Deconfinement : 9 choses que vous ignorez encore sur le coronavirus

Plusieurs mois après son émergence en Chine, le coronavirus n’a pas fini de révéler tous ses secrets. De nombreuses questions restent en suspens, notamment concernant son origine, sa durée de contagiosité ou encore sa capacité à infecter des personnes sans provoquer de symptôme. 

Famille du virus, symptômes, modes de transmission... Tout ce que l'on sait déjà sur le Covid-19

Premier point essentiel : le SARS-CoV-2 est un agent infectieux qui appartient à la famille des coronavirus.  Ces virus, qui possèdent de petites protubérances tout le long de leur enveloppe, leur donnant un aspect de couronne ("corona" en latin), peuvent provoquer des maladies chez l’animal et l’homme allant d’un simple rhume (certains virus saisonniers sont des coronavirus), à des pathologies plus graves.

Outre le SARS-CoV-2, deux coronavirus peuvent être ainsi à l’origine de problèmes respiratoires sévères : il s'agit du virus du MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient), qui a émergé en 2012, et de celui du SRAS, à l’origine d’une épidémie en 2003.

Concernant l'origine du virus, on sait que les tout premiers cas de Covid-19 concernent principalement des personnes qui se sont rendues sur le marché de Wuhan, en Chine, où étaient vendus des fruits de mer et des animaux vivants. 

Autre point que l'on connaît bien sur la maladie : ses symptômes. Les principaux sont la fièvre ou la sensation de fièvre et la toux sèche (parfois grasse, bien que ce soit plus rare), à laquelle s'ajoutent parfois un mal de gorge et/ou un nez qui coule.

La maladie peut également entraîner des maux de tête, des douleurs musculaires et de la fatigue. Chez certains malades, une diarrhée, mais aussi une perte brutale de l’odorat et une du goût, sont également observées.

Enfin, chez les cas les plus graves, on assiste à divers problèmes respiratoires : pneumonie sévère, syndrome de détresse respiratoire aiguë ou encore choc septique, qui peuvent parfois conduire au décès.

Les chercheurs font cependant des découvertes tous les jours sur ce nouveau virus

Des dermatologues ont récemment alerté sur de nouveaux symptômes cutanés sur les doigts ou orteils (engelures, rougeurs persistantes parfois douloureuses et lésions d'urticaire passagère). Enfin, il est possible d'attraper le virus tout en étant asymptomatique, c'est-à-dire en n'ayant pas de symptômes "visibles".

Les médecins et chercheurs ont également cerné les personnes à risques : ce sont celles âgées de 60 ans et plus qui sont sont le plus susceptibles de développer une forme grave d’infection. Les patients souffrant d’hypertension artérielle, d’insuffisance cardiaque, rénale, et autres antécédents cardiovasculaires sont également vulnérables et doivent être surveillés de près. Mais il est cependant possible que l'on découvre de nouvelles personnes à risque. 

Par ailleurs, on sait aussi que la maladie se transmet essentiellement par l’intermédiaire de gouttelettes de salive, expulsées par le malade quand il tousse ou éternue. 

Autre point : on sait également que le nouveau coronavirus est très contagieux. C'est pourquoi les autorités sanitaires conseillent de maintenir une distance de sécurité d'au moins un mètre avec n'importe quelle personne pour éviter les contacts rapprochés.

Enfin, on connait le délai d'incubation de la maladie : en moyenne, elle est de 5 jours mais ce délai peut s’étendre jusqu’à 14 jours. Cela signifie qu'une personne infectée peut transmettre la maladie jusqu'à deux semaines avant l’apparition des symptômes.

Maintenant, voyons ensemble tout ce que l'on ne sait pas sur le virus via notre diaporama.


L'immunité contre la maladie : le flou total

1/9
Déconfinement : 9 choses que vous ignorez encore sur le coronavirus

Est-il possible de tomber malade une deuxième fois après avoir été guéri du Covid-19 ? Cette question reste en suspens. Après avoir été contaminées par un virus, les personnes développent des anticorps qui les protègent durant un certain temps contre une nouvelle infection.

Sauf que dans le cas du coronavirus, il se pourrait que ce phénomène de “protection” de l’organisme soit altéré. Ainsi, des cas de réinfection de malades ont été signalés dans plusieurs provinces.

C'est le cas de certains patients en Corée du Sud, libérés après un test négatif, mais qui ont montré peu après des résultats positifs.

Les traitements contre le Covid-19 : quelques pistes en cours

2/9
Déconfinement : 9 choses que vous ignorez encore sur le coronavirus

Chloroquine, Kaletra, nicotine.... Bien que les scientifiques redoublent d'efforts pour trouver un traitement efficace contre le Covid-19, nous en sommes encore loin. Il faudra peut être des mois, voire des années avant de trouver la bonne combinaison de molécules qui viendra calmer la tempête de cytocynes présent dans l'organisme des malades. 

En attendant, un grand essai clinique, nommé Discovery, a démarré en Europe. Son but est d’évaluer l’efficacité et la sécurité de quatre stratégies thérapeutiques expérimentales qui pourraient avoir un effet contre le Covid-19.

