Sommaire

De l’ail contre le cancer du côlon

Consommer 6 gousses d’ail par semaine pourrait diminuer de 30% le risque de cancer colorectal! Comment ? "Grâce aux composés soufrés contenus dans l’ail, qui réduisent l’effet cancérigène de certaines molécules", répond le Dr David Servan-Schreiber (Anticancer).

De plus, "l’ail peut être très intéressant en complément des traitements classiques du cancer car il peut lutter contre la prolifération des cellules cancéreuses", souligne le Dr Luc Bodin, médecin spécialisé en cancérologie clinique.

Comment consommer l’ail ? Il est bon d’en ajouter à son alimentation quotidienne… tout en sachant que ses molécules actives sont libérées quand la gousse est écrasée et qu’elles sont mieux absorbées avec un peu d’huile d’olive !

Cancer du côlon : le pouvoir de l'algue rouge

Selon une étude publiée dans la revue Marine Drugs, des chercheurs de l'Université de Corée, de l'Université nationale de Kyungpook et de l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign ont découvert que les algues rouges pouvaient avoir un effet protecteur contre le cancer colorectal.

"Cela pourrait aider à expliquer pourquoi les populations japonaises sont en meilleure santé"

Les scientifiques se sont appuyés sur des recherches antérieures qui ont démontré un risque particulièrement faible de cancer colorectal chez les Japonais. L'explication pourrait se trouver dans les algues rouges, couramment consommées dans l'alimentation japonaise. Les chercheurs ont découvert que, lorsqu'elles sont décomposées durant la digestion, les algues rouges produiraient de l'agarotriose et du 3,6-anhydro-L-galactose (AHG), deux types de sucre. "Après avoir produit ces sucres, nous avons testé leur activité prébiotique à l'aide de la bactérie Bifidobacterium longum ssp. infantis ", a expliqué Eun Ju Yun, auteur principal de l'étude.

La bactérie en question ne consommerait que de l'agarotriose, ce qui suggère que le sucre dérivé des algues rouges pourrait servir de prébiotique, un type de composé d'origine alimentaire qui pourrait favoriser la croissance de bactéries bénéfiques dans l'intestin.

"Ces résultats nous montrent que lorsque nous mangeons des algues rouges, elles se décomposent dans l'intestin et libèrent ces sucres qui servent de nourriture aux bactéries probiotiques. Cela pourrait aider à expliquer pourquoi les populations japonaises sont en meilleure santé que les autres", a déclaré Yong-Su. Jin (CABBI/BSD/MME), professeur de microbiologie alimentaire.

Comment les consommer ? Outre, l'alimentation japonaise, on peut utiliser les algues en condiment, en confectionnant un beurre. On fait alors ramollir du beurre et on incorpore les algues rouges dulse ou nori, sous la forme séchée.

Côlon : graines de lin et céréales complètes

Selon une étude américaine menée auprès de 7000 personnes, une consommation journalière d’environ 35g de fibres alimentaires diminuerait de 27% le risque de développer un cancer du côlon!

Comment ? Les fibres augmentent le poids et le volume des selles et diminuent le temps de transit dans le côlon, ce qui pourrait accélérer l’élimination des substances carcinogènes. De plus, la fermentation des fibres serait associée à la production d’acides gras protecteurs des cellules intestinales.

Comment consommer les fibres ? Privilégiez les graines (de lin, de tournesol…), les céréales complètes, les légumineuses, les fruits et les légumes. Il est recommandé de consommer au moins 30g de fibres alimentaires par jour.

Vous aussi participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

(1) Fleischauer AT, Poole C, Arab L. Garlic consumption and cancer prevention: meta-analyses of colorectal and stomach cancers. Am J Clin Nutr 2000 October;72(4):1047-52.

(2) Peters U et al. Lancet 2003;361:1491-95

(3) Yang G et al (2007) Prospective cohort study of green tea consumption and colorectal cancer risk in women. Cancer Epidemiology, Biomarkers and Prevention, Vol 16, pg 1219-1223.

(4) Chauhan DP. Chemotherapeutic potential of curcumin for colorectal cancer.Curr Pharm Des 2002;8(19):1695-706.

(5) Anticancer and carcinogenic properties of curcumin: considerations for its clinical development as a cancer chemopreventive and chemotherapeutic agent. López-Lázaro M. Mol Nutr Food Res. 2008 Jun;52 Suppl 1:S103-27.

(6) Yang G, Shu XO, Li H et al. Prospective cohort study of soy food intake and colorectal cancer risk in women, Am J Clin Nutr. 2009 Feb;89(2):577-83.

(7) AFP 

(8) Katsube N, Iwashita K, et al. Induction of apoptosis in cancer cells by Bilberry (Vaccinium myrtillys) and the anthocyanins. J Agric Food Chem. 2003;51:68-75.

(9) Thun C.A. et coll., JAMA, 293 : 172-193, 233-234, 2005.

(10) Willett WC, Stampfer MJ, Colditz GA, et al. Relation of meat, fat, and fiber intake to the risk of colon cancer in a prospective study among women. N Engl J Med 1990; 323:1664-1672.

- Le vrai régime anticancer, Pr David Khayat, ed.Odile Jacob, 2010

- Anticancer, Dr David Servan-Schreiber, ed.Robert Laffont, 2007

Voir plus
mots-clés : Regime hypertension

Vidéo : Le cancer du côlon - Cancer colorectal

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.