Sommaire

Pratiquer le jeûne intermittent

Pratiquer le jeûne intermittent © Adobe StockLe jeûne intermittent consiste à alterner des périodes où l’on mange avec celles où l’on ne mange pas, tout en continuant à boire, pendant au moins 16 heures.

Comment ? Admettons que l’on prenne notre dernier repas du soir à 20h, il faudra attendre 12h le lendemain pour pouvoir manger à nouveau. "Après les fêtes, cette pratique prend tout son sens parce qu’elle permet de vraiment mettre le système digestif au repos et par conséquent de limiter l’encrassement du foie" souligne Valentine Cabanel, docteur en pharmacie et naturopathe à Paris. De nombreuses études scientifiques s’accordent à démontrer l’intérêt du fasting, ou jeûne intermittent, dans la perte de poids, la diminution significative du stress, de l’inflammation et l’amélioration de bon nombre de maladies chroniques.

Faire des monodiètes

Faire des monodiètes© Adobe StockRien de tel qu’une monodiète pour régénérer son foie après les excès des fêtes de fin d’année !

Le principe ? Pendant un à trois jours, on ne consomme qu’un seul aliment ou groupe d’aliments et ce, sous différentes formes : jus, compote, salade ou soupe de légumes. "Le mieux c’est d’ingérer un aliment qui soit le moins encrassant possible comme un légume ou un fruit, exceptées les pommes de terre" commente la spécialiste. L’idée n’est pas de mincir mais de purifier son organisme en le débarrassant des toxines qui l’encombrent, c’est en quelques sortes un "nettoyage" du système digestif.

Ne pas manger de féculents pendant une semaine

Ne pas manger de féculents pendant une semaine© Adobe StockCertains féculents, comme les légumes secs notamment, sont difficiles à digérer et occasionnent des fermentations dans l’intestin. Pour éviter ce genre de désagréments et laisser à notre système digestif un peu de répit, on évite cette catégorie d’aliments pendant une semaine. "Tout ce qui est à base d’amidon comme les légumes racines, notamment les pommes de terre, mais aussi les céréales : riz, pâtes au blé et autres sucres rapides sont à boycotter, tout comme la nourriture industrielle" précise Valentine Cabanel. On privilégie donc les légumes, accompagnés de protéines animales ou végétales pour permettre au foie de se régénérer.

Augmenter l’activité physique

Augmenter l’activité physique© Adobe StockQue l’on soit un sportif occasionnel ou régulier, il va falloir redoubler d’efforts si l’on veut sauver son foie après les fêtes. En pratiquant une activité physique d’au moins vingt minutes à jeun chaque matin, on optimise les bénéfices parce qu’on va déstocker beaucoup plus vite et notre niveau d’énergie sera décuplé. "Inutile d’en faire trop, une petite course de 20 minutes à allure modérée suffit amplement pour limiter le stockage du sucre, notamment du glycogène qui correspond au sucre de réserve stocké dans le foie et dans les muscles", note la naturopathe.

Consommer des plantes

Artichaut, fumeterre, curcuma, romarin, chardon-marie… Nombreuses sont les plantes réputées pour leur action détoxificante sur le foie. Si la manière la plus simple de les consommer reste de boire des tisanes, il vaut mieux préférer des ampoules concentrées ou des extraits de plantes fraîches standardisées que l’on trouve généralement en pharmacie ou boutiques bio.

La meilleure option selon la naturopathe ? Un combo desmodium/radis noir. Le desmodium a des vertus hépato-protectrices, ce qui signifie qu’il augmente la résistance des cellules du foie en les protégeant des toxines accumulées via l’alimentation. Desmodium se prend en ampoule, de préférence le soir, et le radis noir plutôt le matin au réveil pour vidanger la vésicule biliaire.

> Un expert santé à votre écoute !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.