Après deux ablations des seins et une chimio, elle apprend qu’elle ne souffrait pas d’un cancer

Après avoir suivi un traitement extrêmement lourd pour un cancer du sein, suivi d’importants effets secondaires, une anglaise de 28 ans a découvert que les médecins s’étaient trompés de diagnostic.

Les erreurs de diagnostic peuvent avoir des conséquences dramatiques. Une jeune anglaise a subi une chimiothérapie, deux mastectomies et plusieurs opérations… Pour rien. Elle a en effet découvert, après ce lourd traitement, qu’elle n’avait pas du tout de cancer du sein.

Cette erreur de diagnostic a été un véritable “traumatisme”

Sarah Boyle, une jeune maman de 28 ans, a été diagnostiquée d’un cancer du sein triple-négatif par le University Hospitals of North Midlands NHS Trust en 2016, alors qu’elle rencontrait des difficultés pour allaiter son bébé. Pour aboutir à cette conclusion, les médecins avaient pratiqué une biopsie et un scanner. Depuis, le quotidien a été “incroyablement difficile” pour elle et son mari.

“Apprendre que j’avais un cancer était horrible, mais passer par tous les traitements et la chirurgie pour ensuite m’entendre dire que ce n’était pas nécessaire a été un véritable traumatisme”, raconte la jeune femme.

À cause du traitement, elle n’a pas été en mesure d’allaiter son deuxième enfant, âgé de sept mois à présent, et continue de subir de nombreux effets secondaires. Sarah dit également être très inquiète quant à sa santé future et aux éventuelles complications qu’elle encourt, notamment le fait de “véritablement développer un cancer”. En effet, les implants mammaires utilisés pour sa chirurgie réparatrice sont susceptibles d’augmenter ses risques.

Une “erreur humaine” qui a coûté très cher à la jeune femme

À l’origine de ce mauvais diagnostic, une erreur des médecins au moment de rédiger le compte-rendu de sa biopsie. “En fin de compte, le rapport de biopsie erroné était une erreur humaine”, a déclaré un porte-parole de l’hôpital.

L’établissement a présenté des “excuses sans réserve” à Mme Boyle, en soulignant qu’il “comprenait à quel point cela avait été dévastateur”. L’administration a d’ailleurs assuré que tous les diagnostics de cancer invasif étaient désormais examinés par un deuxième pathologiste.

Sarah Boyle a décidé de poursuivre l’hôpital en justice

Sarah Boyle a chargé des avocats spécialistes de la négligence médicale d’enquêter sur cette affaire, au sein du cabinet Irwin Mitchell. Ces derniers sont parvenus à obtenir une reconnaissance de responsabilité de la part de l’hôpital.

“Même si rien ne pourra changer ce que j’ai traversé, j’ai vraiment besoin de réponses quant aux dispositifs mis en place pour être sûrs que personne ne connaîtra la même souffrance que moi”.

L’avocate de la jeune femme dénonce “une affaire vraiment choquante”

Selon Me Sharples, son avocate, “il s’agit d’une affaire vraiment choquante, dans laquelle une jeune mère a été confrontée à des nouvelles bouleversantes et à une période de traitement exténuante, pour finalement apprendre que ce n’était pas nécessaire”.

“Bien que nous nous réjouissons de ce que le NHS Trust ait reconnu ses erreurs évidentes, nous ne savons toujours pas si des améliorations ont bien été mises en place pour empêcher qu’une telle situation se reproduise”, ajoute la juriste. “Nous sommes également profondément préoccupés par les informations concernant le type d’implants octroyés à Sarah, qui sont soupçonnés d’avoir un lien avec une rare forme de cancer”.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.