Alors que les autorités sanitaires préconisent de boire environ huit verres d’eau chaque jour, soit l’équivalent de deux litres quotidiens, une nouvelle étude est venue mettre à mal ces recommandations de santé. « La recommandation actuelle en eau n’est pas du tout soutenue scientifiquement. La plupart des scientifiques ne savent pas d’où vient cette recommandation », a expliqué le Pr Yosuke Yamada, co-auteur des travaux, publiés dans la revue spécialisée Science.

Une recommandation faussée depuis tout ce temps ?

Un groupe de chercheurs internationaux se sont penchés sur le sujet des quantités journalières d’eau à consommer pour s’assurer une bonne santé générale. «La science n'a jamais soutenu l'ancienne mesure des huit verres comme une ligne directrice appropriée, ne serait-ce que parce qu'elle confondait le renouvellement total de l'eau avec l'eau des boissons et qu'une grande partie de votre eau provient de la nourriture que vous mangez », n’a pas manqué d’ajouter Dale Schoeller, professeur à l'Université du Wisconsin, aux Etats-Unis et co-auteur de l’étude.

Pour reprendre sur des bases efficaces et proches de la réalité actuelle, les chercheurs ont réuni pas moins de 5 000 participants, venant de 26 pays différents. Leur consommation d’eau et les habitudes qui l’entourent ont été observées de très près par les spécialistes. Plusieurs données ont été pris en compte à côté des quantités et des habitudes quotidiennes, comme le principe du renouvellement de l’eau qui fait référence à la dose d’eau que le corps utilise chaque jour. Ces détails permettent alors de comprendre quel est le besoin le plus approprié, par le biais de la nourriture et des boissons, pour remplir « cette jauge » que vide le corps pour fonctionner.

La quantité d’eau idéalement recommandée

Selon les résultats de l’étude, la moyenne quotidienne de la consommation optimale d’eau peut varier d’un litre à six litres quotidiennement, en fonction de la personne et de certains facteurs déterminants. Les participants, âgés de huit jours à 96 ans, ont été tenus de boire une certaine quantité d’eau, contenant des mesures atomiques particulièrement, permettant ainsi aux chercheurs de mesurer plus précisément les capacités de renouvellement d’eau de chacun.

Ainsi, les résultats ont permis de constater que l’âge, le niveau d’activité physique, la taille et la corpulence pouvaient véritablement influencer les besoins de consommation d’eau journaliers. En effet, selon les travaux, les populations situées dans les pays classés le plus en bas de l’échelle de développement humain des Nations Unis - qui classe les pays selon l’espérance de vie, les années de scolarité et les niveaux de revenus moyens - avaient une capacité de renouvellement d’eau plus élevé que les pays les mieux classés.

« Cela représente la combinaison de plusieurs facteurs. Ces personnes dans les pays à faible indice de développement humain (IDH) sont plus susceptibles de vivre dans des zones où les températures moyennes sont plus élevées, plus susceptibles d'effectuer un travail physique et moins susceptibles d'être à l'intérieur dans un bâtiment climatisé pendant la journée. Cela, en plus d'être moins susceptibles d’avoir accès à une gorgée d'eau propre chaque fois qu'ils en ont besoin, augmente leur renouvellement de l'eau», ont expliqué les auteurs de l’étude.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://www.sciencedaily.com/releases/2022/11/221125132035.htm

mots-clés : eau, nutrition
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.