Les molécules testées sont le Remdesivir, l’association Lopinavir et Ritonavir, l’association Lopinavir, Ritonavir, et interféron bêta, et enfin l’hydroxychloroquine.

Vaccin anti-coronavirus : quand sera-t-il prêt ?

3/9
Déconfinement : 9 choses que vous ignorez encore sur le coronavirus

Partout dans le monde, les scientifiques travaillent d'arrache-pied pour trouver rapidement un vaccin permettant d'endiguer la pandémie de coronavirus. Mais il paraît désormais évident que le Covid-19 ne sera pas tout de suite endigué.

En France, le gouvernement prépare même la population à "vivre avec", comme l'a régulièrement évoqué le Premier ministre, lors de sa conférence de presse, dimanche 19 avril. Edouard Phillipe a ainsi évoqué l'échéance de "mi-2021" pour l'arrivée du vaccin. 

Le taux de mortalité du Covid-19

4/9
Déconfinement : 9 choses que vous ignorez encore sur le coronavirus

Oui, le nombre de morts réels du au nouveau coronavirus est difficile à évaluer.

En effet, les systèmes de santé, les remontées épidémiologiques, les pratiques de tests ou encore la fiabilité de ceux dont ils disposent, varient entre chaque pays.

Or, il est tout à fait probable que le taux de létalité du nouveau coronavirus - estimé pour le moment à 2% - soit sous-estimé en raison du grand nombre de personnes sans symptômes.

Le pangolin, est-ce l'animal "réservoir" du virus ?

5/9
Déconfinement : 9 choses que vous ignorez encore sur le coronavirus

"Toutes les preuves disponibles suggèrent que le virus a une origine animale", a déclaré au cours d’un point presse une porte-parole de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Sauf que l’animal à l’origine de la transmission à l’homme n'a pas encore été identifié avec certitude.

Des chercheurs chinois ont soupçonné le pangolin, petit mammifère à écailles menacé d'extinction, comme "un possible hôte intermédiaire" ayant facilité la transmission du virus. Il n'empêche que cette supposition n'a, à l'heure actuelle, pas encore été vérifiée ni confirmée. 

Les hommes plus touchés par le Covid-19 ?

6/9
Déconfinement : 9 choses que vous ignorez encore sur le coronavirus

Une nouvelle étude, publiée dans la revue Frontiers in Public Health, révèle que les hommes et les femmes sont tous deux susceptibles de contracter le virus, mais que les hommes ont beaucoup plus de chances de développer un Covid-19 sévère, et d'en mourir.

Parmi les données recueillies, plus de 70 % des patients décédés étaient des hommes, ce qui signifie que les hommes avaient près de 2,5 fois le taux de mortalité des femmes. Fait intéressant, être un homme était un facteur de risque important d'aggravation de la maladie, indépendamment de l'âge.

Toutefois, ces résultats ne sont qu'une hypothèse : d'autres travaux doivent être effectués pour confirmer cette différence de mortalité entre les femmes et les hommes.

Pourquoi le virus imite-t-il les signes d'une crise cardiaque ?

7/9
Déconfinement : 9 choses que vous ignorez encore sur le coronavirus

Le Covid-19 n'a pas fini de nous étonner.

D'après une étude publiée le 17 avril dans la revue "New England Journal of Medicine", certains patients atteints du virus montreraient en effet tous les signes d'une crise cardiaque... sans pour autant avoir d'artère bouchée. Une énigme qui laisse les chercheurs plutôt perplexes. 

La durée de l'épidémie : une réelle énigme

8/9
Déconfinement : 9 choses que vous ignorez encore sur le coronavirus

C'est une question essentielle et qui nous taraude tous : combien de temps va durer cette épidémie ? Quand est-ce que le virus va s'éteindre ? Pour le moment, aucun chercheur ne peut répondre à cette question. Seule certitude : pour éviter une seconde vague épidémique, il faudrait que la population soit assez immunisée.

Or, d'après les derniers travaux réalisés par l'Institut Pasteur en collaboration avec l'agence sanitaire Santé publique France et l'Inserm, on est très loin. 

"Pour que l'immunité collective soit suffisante (...) il faudrait 70% de personnes immunisées. On est très en dessous", explique l'auteur principal de l'étude, Simon Cauchemez.

Les conséquences du virus sur les enfants

9/9
Déconfinement : 9 choses que vous ignorez encore sur le coronavirus

Les conséquences du coronavirus sur les enfants restent encore méconnues. De nouvelles publications suggèrent que les enfants, au départ présentés comme des vecteurs importants du coronavirus, seraient finalement peu contaminés et peu contaminants.

Une étude publiée dans la revue de la société des infectiologues américains (Clinical Infectious Diseases) sur le "Cluster" des Contamines-Montjoie a montré qu'un enfant qui avait été en contact 172 personnes n'en avait contaminé aucune.

Alors, est-il possible que les enfants soient "protégés du coronavirus" et qu'ils transmettent peu cette infection ? Peut être. Pour autant, il est trop tôt pour tirer des conclusions à ce sujet.

Sources

Remerciements au Dr Xavier Ballongue, médecin généraliste chez SOS médecins.

Tout ce que l'on sait et ce que l'on ne sait pas sur le coronavirus, CNEWS, 4 mai 2020.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.