Sommaire

Calme, vif, solitaire, sociable, joueur… tout comme les humains, chaque chien à son caractère. Et il évolue avec les années. Néanmoins, si votre compagnon à 4 pattes montre les crocs régulièrement, il n’est pas d’une nature "colérique" ou "belliqueuse" et encore moins en train de bouder. Son agressivité n’est que l’expression d’un souci qu’il est urgent de comprendre

Comment reconnaître un chien agressif ?

“D’un point de vue éthologique, l’agression du chien a pour fonction de mettre à distance ou stopper une situation qui n’est pas supportable pour lui”, explique le Dr Jasmine Chevallier DIE Vétérinaire comportementaliste. "Il n’y a pas de vengeance chez le chien. Il n’est pas capable d’élaborer une agression calculée en fonction de quelque chose qui s’est passé avant".

Dans le développement canin normal, les grognements, les aboiements, les crocs sortis ne sont pas l’expression d’une mauvaise humeur ou d’une rancœur de l’animal envers son entourage, mais d’un malaise face à la situation dans laquelle il se trouve.

"L’agression n’a jamais vocation à faire mal chez le chien. Elle est d’ailleurs toujours précédée de plusieurs signes de communication, appelés signaux d’apaisement. Souvent mal lus par les propriétaires, ils ont précisément pour but d’éviter le passage à l’acte. Si le message n’est pas reçu, il va mordre", précise l’experte avant de poursuivre. "Ainsi, la morsure est toujours la fin d’un chemin de communication par lequel le chien dit : "je ne me sens pas bien, arrête". Pour éviter l’escalade de la violence, il est important de capter, identifier et analyser les messages d’avertissement de votre chien".

Quels sont les signaux d’apaisement d’un chien ?

Les signaux d’apaisement sont un ensemble de postures, regards et mouvements que les chiens effectuent pour faire comprendre à un autre individu (canin ou humain) qu’il est dans un état émotionnel inconfortable.

"Ces signaux de communication ne sont pas simplement émis pour donner un message, ils sont émis pour demander au protagoniste d’arrêter ce qui le met mal à l’aise” ajoute Jasmine Chevallier.

Ce langage corporel présente une graduation. Le compagnon à quatre pattes en difficulté face à la situation actuelle va :

  • se figer : le but de ce geste est de montrer qu’il n’est pas une menace ;
  • regarder par en dessous : on voit apparaître le blanc de l’œil ;
  • détourner la tête pour regarder ailleurs ;
  • se lécher les babines ;
  • montrer ses dents et grogner ;
  • claquer des dents à côté ;
  • Et finalement aboutir à la morsure en cas d’émotion vive ou de non prise en compte des signaux précédents.

"Un chien sans soucis de santé ni problème de comportement est normalement en mesure de contrôler son agression. Elle n’a jamais vocation à faire mal. C’est important de le rappeler", précise la vétérinaire. "S’il y a une escalade directe à la morsure, l’animal a soit une pathologie comportementale, soit est soumis à une émotion très intense qui lui fait perdre le contrôle".

Face à l’agressivité canine, la première chose à faire est d’analyser la situation immédiate et comprendre ce qui a conduit votre compagnon à agir ainsi.

Agressivité du chien : quelles sont les causes ?

Chez les chiens qui ont un développement sain, les agressions ont pour objectif d’augmenter la distance avec une situation qu’ils n’apprécient pas, qui les angoisse ou leur font peur. Plusieurs facteurs peuvent expliquer l’apparition d’un comportement agressif chez l’animal.

Tout d’abord, certaines périodes sont plus propices, par exemple la période, adolescente, qui s’étale entre 6 et 18 mois. "Plus le chien est petit, plus c’est précoce. Plus le chien est grand, plus c’est tardif", précise Jasmine Chevallier Dr vétérinaire, DIE vétérinaire comportementaliste.

Nos amis à poil “ados”, notamment les peureux, ont tendance à délaisser le mode de réponse privilégié des chiots le freezing (se figer) pour privilégier un mode agressif principalement à cause du jeu des hormones. "Les chiens qui n’aiment pas qu’on les tripote, le supportent quand ils sont petits, puis se montrent plus belliqueux quand ils sont à l’adolescence" donne en exemple, Jasmine Chevallier.

