Sommaire

Le cerveau est un l’un des organes les plus complexes de l’organisme. Il nous permet de penser, de bouger, d’apprendre, de ressentir, mais également de comprendre et d’interagir avec le monde qui nous entoure. Son bon fonctionnement est essentiel pour développer l’ensemble de vos potentiels.

De nombreux scientifiques se sont penchés sur ce centre de contrôle du corps humain afin de mieux le comprendre et améliorer ses performances, à l’instar du centre médical de l'Université de Rochester (USA).

Marcher booste les fonctions cognitives du cerveau

Vous avez un problème à régler ? Vous devez apprendre un texte ? Un moyen d’y parvenir serait tout simplement de déambuler. Les chercheurs du centre médical de l'Université de Rochester ont découvert que la marche aide à améliorer les performances cognitives.

Ils sont parvenus à cette conclusion après avoir surveillé l'activité cérébrale, les mouvements et le comportement de 26 jeunes en bonne santé âgés de 18 à 30 ans alors qu'ils regardaient une série d'images. Une première fois, ils étaient assis sur une chaise tandis que pour la seconde, ils marchaient sur un tapis roulant. Ils devaient cliquer sur un bouton chaque fois que l'image changeait. Si le même cliché apparaissait deux fois d’affilée, les participants ne devaient pas cliquer.

Les résultats assis étaient utilisés comme base de référence. Les scientifiques ont constaté deux comportements distincts. Si certains étaient moins performants assis, d’autres affichaient de biens meilleurs scores quand ils étaient actifs. Les données de l'électroencéphalogramme (EEG) ont montré que les 14 participants qui se sont améliorés à la tâche en marchant, affichaient des modifications de leur fonction cérébrale frontale, élément absent chez les 12 qui ne présentaient pas de meilleurs scores.

"À l'œil nu, il n'y avait aucune différence entre nos participants. Ce n'est que lorsque nous avons commencé à analyser leur comportement et leur activité cérébrale que nous avons découvert la différence surprenante dans la signature neuronale du groupe et ce qui les fait gérer différemment les processus complexes de double tâche", a expliqué Eleni Patelaki du centre médical de l'Université de Rochester (USA), responsable de l’étude publiée dans la revue scientifique Cerebral Cortex.

Marcher n’est pas la seule façon d’améliorer ses performances cognitives. D’autres moyens peuvent aussi booster l’activité du cerveau. Jean-Marie Delecroix, naturopathe, les a listés pour Medisite.

Cerveau : manger des graines germées tous les jours

"Les graines germées sont une véritable mine de vitamines, minéraux et oligo-éléments", indique Jean-Marie Delecroix. Elles sont très nourrissantes pour le cerveau, car on y trouve tous les acides aminés.

En pratique : "Dans l’idéal, il faut en consommer tous les jours, autant que possible". L'intérêt de ces graines est de les manger en phase de germination. Elles n’ont pas encore de racines et gardent donc toutes leurs propriétés bénéfiques.

Idée : " Parsemer ces graines sur les crudités, les ajouter à des purées, des gratins, des soupes, des gâteaux ou des sandwichs", conseille le naturopathe.

Respirez à fond pour mieux oxygéner le cerveau

L’oxygène est un des deux carburants de notre cerveau (avec la nourriture). C’est pourquoi il est important de bien respirer pour optimiser son fonctionnement. Cela peu paraître simple et évident, mais beaucoup de choses du quotidien comme le stress, l’angoisse ou la colère peuvent perturber la respiration et diminuer ainsi la concentration d’oxygène dans notre organisme.

En pratique : évitez la pollution. Une petite balade à la campagne fera par exemple le plus grand bien à votre cerveau. Par ailleurs, "lorsqu'on est stressé, il est fortement conseillé de bien respirer", conseille Jean-Marie Delecroix, naturopathe diplômé. Vous serez alors dans de meilleures conditions pour avoir l’esprit clair et un jugement cohérent.

Cerveau boosté : 7h de sommeil, pas moins !

Essentiel à l’organisme, le sommeil régénère le cerveau. Bien dormir améliore la concentration, l’écoute (première phase d’assimilation d’une information), et aide à avoir une meilleure mémoire. Il ne faut donc surtout pas négliger cette phase cruciale qu’est le sommeil !

En pratique : "Le cycle de sommeil nécessaire au cerveau est différent pour chaque individu", explique Jean-Marie Delecroix. Cependant, de manière générale, essayez de garder un rythme de sommeil régulier et de ne jamais descendre en dessous de 7h par nuit.

Fonctions cognitives : ne vous privez pas de sucre

Le sucre est un carburant vital au cerveau. Celui-ci utilise 60 % du glucose présent dans notre organisme. Vous ne pouvez donc pas vous en passer ! Le truc, c'est de ne pas le manger sous n’importe quelle forme. Explications : Selon les glucides ingérés, on élève plus ou moins le taux de glycémie dans le sang. C’est ce qu’on appelle l’index glycémique. En privilégiant des aliments à index glycémique trop élevé (pommes de terres frites, miel, sucre blanc raffiné), on favorise une élévation constante de la glycémie. Ce qui peut être dommageable pour le cerveau et le système cardio-vasculaire. Pour protéger votre cerveau, vous devez opter pour des aliments à index glycémique bas.

En pratique :
Manger des fruits crus tous les jours, buvez des jus de pommes, de poires ou encore utiliser le sirop d’érable. Par ailleurs, il est préférable de consommer des sucres en fin de repas et avec des fibres pour faire baisser l’indice glycémique.

