Sommaire

Dans notre pays, les victimes du coronavirus continuent d'apparaître tous les jours. Malgré le renforcement des mesures, nous n'avons pas échappé à la deuxième vague, qui nous frappe actuellement de plein fouet.

En résulte un nouveau confinement des Français, depuis ce vendredi 30 octobre. Tandis que la pandémie bouleverse notre quotidien, vous êtes nombreux à craindre l'apparition du moindre symptôme. Fièvre, courbature, toux, fatigue, perte du goût et de l'odorat... le COVID-19 compte de nombreux symptômes. Et le tableau clinique est rarement complet chez les malades.

“Les symptômes principaux sont la fièvre ou la sensation de fièvre et la toux”, indique le ministère de la Santé sur son site. Mais au fil des découvertes, cette liste s’est élargie pour inclure : maux de tête, nez qui coule, maux de gorge, faiblesse, fatigue, douleurs musculaires, nausées, maux d'estomac, vomissements, diarrhée, perte de l’odorat, perte du goût et conjonctivite.

Coronavirus : 8 symptômes moins connus à surveillerCoronavirus : 8 symptômes moins connus à surveillerFièvre, toux, maux de tête, courbatures… Les symptômes les plus fréquents du Covid-19 commencent à être bien connus. Mais d’autres, plus rares, doivent également vous alerter. Anosmie, conjonctivite, chute...

Au total, 80 % des personnes victimes du Covid-19 ont développé une forme bénigne de la maladie. Or, il est essentiel de rappeler que les patients peuvent passer de symptômes bénins à des signes beaucoup plus graves, nécessitant des soins médicaux. D’où l’importance de surveiller votre état de santé si vous avez contracté la maladie - en particulier si vous vous trouvez seul dans votre foyer.

Comment reconnaître un coronavirus qui s'aggrave ? Quels signaux révèlent une forme dramatique de la maladie. Le Pr Stéphane Gayet, infectiologue et hygiéniste au CHU de Strasbourg nous répond.

Coronavirus : la dyspnée et les anomalies respiratoires doivent alarmer

"La gravité des signes cliniques nécessite le maintien à l'hôpital d'environ 20 % des malades et 5 % nécessitent une admission en réanimation. Les formes les plus graves sont observées principalement chez des personnes vulnérables en raison de leur âge (plus de 70 ans) ou de maladies associées", rapporte l'Institut Pasteur.

"Dans les premières études descriptives provenant de Chine, il s'écoule en moyenne une semaine entre l'apparition des premiers symptômes et l'admission à l'hôpital à la phase d'état de la maladie". On parle de "l'aggravation du septième jour".

Parmi les symptômes révélant un coronavirus "grave", on note les dyspnées (gêne respiratoire) et les anomalies respiratoires.

"Environ une personne sur six contractant la maladie présente des symptômes plus graves. Toute personne qui a de la fièvre, qui tousse et qui a des difficultés à respirer doit consulter un médecin", prévient l’OMS.

Dyspnée : l'un des symptômes les plus inquiétants

La dyspnée se manifeste par un essoufflement important ou par l’impression inconfortable d’une respiration superficielle. C'est l'un des symptômes les plus inquiétants en cette période d'épidémie de coronavirus. On parle de dyspnée lorsque le réflexe de respiration devient un véritable effort conscient.

Pour savoir si la gêne respiratoire ressentie nécessite une prise en charge, il suffit de mesurer votre fréquence respiratoire. Il faut compter le nombre d'inspirations prise en une minute. S'il est supérieur à 20, il s'agit d'une respiration rapide (polypnée). Il est alors recommandé de contacter d'appeler les secours.

Parmi les personnes atteintes par le Covid-19, 30% des victimes de dyspnée sont modérément essoufflées (dyspnée modérée).

Vous devez impérativement faire le 15 en cas de difficultés respiratoires évolutives (qui s'aggravent).

Tachycardie et chute de tension : des symptômes à prendre au sérieux

Tachycardie et chute de tension : des symptômes à prendre au sérieux© Istock

D'autres symptômes peuvent présager une forme grave du coronavirus. Associés ou non à la dyspnée, ils doivent amener à alerter les Urgences, ou au moins votre médecin traitant.

Chute de la tension : attention, si elle est en dessous de 10

Il faut se montrer vigilant et réactif si le patient présente une chute de la pression artérielle (en dessous de 10 ou 9 en fonction des valeurs habituelles du sujet), de marbrures (livedo : manifestation cutanée aiguë) sur l’abdomen et les membres inférieurs et un pouls très rapide (plus de 85 par minute), nous met en garde l'infectiologue Stéphane Gayet.

C'est d'ailleurs pour cette dernière raison que l'OMS a recommandé que les pays s’équipent en oxymètres de pouls. Ces appareils permettent de détecter précocement une baisse de l’oxygénation du sang.

