Appelées « troubles mnésiques » par la communauté scientifique ou le corps médical, les pertes de mémoire sont bien souvent anodines et ne présagent généralement d’aucune pathologie sous-jacente. Pour autant, elles peuvent s’avérer véritablement désagréables voire même invalidantes lorsque ces pertes de mémoire surviennent et semblent bloquer votre pensée.

Pour tenter de pallier ce petit désagrément, des chercheurs américains, et dont l’étude a été publiée dans la revue Neurology, se sont intéressés aux vertus bienfaitrices du saumon, et leur impact sur le cerveau.

Pertes de mémoire : les oméga-3 et leurs bienfaits

Pour ce faire, 2 200 Américains, âgés de la quarantaine ou de la cinquantaine en majorité, ont vu leur taux sanguin d’acides gras oméga-3 analysé. En effet, la teneur en oméga-3 s’enrichit majoritairement au sein d’une alimentation à base de poissons comme le saumon, le hareng, les sardines ou encore le maquereau. Même si, aujourd’hui, grand nombre de personnes optent pour les compléments alimentaires.

Au cours des travaux, les chercheurs ont découvert que plus le niveau d’oméga-3 était élevé, au mieux les participants parvenaient à résoudre un « test de raisonnement complexe » qui leur avait été proposé. Par ailleurs, l’étude a révélé que les trois quarts des participants ayant présenté un sang plus riche en acides gras oméga-3, présentaient également un hippocampe - une région du cerveau directement liée à la mémoire - plus conséquent.

Ces derniers ont aussi été associés à une consommation d’au moins 3 grammes de poisson gras chaque semaine, selon les questions qui leur avaient été préalablement posées quant à leur mode de vie et de consommation.

De la perte de mémoire à la démence

Un hippocampe plus grand, vers des pertes de mémoire moins courantes. Cette découverte s’avère édifiante en ce qu’elle apporte comme informations, parce qu’elle démontre non seulement que le poisson enrichit en oméga-3 pourrait permettre de prévenir les troubles de la mémoire, mais elle ouvre également la porte à la prévention de la démence : « Manger du poisson pourrait aider votre cerveau à vieillir plus sainement et protéger contre la démence », explique le Dr Claudia Satizabal.

En effet, la région de la mémoire étant plus grande, elle donnerait plus de répit aux personnes vieillissantes, avant la perte de leurs cellules cérébrales causant ainsi la perte de mémoire liée à la démence. « Ces résultats suggèrent même que cela pourrait aider les personnes d'âge moyen alors qu'elles sont jeunes et en bonne santé, en renforçant leurs capacités de réflexion », poursuit l’équipe

Une alimentation saine et équilibrée recommandée

« Ce que nous savons, c'est qu'un cerveau sain dans la quarantaine est également important pour la santé du cerveau plus tard dans la vie et qu'une alimentation saine dans l'ensemble est importante pour réduire le risque de démence », suggérant ainsi qu’une alimentation saine et équilibrée aurait un impact sur les années à venir.

L’étude préconise donc la consommation de poisson gras comme le saumon, à hauteur d’au moins deux portions par semaine, afin de garder un corps mais également un cerveau en bonne santé.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

mots-clés : saumon, mémoire, Perte, Oubli
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.