Le déficit en oméga 3 chez les femmes enceintes peut provoquer des troubles du développement neurologique de leur bébé. C’est ce qu’il ressort d’une étude menée par des chercheurs INRAE et de l’université de Bordeaux, en collaboration avec l’Inserm et deux universités canadiennes (Laval et Toronto). Publiée dans Nature Communications ce lundi 30 novembre, elle explique pourquoi une consommation insuffisante de ces acides gras par la mère durant la période périnatale est un facteur de risque pouvant entraîner des déficits cognitifs chez l’enfant, comme des troubles de la mémoire ou du langage.

Dans cette étude, les chercheurs se sont concentrés sur les cellules microgliales, qui participent à la construction des réseaux neuronaux de la mémoire. Comme le rappelle Santé Magazine, qui relaie cette étude, pendant le développement du cerveau, ces cellules "sculptent" les réseaux neuronaux en supprimant les synapses inutiles (liens de connexions entre les neurones), tout en conservant celles qui sont essentielles pour le bon fonctionnement cérébral.

Le réseau neuronal est alors mal formé

L'Inserm assure que les scientifiques ont mené leurs travaux sur des souris pour évaluer si la consommation d'oméga 3 par les femelles portant des petits avait une influence sur l’activité de ces microglies. Résultat : les apports insuffisants en oméga 3 dans l’alimentation maternelle affectent l’activité des microglies du cerveau en développement de leurs petits. Un déficit en oméga 3 chez la mère influence donc le développement comportemental des petits chez l’animal.

"Ces cellules adoptent un fonctionnement anormal et deviennent hyperphagiques, c’est-à-dire qu’elles perdent leur capacité à reconnaître les synapses qu’il faut supprimer et 'mangent' trop de synapses. Le réseau neuronal est alors mal formé, ce qui entraine des altérations de la mémoire des petits", expliquent les scientifiques.

Des études se poursuivront chez l’humain

Afin d'aller plus loin sur le lien entre apports en oméga 3 et développement du cerveau, la prochaine étape de l'étude scientifique visera à analyser le contenu de ces cellules microgliales et à tester les différentes molécules pour identifier celles responsables de cette dysfonction. Le but serait à terme de trouver comment restaurer leurs fonctions et empêcher une malformation du réseau neuronal.

"Ces travaux chez l’animal ouvrent de nouvelles perspectives de recherche et des études se poursuivront chez l’humain pour mieux comprendre les liens entre oméga 3 et développement du cerveau", assure l'Inserm dans un communiqué.

Vivre une vie professionnelle qui correspond à vos aspirations c’est possible et c'est à 0€ ! On vous dit tout ici >

Sources

Essential omega-3 fatty acids tune microglial phagocytosis of synaptic elements in the mouse developing brain, 30 novembre 2020. 

Lien entre nutrition et cerveau : comment un déficit en oméga 3 chez la mère influence le développement comportemental des petits chez l’animal, COMMUNIQUÉ – SALLE DE PRESSE INSERM, 30 novembre 2020. 

Des chercheurs découvrent un lien entre déficit en oméga 3 et mauvais développement comportemental, 1er décembre 2020. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.