Imagination et raisonnement : écoutez la musique de Mozart

La musique a un pouvoir sur notre imagination, elle stimule nos émotions, notre raisonnement. En d’autres termes, il faut apporter à notre cerveau de bonnes vibrations, qui permettent de susciter et d’éveiller l’esprit.

"Les technologies d’aujourd’hui nous rendent trop passifs, rester devant la télé n’arrange rien, surtout avec les émissions diffusées", commente Jean-Marie Delecroix.

En pratique : "Tout ce qui peut vous faire vibrer est bon pour votre cerveau", explique notre interlocuteur.

Le savez-vous ? Il existe un mythe selon lequel la musique de Mozart rendrait ceux qui l’écoute plus intelligent. Alors n’attendez plus : branchez le requiem !

Fonctions cognitives : ne vous laissez pas aller à la routine

On croit souvent que les jeunes mémorisent plus facilement que leurs aînés ou qu’avec le temps nos capacités cérébrales se ramollissent. "C’est totalement faux. Il ne faut pas se dire qu’on est vieux !", affirme Jean-Marie Delecroix.

En pratique : ne pas se laisser aller à une oisiveté cérébrale. "Il est important d’avoir un projet de vie", explique le naturopathe. "En effet, quand on est jeune, on est plein d’ambitions et de projets de carrière. À la retraite, c'est la même chose !"

Projetez de faire un voyage, mettez-vous au sport (randonnée, piscine), prenez des cours de musique, continuez de travailler ou même reprenez vos études !

À noter : Il n’a jamais été prouvé scientifiquement que des exercices mentaux quotidiens tels que les sudokus et les mots croisés empêchaient nos capacités cérébrales de régresser.

Cerveau : consommez les bonnes graisses

La moitié de notre cerveau est composée de graisses. Pour un cerveau performant, il faut en consommer suffisamment. Le hic, c'est que l’on trouve de tout dans nos aliments. Des bonnes graisses (omega 3, oméga 6), et des mauvaises (graisses saturées, trans).

En pratique :

  • On réduit les aliments riches en graisses saturées : pâtisseries, beurre, fromage, viande, produits laitiers, charcuterie.
  • On bannit ceux riches en gras trans : produits laitiers, bœuf, agneau, pâtisserie, biscuits industriels, produits frits. Ces acides gras détruisent la mémoire et endommagent les cellules cérébrales.
  • On privilégie les aliments riches en graisses insaturées comme le maquereau, le saumon, le hareng, le thon, les graines, l’huile de lin, de noix, de colza. D’une manière générale, les huiles pressées à froid.

À noter : " Il ne faut surtout pas chercher à équilibrer les différents types d’acides gras, car aujourd’hui, nous sommes trop envahis par les saturés", regrette Jean-Marie Delecroix. Si déjà, vous suivez nos quelques conseils alimentaires, votre cerveau ira beaucoup mieux !

Dopamine et cerveau : un sourire tous les matins

"De nos jours, il est de plus en plus difficile de trouver des raisons de rire", rappelle Jean-Marie Delecroix. Pourtant, le rire a de véritables vertus pour la santé, notamment sur le cerveau. Des chercheurs américains (1) ont ainsi découvert que lorsqu’une personne rit, cela active certaines zones du cerveau qui libèrent de la dopamine, l’agent chimique du plaisir.

En pratique : Dans son livre, le naturopathe Jean-Marie Delecroix recommande de sourire devant le miroir, chaque matin en se levant. Trop simple pour être efficace ? Non ! Pour le naturopathe, beaucoup de personnes n’arrivent pas à effectuer ce simple geste. Or, c’est bon pour le cerveau !

(1) Neuron, décembre 2003, vol. 40 : p. 1041-1048.

Désoxydez-vous pour protéger le cerveau

Stress, pollution de l’air, cigarette… Notre mode de vie actuel est remplit de radicaux libres qui oxydent le cerveau et favorisent son vieillissement prématuré. Pour se protéger, il faut consommer des aliments aux propriétés désoxydantes. Ils offriront au cerveau les armes nécessaires pour limiter l’effet négatif des radicaux libres.

En pratique : Les vitamines sont les remèdes les plus efficaces et principalement la vitamine C, car non seulement associée à la vitamine E, elle nourrit la myéline (membrane qui enveloppe les neurones), mais c’est aussi un excellent anti-oxydant. Il faut donc la privilégier. "On la trouve dans les fruits. Il faut en consommer tous les jours, par exemple entre les repas", recommande Jean-Marie Delecroix.

Capacité cognitive : testez la sophrologie

Encore trop peu connue aujourd’hui, la sophrologie étudie la conscience humaine. Elle a pour but de stimuler les capacités dont nous disposons pour une meilleure adaptation à la vie quotidienne.

En pratique : une séance de sophrologie dure environ 45 minutes. Assis, on écoute la voix du sophrologue et on apprend à se détendre grâce à une technique de détente neuro-musculaire et à un jeu de respiration. Une fois détendu et proche du sommeil, le sophrologue utilise la visualisation mentale pour corriger les dysfonctionnements responsables du trouble (deuil, stress…).

Comment trouver un sophrologue : Pour trouver un sophrologue près de chez vous, contactez le Centre d'étude et d'application de la sophrologie.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://www.urmc.rochester.edu/news/publications/neuroscience/walking-gives-the-brain-a-step-up-in-function-for-some

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.