Deux facteurs physiques peuvent aussi expliquer pourquoi votre compagnon à 4 pattes n’est plus aussi calme qu’auparavant :

  • les affections douloureuses : mal de dos, mal aux pattes… un chien qui souffre, va être beaucoup moins tolérant aux interactions. "Son seuil d’agressivité est abaissé par une douleur physique ou maladie d’où l’intérêt de faire équipe avec son veto face à un comportement agressif".
  • la sénescence : comme les personnes âgées, le chien vieillissant peut ne plus percevoir correctement son environnement ou éprouver des difficultés à gérer ses émotions. C’est pourquoi des manifestations d’agressivité sont susceptibles d'apparaître avec l’âge.

Le point sur l’agressivité du chien envers son maître

Un chien qui montre des signes d’agressivité envers son propriétaire, doit aussi alerter. "Ce changement d’attitude envers le maître peut découler du développement de la protection de la ressource comme garder le canapé ou sa gamelle. Il faut tout de suite faire appel à un professionnel. N’essayez pas de régler cela tout seul", préconise la vétérinaire comportementaliste.

Une autre cause d’agression dans le foyer est un trouble de la communication. C’est-à-dire que les consignes ne sont pas compréhensibles pour le chien, lui provoquant stress et angoisse. "Par exemple, le chien a mangé une paire de chaussure, une heure après que le propriétaire arrive, le prend par le cou - ce qui ne se fait pas chez le chien adulte - lui montre la paire et le punit violemment. Cette séquence est complètement incompréhensible et traumatisante, le chien peut alors être agressif pour se défendre… En effet, si le chien fait une « tête de puni » ce n’est pas parce qu’il a compris pourquoi le maître est en colère, mais parce qu’il essaye d’apaiser les signaux d’énervement émis par son propriétaire", explique Jasmine Chevallier.

Comment calmer un chien agressif ?

On enregistre en moyenne 10 000 morsures de chien chaque année en France. Une étude réalisée par l’Institut de Veille Sanitaire et de Zoopsy en 2011 montre que l’animal mordeur est connu par la victime dans 8 cas sur 10 (chien de la famille 36 %, d’une connaissance 30 %, de la famille élargie 12 %). "L’agressivité du chien est toujours grave. Il faut donc le prendre au sérieux". Mais que faire face à un animal qui semble belliqueux ?

"Il y a trop de situation d’agressivité pour faire une check-list. Par contre, il y a des erreurs importantes à ne pas faire. En premier lieu, répondre à la violence par la violence. On ne frappe pas un chien agressif", martèle le Dr Jasmine Chevallier.

La professionnelle conseille également d’aller consulter le vétérinaire rapidement pour vérifier s’il n’y a pas de soucis médicaux. "Si l’animal a une otite, c’est normal qu’il soit de mauvais poil. C’est comme les enfants".

Face à des signes de menaces directes de votre ami à 4 pattes, il est impératif de tout stopper afin de ne pas laisser la bête face à une situation qui le stresse ou lui fait peur. Isolez le chien à sa place ou dans une autre pièce, le temps que tout le monde se détende. Profitez de ce moment également pour vérifier que personne n’ait été blessé pendant la réponse agressive.

"Ensuite on réfléchit à ce qui a pu mettre le chien mal à l’aise. On travaille en amont pour ne plus recréer les causes du malaise. Un exemple très simple, si le chien grogne quand il mange sa gamelle, il faut se demander : est-ce qu’il n’a pas de problèmes physiques ? Est-ce qu’il est au calme quand il mange ? Si ce n’est pas le cas, c’est normal qu’il défende sa gamelle. II faut alors réfléchir : est-ce qu’il y a moyen de faire autrement ? Le mettre dans une pièce seul au moment de son repas afin qu’il mange sereinement, par exemple ?".

Toutefois, il est difficile de faire ce travail de réflexion seul. "Un vétérinaire comportementaliste ou un éducateur aidera à comprendre ce qui a généré la séquence agressive. Mais, c’est un travail en amont. On ne travaille pas sur la séquence agressive en elle-même en la punissant, ça n’a pas de sens, pas d’utilité, et c’est souvent dangereux", conclut Jasmine Chevallier.

> De plus en plus de femmes renoncent à la chirurgie esthétique et utilisent cette pilule à la place.

Sources

Remerciement au Dr Jasmine Chevallier, DIE Vétérinaire comportementaliste

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.