La liste noire des pires nids à microbes qui se cachent chez vous

Listéria, E.coli, Salmonelle… Ces bactéries tant redoutées se cachent dans votre maison, même dans des endroits où vous ne les attendez pas. Voici les pires nids à microbes de votre maison et surtout les bons réflexes pour éviter les infections, selon le Pr Stéphane Gayet, infectiologue au CHU de Strasbourg.

La liste noire des pires nids à microbes qui se cachent chez vous© Istock

Le monde vivant bactérien présent sur terre comporte au bas mot des millions d'espèces et probablement bien plus. Sur ces quelques millions d'espèces bactériennes, entre 100 et 150 sont connues comme pathogènes pour l'Homme. Un microorganisme est qualifié de pathogène, s'il est capable de contribuer à une infection chez l'Homme.

"On préfère parler d'espèces potentiellement pathogènes, car il y a encore des différences au sein de chaque espèce bactérienne, nous explique le Pr Stéphane Gayet, infectiologue au CHU de Strasbourg. Au sein d'une espèce bactérienne, potentiellement pathogène, comme le staphylocoque doré (genre Staphylococcus, espèce aureus) par exemple, il existe des souches très pathogènes et au contraire des souches peu pathogènes".

Parmi les quelque 100 à 150 espèces bactériennes potentiellement pathogènes, la très grande majorité a pour réservoir le corps humain. "C'est là une notion fondamentale largement ignorée, y compris chez les professionnels de santé, poursuit le professeur. Quand elles se trouvent en dehors du corps humain, certaines bactéries meurent rapidement, d'autres peuvent persister quelque temps, voire se multiplier si les conditions leur sont favorables".

Les bactéries affectionnent particulièrement la chaleur, l’humidité et les nutriments. "Ce sont trois éléments essentiels à leur survie", précise le Pr Gayet. Dans votre maison, ce sont la cuisine, la salle de bain et les toilettes, les pièces les plus propices à la profusion de bactéries. "Quant aux tapisseries, tapis, revêtements, textiles, canapés, fauteuil et literies… leur contamination est surtout constituée d’acariens et de champignons", explique l’expert. On fait le tour pièce par pièce et on vous livre les endroits les plus propices aux contaminations.

Méfiez-vous de ces objets en cuisine : ils favorisent les intoxications bactériennes

La liste noire des pires nids à microbes qui se cachent chez vous

C’est en cuisine que les risques de contamination sont les plus importants semble-t-il. En effet, les bactéries affectionnent l’humidité et les nutriments, éléments essentiels à leur survie.

"Des bactéries d’origine animale ou humaine peuvent proliférer et constituer un risque sérieux d’intoxication alimentaire bactérienne", explique le Pr Gayet.

15 % des éponges contiennent des bactéries de type E.Coli potentiellement mortelles

Le colibacille (E.coli) fait partie du microbiote digestif (anciennement appelé flore intestinale) de l’Homme. "Quand nous déféquons, nous en récoltons en très grand nombre sur nos mains lors de notre essuyage anal", poursuit l’expert. Sans une bonne technique de lavage des mains, il en restera. On les retrouve ensuite dans les pièces d’eau, puisque nos mains les y déposent. Mais "étant donné que les éponges sont un bon support de prolifération bactérienne, on les retrouve aussi ensuite sur cet objet : c’est logique", déclare encore le Pr Gayet. Environ 15 % des éponges trônant dans la cuisine contiendraient des bactéries comme E.coli.

Quels sont les risques d'une contamination par E.coli ?

"Escherichia coli est une bactérie qui s’établit dans le tube digestif de l’homme et de certains animaux, confirme de son côté l’Institut Pasteur. La majorité des souches de E.colis sont inoffensives, quelques-unes seulement sont vraiment pathogènes. C’est le cas des souches de E.colis dites entérohémorragiques (ECEH). Ces dernières provoquent une diarrhée sanglante". Régulièrement, elles sont la cause d ’intoxications alimentaires.

Parallèlement, les toxines produites par ECEH détruisent la paroi des vaisseaux sanguins et causent des problèmes de coagulation et d’hypertension. Cette maladie devient mortelle dans 3 à 5 % des cas. "Certaines personnes développent aussi des complications neurologiques pouvant aboutir à un état de coma", ajoute l’Institut.

Planche à découper : elle peuvent cacher la Listeria

Vous l’utilisez pour éplucher vos courgettes, puis pour couper votre viande. Enfin, vous la rincez hâtivement avant de l’utiliser pour faire votre salade. La planche à découper est donc aussi un nid à bactéries dans la cuisine ! Ces dernières peuvent provenir des mains des personnes qui préparent la nourriture ou des denrées alimentaires.

Quels sont les risques d'une contamination à la listeria ?

Une gêne intestinale après le repas qui se manifeste par des nausées, douleurs abdominales ou encore une diarrhée. L’expert nous cite également l’entérocoliteaiguë (inflammation de la muqueuse intestinale ou colique). Son origine peut être bactérienne, virale, parasitaire ou intolérance alimentaire. Quant aux premiers symptômes, l’infectiologue cite les nausées, vomissements, frissons, douleurs abdominales ou la diarrhée.

Mais "Il faut encore citer la listériose, ajoute le Pr Gayet. Elle est provoquée par la Listeria qui est une bactérie que l’on retrouve dans le système digestif de nombreux animaux". Si vous contractez une poussée de fièvre, accompagnée de maux de tête et d’un malaise général, il vaut mieux consulter. La listériose peut faire des ravages et mener à des complications neurologiques comme la méningite. Elle peut être fatale chez les personnes âgées ou fragiles (atteintes de cancer, sous dialyse ou transplantées). En effet, le taux de mortalité atteint les 30 ou 40 % pour les cas de méningite à cause de la Listeria.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci au Pr Stéphane Gayet, infectiologue et hygiéniste au CHU de Strasbourg

Le Petit Guide Santé du Ménage rédigé par nos médecins, Association Santé Environnement France

Escherichia coli, informations et traitements, Institut Pasteur

Ugly ducklings—the dark side of plastic materials in contact with potable water, Biofilms & Microbiomes, 27 mars 2018