Tachycardie : une forme grave de coronavirus

En outre, le Pr Gayet nous alerte également face à la tachycardie. Généré par une accélération du cœur supérieure à 90 pulsations par minute (au lieu de 60 à 80 pulsations), ce phénomène ne doit pas être négligé. Si le chiffre est au-dessus de 120, c'est le signe que la fréquence cardiaque augmente très fortement. Pour mesurer la fréquence cardiaque, prenez votre pouls sur 15 secondes, puis multiplier par 4 pour l'avoir sur 1 minute.

La tachycardie constitue un symptôme d'alerte qui peut signifier une forme grave de coronavirus.

Selon plusieurs scientifiques, le coronavirus peut non seulement générer des complications chez les patients atteints de maladies cardiaques chroniques, mais aussi provoquer des lésions cardiaques chez les patients ne souffrant d'aucun problème a posteriori.

Les maladies cardiovasculaires peuvent aller de l’artériosclérose à l’infarctus du myocarde, en passant par l’artérite, l’angine de poitrine, la thrombose, l’insuffisance cardiaque ou les troubles du rythme cardiaque.

Coronavirus : la cyanose des extrémités doit alerter

Coronavirus : la cyanose des extrémités doit alerter© Istock

Certains symptômes de la COVID-19 peuvent être dangereux pour les personnes atteintes et fragiles. Notre expert nous met en garde contre la cyanose.

Cyanose : les lèvres et les ongles bleutés

"Le signe à surveiller en priorité est la cyanose (coloration) des lèvres et des ongles", explique le Pr Stéphane Gayet. Si le phénomène se produit, vos extrémités auront tendance à virer vers le bleu, décrit l'infectiologue. La cyanose peut concerner une région localisée (comme les doigts ou le visage) ou toucher l’organisme entier.

La cyanose désigne la coloration bleutée que prennent la peau et les muqueuses quand le sang contient une faible quantité d’hémoglobine liée à l’oxygène.

Quand il y a peu d’oxygène dans le sang, il prend une couleur rouge sombre. Et quand l’ensemble des vaisseaux (de tout le corps ou d’une région du corps) transporte du sang peu oxygéné, alors il cause à la peau la coloration bleutée caractéristique de la cyanose.

Photo : cyanose de la main d'un patient avec une faible saturation en oxygène

Photo : cyanose de la main d'un patient avec une faible saturation en oxygène© Creative Commons

Crédits : James Heilman, MD, 23 octobre 2011 - CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.en

Fièvre : à quel stade devient-elle grave ?

Un autre symptôme, pourtant courant en cas de coronavirus, peut s'avérer inquiétant : la fièvre. Si elle survient chez 90 % des patients, elle doit néanmoins vous alerter si elle ne descend pas.

Stéphane Gayet a précisé que la fièvre est considérée comme "significative" si est supérieure à 37,5 ° C au repos. En effet, la température monte toujours à l’effort et même pour toute activité physique. Attention, monter un escalier peut suffire.

Si votre température dépasse les 37,5 ° C au repos, il est plus prudent de contacter votre médecin par téléphone et éviter de sortir. Vous avez aussi la possibilité de télé consulter.

La saturation en oxygène

La saturation en oxygène© Istock

La saturation en oxygène représente le pourcentage d'oxygène dans le sang.

Si vous n'avez pas de saturomètre, comptez jusqu'à 20. Si vous arrivez à 20 sans difficulté, c'est que vous êtes à 100% d'oxygène dans le sang. Il n'y a donc pas d'inquiétude à avoir. En revanche, si vous êtes essoufflé en comptant, c'est que vous êtes en-dessous de 80%. Ce signal n'est pas anodin et surtout si vous avez été testé positif à la Covid-19. C'est la saturation en oxygène qui provoque la dyspnée.

En outre, si vous avez du mal à respirer alors que vous êtes simplement en train de parler ou de vous reposer, c'est que vous manquez d'oxygène.

Le manque d'oxygène peut causer un état confusionnel

Un léger état confusionnel est observé chez le malade dans 10 % des cas. Les personnes ainsi touchées ne savent plus très bien où elles en sont. Ce signe est, en principe, provoqué par le manque d’oxygène (hypoxémie). En cas de difficultés respiratoires réelles et évolutives, il est recommandé également d'appeler le 15.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Sources

Quels sont les symptômes du coronavirus COVID-19 ?, Gouvernement

Maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) : questions-réponses, OMS

Institut Pasteur

Clinical and virological data of the first cases of COVID-19 in Europe: a case series, The Lancet Infectious Diseases, 27 mars 2020. 

Réponses à vos questions sur le COVID-19 par des médecins, ministère des Solidarités et de la Santé. 

Merci Pr Stéphane Gayet, infectiologue au CHU de Strasbourg.

Effets potentiels de coronavirus sur le système cardiovasculaire, Jama Cardiology, 27 mars 2020

Voir plus
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.