Sommaire

Le curcuma, anti cancer

Le curcuma, anti cancer

L’OMS reconnaît l’efficacité du curcuma pour traiter des troubles digestifs comme les maux d’estomac, la perte d’appétit, les brûlures d’estomac. Des études sur des animaux ont montré aussi des effets protecteurs sur la muqueuse gastrique. Le curcuma inhiberait la bactérie Helicobacter pylori responsable des ulcères gastriques. D’où viennent les vertus du curcuma ? L’étude a identifié la substance responsable : la curcumine. En plus d’agir sur les troubles digestifs, elle présente un fort potentiel antioxydant pour la prévention contre les cancers. Elle diminuerait également la chimiorésistance dans le cancer du pancréas, selon de récents travaux. Consommation : 3 à 4 pincées/jour. C’est l’épice qui est à la base du curry. Seul hic : la curcumine semble mal absorbée par l’organisme. La solution : toujours la cuisiner avec un peu d’huile.

Du poivre contre la douleur

Selon de nombreux travaux, la capsaïcine (substance présente dans le poivre de Cayenne) réduirait la douleur. La Food and Drug Administration américaine a approuvé l’usage de crèmes à base de capsaïcine (également disponibles en France) pour soulager la douleur due à l’arthrite rhumatoïde, l’arthrose... On utilise également des patchs de capsaïcine pour lutter contre les douleurs neuropathiques. D’où viennent les vertus du poivre : La capsaïcine stimule localement la production de la substance P, un neurotransmetteur qui déclenche la douleur lorsque l’organisme subit une blessure. Résultat : le corps en a moins en réserve. En France : On trouve des gels comme Geldolor d’Arkopharma (tube 100 g 6 euros) . A éviter : Si vous êtes allergique au piment.

Le piment pour la digestion

Le piment pour la digestion

Le piment de Cayenne améliore la digestion. En 2002, une étude italienne a montré qu’il agit sur les lourdeurs... L’ extrait en poudre était plus efficace (à raison de 2,5 g/jour sur 5 semaines) que le placebo sur ce symptôme. En 2015, une autre étude a révélé qu'il avait un effet sur le sentiment de satiété, ce qui fait du piment de Cayenne un excellent coupe-faim. D’où viennent les vertus du piment de Cayenne : la capsaïcine, composé actif contenu dans le piment, a la capacité de stimuler les sécrétions gastriques et d’améliorer la digestion. Consommation : 1 à 2 pincées/jour dans vos plats en cas de mauvaise digestion. Attention : A éviter si vous êtes allergique au piment ou souffrez du syndrome de l’intestin irritable.

Cannelle : elle ferait baisser la glycémie

Cannelle : elle ferait baisser la glycémie

Selon une étude pakistanaise (2003), la cannelle pourrait contribuer à la prévention et au traitement du diabète. Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, la prise d’un extrait de 1, 3 ou 6 g par jour pendant 40 jours ferait baisser la glycémie de 18 % à 29 %, les taux de triglycérides de 23 % à 30 %, et le "mauvais cholestérol" (LDL) de 7 % à 27 %. Une étude allemande (2006) sur 79 a donné les mêmes résultats à raison de 3 g de cannelle durant 4 mois. En 2013, une revue Cochrane a jeté un doute sur l'efficacité de la canelle dans le diabète, et mis en cause la qualité des essais précédents. En tout état de cause, de nombreuses études paraissent ça et là et convergent sur l'effet de la cannelle sur la glycémie. D’où viennent les vertus de la canelle ? "La cannelle réduit l’augmentation postprandiale de la glycémie, et pourrait aider les pré-diabétiques et les diabétiques à mieux tolérer les repas", explique le Dr Béatrice de Reynal, nutritionniste. Consommation : 1 c. à café/jour dans vos plats.

Du gingembre contre les nausées

Du gingembre contre les nausées

Deux études en 2005, l’une allemande, l’autre américaine ont montré que le gingembre a un effet antiémétique. En clair, il s’avère efficace pour prévenir ou stopper les nausées et les vomissements. En 2016, une étude a démontré cet effet bénéfique sur la femme enceinte. D'autres chercheurs ont découvert que la prise régulière de gingembre dès les premiers jours d'une chimiothérapie diminuerait significativement les nausées. D’où viennent les vertus du gingembre ? Les gingérols, shoagols et zingérones du gingembre réduiraient les mouvements de l’estomac, qui provoquent les nausées. Consommation : L’équivalent d’un tiers de cuillère à café/jour en poudre ou une tranche de gingembre frais en cas de nausées. Vous pouvez le consommer cru, en infusion, haché frais ou en poudre dans les plats. Veillez à choisir des racines fermes et à le conserver dans un endroit frais et sec.

