Quelles sont les causes du diabète de type 2 ? Les personnes souffrant de diabète ont un contrôle glycémique altéré provoquant une hyperglycémie chronique, c’est-à-dire un excès de sucre dans le sang et donc un taux de glucose trop élevé. Plusieurs facteurs jouent un rôle sur ce contrôle, dont l’heure de prise des repas au cours de la journée, qui doivent être espacés et si possible, consommés toujours à heure fixe. Mais le niveau de la glycémie peut aussi être altéré chez les personnes ne souffrant pas de la pathologie.

Une équipe de chercheurs a donc mené un essai clinique pour comprendre les liens entre la glycémie et la production de mélatonine. Cette hormone est sécrétée naturellement par la glande pinéale au sein du cerveau afin de réguler le cycle jour/nuit. Les résultats ont été publiés par Diabetes Care.

La mélatonine perturbe le contrôle glycémique

"Nous avons décidé de tester si une alimentation tardive qui se produit généralement avec des niveaux élevés de mélatonine entraîne une perturbation du contrôle de la glycémie", explique l'auteur principal de l’étude Richa Saxena, Ph.D., chercheur principal au Centre de médecine génomique du MGH.

Les 845 adultes participant à l’étude ont jeûné huit heures, et pendant les deux soirées suivantes, ils ont d'abord pris un repas tôt, puis un repas tardif par rapport à leur heure de coucher habituelle. Les scientifiques ont également analysé le code génétique de chaque individu, et plus précisément le gène MTNR1B du récepteur de la mélatonine-1b, car de précédentes recherches ont déjà lié une variante du MTNR1B à un risque élevé de diabète de type 2.

Les résultats montrent que les niveaux de mélatonine dans le sang des participants étaient 3,5 fois plus élevés après le dîner tardif. Le moment du dîner tardif a également entraîné une baisse des niveaux d'insuline et une en conséquence, une augmentation de la glycémie.

À la fin du dîner, les participants avec le variant du gène MTNR1B avaient des niveaux de sucre dans le sang plus élevés que ceux ne possédant pas cette variante génétique. Cependant, ils ont constaté que manger tard perturbait le contrôle de la glycémie dans l'ensemble du groupe.

Dîner : il faut manger au moins 2 heures avant le coucher

Ces nouvelles données pourraient aider dans la prévention du risque de diabète de type 2. "Nos résultats sont applicables à environ un tiers de la population du monde industrialisé qui consomme de la nourriture proche de l'heure du coucher, ainsi qu'aux individus qui mangent la nuit, y compris les travailleurs postés, ou ceux qui souffrent de décalage horaire ou de troubles alimentaires nocturnes, ainsi qu’à ceux qui utilisent régulièrement des suppléments de mélatonine à proximité de la prise alimentaire", détaille le co-auteur principal Frank AJL Scheer, Ph.D., MSc, directeur du programme de chronobiologie médicale de BWH

Les auteurs concluent que pour tous, il est conseillé de s'abstenir de manger pendant au moins deux heures avant l’heure du coucher. "Les informations sur le génotype de la variante du récepteur de la mélatonine peuvent également aider à développer des recommandations comportementales personnalisées", avance Richa Saxena.

Ils souhaitent maintenant réaliser des recherches supplémentaires pour examiner l’impact du moment de l’heure du dîner et son lien avec la variation de la mélatonine et des récepteurs chez les patients diabétiques.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://medicalxpress.com/news/2022-01-insights-dinner-genetics-affect-individuals.html

mots-clés : Diabète
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.