Quelles classes de médicaments pour le traitement du diabète ?

Certifié par nos experts médicaux MedisitePour contrôler un diabète type 2, modifier les habitudes de vie n'est pas toujours satisfaisants. Ainsi lorsque le diabète évolue, diverses classes de médicaments antidiabétiques oraux et/ou injectables sont prescrits pour diminuer la concentration de sucre dans le sang (glycémie). Le docteur Pierre Nys nous éclaire sur les différentes classes de médicaments.
Fotolia

Pour contrôler un diabète type 2, les habitudes de vie doivent être modifiées : perdre du poids, pratiquer une activité physique régulière, adapter son alimentation. Cependant, lorsque les résultats ne sont pas satisfaisants et que le diabète évolue, cinq classes de médicaments antidiabétiques oraux et/ou injectables sont prescrits pour diminuer la glycémie. Ces médicaments se distinguent par leurs modes d’action.

Classe 1 : Les médicaments qui améliorent la sensibilité à l'insuline : La metformine (famille des biguanides)

La Haute autorité de santé ( février 2013) recommande la metformine (Diabamyl, Glucophage et Stagid) comme traitement de première intention.

Les biguanides comme la metformine agissent sans stimuler la sécrétion d’insuline mais ne donnent pas d’hypoglycémie.

La metformine réduit le taux de sucre dans le sang en dehors et après les repas et prévient les complications cardiovasculaires. Elle agit en particulier au niveau des muscles et du foie qui constituent les réserves de sucre.

Le traitement n’a pas d’impact sur la prise de poids.

Ces médicaments doivent être pris au milieu ou à la fin du repas en 2 à 3 prises orales par jour.

Classe 2 : Les médicaments qui stimulent la production d'insuline

  • Les sulfamides hypoglycémiants et les glinides

Les sulfamides hypoglycémiants et les glinides (Amarel, Daonil, Diamicron…, et Novonorm) augmentent la sécrétion d’insuline par le pancréas mais pour être efficace le pancréas doit encore pouvoir secréter de l’insuline.

Ils améliorent la glycémie avant et après les repas mais peuvent occasionner des hypoglycémies.

Il peut y avoir des conséquences sur le poids, il faut donc l’éviter chez les personnes obèses.

Une surveillance trimestrielle des fonctions hépatiques et rénales est conseillée, ainsi qu’une prise de sang pour le bilan lipidique.

Les médicaments doivent être pris au moment des repas, en revanche les glinides sont à prendre 15 à 30 minutes avant de manger (1 à 4 prises par jour).

Classe 3 : Les médicaments qui réduisent l'absorption intestinale des sucres : Les inhibiteurs des alpha-glucosidases

Les inhibiteurs des alpha-glucosidases (Glucobay, Glucor) ralentissent l’absorption des glucides alimentaires après les repas. Ils ne provoquent pas d'hypoglycémie et n'entraînent pas de prise de poids.

Les médicaments doivent être pris en 3 à 4 prises par jour, avant ou pendant les repas pour éviter les effets indésirables de type digestif.

Classe 4 : Les médicaments qui agissent sur les hormones incrétines

La sécrétion d’insuline par le pancréas après un repas, lorsque la glycémie est élevée, est en partie contrôlée par deux hormones gastro-intestinales appelées incrétines : le GLP-1 (glucagon like peptide-1) et le GIP (glucose-dependent insulinotropic polypeptide).

Ces médicaments ont pour effet de réduire la sécrétion de glucagon, qui contrôle la fabrication du glucose par le foie mais permet aussi de diminuer l’appétit et de ralentir l’évacuation du contenu de l’estomac, ainsi la sensation de satiété augmente.

Deux familles d’antidiabétiques récents agissent pas le biais des incrétines :

  • Les inhibiteurs de la dipeptidylpeptidase-4 (IDPP4 ou gliptines) :

Ils sont utilisées par voie orale pour contrôler le diabète, en association avec d'autres antidiabétiques oraux (de préférence avec la metformine, parfois avec les sulfamides hypoglycémiants) ou avec de l'insuline. Ils ont un impact significatif sur la glycémie après le repas mais n’ont pas d’impact sur le poids.

Ils s’administrent sous forme de comprimés en une ou deux prises quotidiennes.

  • Les analogues de la GLP-1 :

Substances libérées par le corps au début des repas, pour stimuler la sécrétion d'insuline. Ils sont utilisés en association avec un antidiabétique oral (metformine ou sulfamide hypoglycémiant) ou avec l’insuline lorsque ces traitements n’ont pas été suffisamment efficaces pour contrôler la glycémie.

Ils ont un impact significatif sur la glycémie après les repas et entraînent un amaigrissement.

Ils sont administrés par voie injectable sous-cutanée tous les jours ou seulement une fois par semaine selon les médicaments.

Classe 5 : Les médicaments qui favorisent l’élimination des sucres

Le mode d’action des inhibiteurs du SGLT2 est de diminuer la réabsorption du glucose au niveau du rein et de favoriser l’élimination du glucose dans l’urine. Le rein joue un rôle dans la régulation de la glycémie, notamment en éliminant du glucose quand la glycémie est trop élevée. Les inhibiteurs de SGLT2 augmentent la fuite de glucose dans les urines ce qui permet d'abaisser la glycémie.

Ces antidiabétiques ne sont pas encore commercialisés en France.

En cas de résultats insuffisants, l'insuline injectable peut être prescrite.

L’insuline est le traitement de référence du diabète de type 1 est l’injection d’insuline. En cas d’insulinopénie, il devient nécessaire pour le diabète de type 2 également. L’insuline injectable remplace l’insuline qui devrait être produite par le corps.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.