Le safran contre la dépression

Le safran contre la dépression

Deux études iraniennes sur des personnes souffrant de dépression clinique légère à modérée ont montré que le safran est plus efficace que le placebo contre les symptômes de la dépression. Dans l’une des études, les chercheurs sont allés jusqu’à comparer les effets du safran à ceux de la fluoxétine (Prozac). Résultats : le safran s’est avéré aussi efficace que le médicament. En 2018, des travaux ont démontré que le safran pouvait réduire les symptômes chez les adolescents souffrant de dépression modérée. D’où viennent les vertus du safran ? Le mécanisme mérite d'être mieux étudié, mais il semble que le principe actif, le safranal, élève le niveau de sérotonine, neuromédiateur qui joue un rôle essentiel dans la régulation de l'humeur. En médecine traditionnelle persane, la dépression est traitée avec cette épice. Consommation : Les études expérimentales ne permettent pas hélas de définir les doses efficaces. Ajouter régulièrement à votre cuisine... si possible (c’est une épice coûteuse).

Le fenugrec pour l’appétit

Le fenugrec pour l’appétit

Le fenugrec est une épice très utilisée en Inde, notamment dans le curry. En 1990, la Commission E (chargée en Allemagne, par le gouvernement, d’évaluer les effets des plantes) approuvait déjà l’usage médicinal des graines de fenugrec pour stimuler l’appétit et les fonctions digestives. D’où viennent les vertus du fenugrec : Les résultats d’une étude française sur les rats en 1995 indiquent que ce sont les saponines du fenugrec qui stimulent l’appétit, mais les mécanismes sont encore mal compris. Consommation : Faire macérer 500 mg de graines écrasées en poudre dans 1 verre d’eau froide 2 à 3 h, filtrer et boire. Préparer et boire 3 à 4 verres/jour jusqu’à ce que l’appétit revienne. Déconseillé : Aux femmes enceintes, le fenugrec provoque des contractions utérines.

Le clou de girofle diminuerait les douleurs dentaires

Le clou de girofle diminuerait les douleurs dentaires

Mâcher un clou de girofle reste un bon moyen de calmer les douleurs dentaires en attendant de se rendre chez son dentiste. D’où viennent les vertus du clou de girofle ? "Il contient de l’eugénol, une substance anti-inflammatoire, antiseptique, et qui plus est, c’est un anesthésiant local", selon le Dr de Reynal. Consommation : Ecrasez en 1 ou 2 (ou mastiquez en un 3 à 4 fois/jour) puis appliquez-le sur la dent douloureuse en attendant votre rendez-vous chez le dentiste.

Comment choisir des épices de qualité ?

Comment choisir des épices de qualité ?

Le safran : Seulement les pistils du safran (vous devez clairement les voir). Ne pas l’acheter en poudre. Le curcuma : Préférez-le frais sachant que c’est un rhizome puis coupez-le selon vos besoins. En poudre, le curcuma est souvent éventé et perd ses propriétés. Le gingembre : Préférez le frais et juteux. Les piments : Ils doivent être gros, entiers et parfumés. Pas de poudre. La cannelle : Très parfumée, signe de récolte récente. Le clou de girofle : Le bouton doit être fermé, brun, dur et parfumé. Le fenugrec : Les graines doivent être fermes et parfumées. Conservation : Au frais et au sec, à l’abri de la lumière.

Faut-il les prendre en compléments alimentaires ?

Faut-il les prendre en compléments alimentaires ?

“Il est préférable de consommer les épices sous leur forme naturelle et de les ajouter à une alimentation équilibrée. Une consommation suffisante de fruits, légumes, mais également d’herbes et d’épices, qui représentent une très bonne source d’antioxydants*, est reconnue pour protéger l’organisme.”, explique le Dr Laurence Plumey, nutritionniste. Par ailleurs : “Ajoutez des épices à des légumes et vous obtenez un pouvoir antioxydant global bien supérieur à la somme du pouvoir antioxydant de chacun des ingrédients.” * Les épices sont pour beaucoup d’entre elles des concentrés d’antioxydants, qui neutralisent ou détruisent les radicaux libres avant que ceux-ci n’atteignent les cellules.

> Stupéfiant : des chercheurs américains ont découvert qu’une substance provenant du fond des océans est le carburant n°1 pour alimenter votre cerveau jusqu'à 90 ans et même au-delà.

Vidéo : Le remède de grand-mère contre le psoriasis : le curcuma

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.