconnaît qu’il fait “des erreurs quotidiennement”

Incroyable mais vrai. Dans un récent sondage, près de 17% des médecins estiment qu'ils commettent des erreurs de diagnostic chaque jour. Ce taux élevé varierait en fonction des spécialités.

Vous avez des doutes sur votre médecin ? Et bien il se pourrait que vous ayez raison. Un sondage vient de dévoiler le nombre étonnant d’erreurs que feraient quotidiennement les médecins.

Il fait suite à une étude publiée par le Journal of General Internal Medicine qui suggérait que les médecins sous-estimaient généralement le nombre d'erreurs de diagnostic effectuées sur leurs patients.

Des erreurs de diagnostic quotidiennes

Pour mener à bien ce sondage, 633 médecins et 118 infirmières ont participé.

Selon les chercheurs, les pédiatres étaient moins susceptibles de commettre quotidiennement des erreurs (11%), et les médecins travaillant aux urgences étaient les plus susceptibles (26%).

Les médecins de famille (18%), ceux généralistes (22%) et les internes (15%) se situaient dans la moyenne.

Quant aux infirmières et assistants médicaux (17%), ils ont estimé avoir commis quotidiennement des erreurs de diagnostic.

Des chercheurs de la faculté de médecine de l’Université Johns Hopkins de Baltimore ont également mené une enquête auprès de neufs autres médecins afin de confirmer les résultats précédents et de mieux cerner les incertitudes et les erreurs de diagnostic.

La plupart de ces médecins pensaient que les erreurs de diagnostic étaient rares (une fois par mois ou moins), alors qu’en réalité la moitié d'entre eux ont déclaré ressentir, chaque jour, une incertitude relative au diagnostic.

Une infirmière a souhaité rappeler “qu'il était important de faire la distinction entre des diagnostics incorrects et des incertitudes”. Le premier terme représente en effet une erreur médicale pouvant s'avérer grave pour la santé du patient, alors que le second terme induit juste une notion de doute.

Par ailleurs, les résultats du sondage ont montré que les infirmières et les assistants médicaux avaient des taux d'incertitude de diagnostic légèrement supérieurs à ceux des médecins.

Et pour ce qu'il en est du genre, les taux d'incertitude des hommes et des femmes étaient similaires.

Plusieurs facteurs expliquent ces erreurs médicales

Les médecins, les infirmières praticiennes et les assistants des médecins ont déclaré que plusieurs raisons pouvaient expliquer ces erreurs de diagnostic.

La première est le manque de “feedback” sur l'exactitude du diagnostic. (38% des médecins et 44% des infirmières/assistantes médicales ont cité ce problème comme raison principale).

Le deuxième facteur est lié aux contraintes de temps, énumérées par 37% des médecins et 47% des infirmières praticiennes et des assistantes médicales.

Pour rappel, lors d’une visite chez le médecin, l’objectif principal du corps médical est "de réaliser un examen de dépistage afin d’éliminer rapidement les états d’urgence (AVC, infarctus...etc)”, a déclaré un médecin interne. “Mais il est normal de ne pas toujours cerner la physiologie humaine. Ne pas réaliser un diagnostic dans un certain délai ne signifie pas forcément qu’une erreur va arriver”, a-t-il ajouté.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.