Aujourd’hui en France, la prévalence du diabète de type 2 diagnostiqué est de l’ordre de 4,5% de la population, soit environ 3 millions de patients selon le Centre européen d’étude du diabète. En 2021, selon l’Atlas de la International Diabetes Federation, le diabète affecte plus de 537 millions de personnes dans le monde, soit 1 personne sur 10. Une véritable pandémie.

Ce diabète, également appelé diabète non insulinodépendant, touche essentiellement les personnes de plus de 40 ans. C’est une maladie grave par ses complications notamment sur le cœur, les vaisseaux sanguins, les reins et les nerfs. "Les personnes atteintes de diabète de type 2 sécrètent de l’insuline, mais cette hormone régule avec moins d’efficacité le taux de sucre dans leur sang. Ce taux, appelé glycémie, reste anormalement élevé après un repas, ce qui est la définition du diabète. Petit à petit, le pancréas s’épuise à sécréter des quantités croissantes d’insuline", peut-on lire sur le site du Vidal.

Jusqu’à aujourd’hui, les médecins ne savaient pas comment agir sur le mécanisme biologique qui l’entraîne, mais uniquement sur les conséquences. Cela équivalait à réguler la glycémie via des médicaments.

Diabète de type 2 : un médicament pour rétablir la physiologie normale des adipocytes

Le postulat de départ des scientifiques était de développer de nouveaux traitements, plus efficaces. Aucune innovation thérapeutique n’a eu lieu sur le marché depuis des années. Dans une récente étude réalisée en collaboration avec l’Université de Birmingham et l’Université de Monash, les scientifiques ont développé un produit appelé PATAS dans une nouvelle classe de médicaments antidiabétiques baptisée "Adipeutics" (pour ‘thérapeutiques ciblant spécifiquement l’adipocyte’).

Ce traitement est différent. Les chercheurs sont partis du fait que, chez les personnes en bonne santé, le tissu adipeux (le gras de notre corps) capte normalement 10 % du sucre qui circule dans le sang et le transforme en bons lipides qui sont utiles à l’organisme. Chez les personnes diabétiques, les tissus gras ont perdu leur capacité à capter le glucose du sang. La bonne nouvelle fournie par cette étude est que l’on peut rétablir ce mécanisme. C’est le but de ce nouveau traitement expérimental. Via des injections régulières, il pourrait réguler le taux de sucre dans le sang.

Diabète : une amélioration de la résistance à l’insuline

"Grâce à PATAS, les adipocytes qui n’avaient plus accès au glucose sont à nouveau capables d’absorber le glucose pour ensuite le métaboliser afin de synthétiser et sécréter des lipides bénéfiques pour tout l’organisme tout en absorbant des lipides extrêmement toxiques, les acides gras non-estérifiés. Les effets sont visibles chez l’animal, avec une amélioration nette de la résistance à l’insuline, et de tout un tas d’autres paramètres et comorbidités, notamment une meilleure régulation glycémique, une diminution de la stéatose et de la fibrose du foie", précise Vincent Marion, qui dirige l'étude avec son équipe au laboratoire de génétique médicale (Inserm/Université de Strasbourg).

Les premiers tests sur les animaux ont montré que ce médicament améliore également l’état du foie et du cœur. Les tests sur l’Homme ne devraient pas tarder à démarrer. Il faudra cependant être patient : si tout va bien, ces chercheurs envisagent une mise sur le marché d’ici 10 ans. Pour rappel, cette étude fait suite à de précédents travaux menés par l’équipe qui avaient identifié une nouvelle cible thérapeutique contre le diabète du type 2, en s’intéressant à une maladie monogénique ultra-rare, le syndrome d’Alström. De nouvelles recherches montrent par ailleurs que des des mesures environnementales telles que l'heure du repas peuvent réduire les risques de développer du diabète de type 2. En effet, prendre son repas du soir plusieurs heures avant le coucher permettrait de réduire les risques de développer un diabète de type 2.

Sources

Vers une nouvelle classe de médicament pour traiter le diabète de type 2, INSERM

PATAS, a First-in-Class Therapeutic Peptide Biologic, Improves Whole-Body Insulin Resistance and Associated Comorbidities In Vivo ; Edwige Schreyer; Cathy Obringer; Nadia Messaddeq; Bruno Kieffer; Paul Zimmet; Alexander Fleming; Tarekegn Geberhiwot; Vincent Marion

Les chiffres du diabète, Centre européen d'étude du diabète 

Diabète de type 2, Vidal

Diabetes around the world in 2021, International Diabetes Federation

mots-clés : Diabète
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.