Sommaire

Depuis hier soir, les chaînes télévisions relayent en boucle le décès d’une jeune fille de 16 ans, des suites du coronavirus. C’est la plus jeune victime française de la pandémie. Sa mère, brisée, raconte son histoire à nos confrères de l’AFP.

"C’est invivable", déplore Sabine, la maman de Julie. Au téléphone, elle témoigne "le choc de perdre un enfant", "le sens de la vie" et l’obligation de "continuer".

Pourtant, rien ne laissait présager cette issue dramatique. "Elle avait juste une toux", assure Sabine. Ce symptôme bénin serait apparu il y a une semaine. L’adolescente aurait pris du sirop, des plantes et se serait administrée des inhalations pour soulager sa toux. Sans antécédent, ni problème de santé particulier, Julie n’avait aucune raison de s’alarmer.

Mais le week-end dernier, les choses se gâtent. La jeune fille aurait commencé à ressentir des essoufflements. "Pas énormes, elle avait du mal à reprendre son souffle", décrit sa maman. Ce sont les quintes de toux qui auraient en fait poussé Julie à consulter son médecin.

Les 2 premiers tests au Covid-19 étaient négatifs, un troisième s'est finalement avéré positif...

Lors de la consultation, le médecin généraliste constate une déficience respiratoire chez Julie. Il aurait ensuite décidé d’appeler le Samu. Finalement, ce sont les pompiers qui seraient venus prendre en charge l’adolescente. "C’est la 4 e dimension", décrit Sabine en faisant référence aux combinaisons intégrales, masques et gants des secours. Julie est finalement transférée à l’hôpital le plus proche, à Longjumeau dans l’Essonne.

La mère de famille rentre chez elle. Lorsqu’elle contacte l’hôpital, on lui fait comprendre qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter : "rien de grave". Un test au Covid-19 est effectué.

C’est seulement dans la nuit que Julie aurait été victime d’insuffisance respiratoire. Elle est alors transférée à l’hôpital Necker, destinés aux enfants malades, situé à Paris, où deux autres tests de dépistage au coronavirus sont menés. L’adolescente est admise en réanimation mardi dernier. Quand Sabine est venue rendre visite à sa fille, celle-ci se serait plaint d’avoir "mal au cœur". Pourtant les deux tests au Covid-19 menés à l’hôpital Necker se sont avérés négatifs.

Julie a dû être intubée

Alors que les tests ne présageaient pas de coronavirus chez Julie, les soignants semblaient rassurés. "Les infirmières ne mettent plus de blouse, le médecin lève le pouce pour me dire c’est bon", raconte Sabine. Cette dernière rentre alors chez elle.

Retournement de situation tard dans la soirée : les résultats du premier test effectué à l’hôpital Longjumeau ont parlé. Julie est positive au Covid-19. À ne rien comprendre !

Son état se serait dégradé à ce moment-là. La jeune patiente doit alors être intubée.

"On n’y croit pas. On se dit qu’ils se sont trompés. Et pourquoi ces résultats arrivent aussi tard ?", cherche à comprendre Sabine désemparée.

"Depuis le début, on nous dit que le virus ne touche pas les jeunes. On l’a cru, comme tout le monde", témoigne Manon, la sœur aînée de Julie.

Découvrez la suite de l’histoire de Julie page suivante.

Sources

"On n'aura jamais de réponse": Julie A., 16 ans, morte du coronavirus en France, L'Express avec AFP, 27 mars 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.