Sommaire

L'eau gazeuse contient du gaz carbonique ou dioxyde de carbone. C'est lui qui, dissout dans le liquide, se transforme en bulles quand la boisson est dépressurisée, quand on ouvre la bouteille.

Raphaël Gruman, nutritionniste, distingue deux types d’eau pétillante : "l'eau pétillante naturelle, qui contient du dioxyde de carbone à sa source. C'est-à-dire qu'eau et gaz cohabitent dans la même nappe souterraine. Il existe aussi l'eau minérale gazéifiée. C’est une eau minérale plate à laquelle on a ajouté du gaz carbonique sous pression, provenant de différentes sources, en usine au moment de l'embouteillage. Du sodium et d'autres minéraux y sont souvent intégrés".

Si l’eau gazeuse est de plus en plus appréciée par les Français, il faut toutefois rester prudent. Certaines pathologies ne vont pas être compatibles avec l’eau pétillante si celle-ci est fréquemment consommée. En cause notamment, la teneur en sodium (sel) des eaux gazeuses.

"Les eaux les plus riches en sodium, soit les plus salées vont être Vichy Célestin avec 1172 mg de sodium par L, St Yorre avec 1708 mg par L, Quézac avec 255 mg par L et Badoit avec 150 mg par L, révèle le spécialiste. Cela équivaut à 2,93 g de sel de cuisine pour Vichy Célestin et 4,27 g de sel pour St Yorre, qui sont les eaux les plus envahies de sodium".

Vous avez des problèmes cardiovasculaires

La teneur en sel est le premier méfait de l’eau pétillante. Les personnes qui peuvent en pâtir ? Celles qui souffrent d’hypertension artérielle ou d’un autre problème cardiaque.

L’excès de consommation de sel contribue à une augmentation de la tension artérielle. Lorsqu’on est hypertendu, il est important de limiter sa consommation.

L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) estime qu'un apport est correct à 6 g de sodium par jour. Il n'y a ainsi aucun risque d’être en excès et d’augmenter vos risques cardiovasculaires.

Les personnes qui consomment beaucoup de sel, vont voir ce dernier passer dans le sang, ce qui va provoquer une perte d'eau dans les cellules et les tissus. L'eau sort des tissus pour se déverser dans le sang ; cela augmente le volume sanguin et donc la pression sanguine.

Vous avez besoin de perdre du poids

Des chercheurs de la Birzeit University (Palestine) ont déjà alerté la population avec une étude parue en 2017 face à l’eau gazeuse. En augmentant l’appétit, cette dernière pourrait favoriser la prise de poids.

Le gaz carbonique ajouté dans l'eau en bouteille pourrait favoriser la prise de poids en ouvrant l'appétit. Un verre de temps en temps peut suffire à avoir un effet délétère sur votre ligne.

Eau pétillante : l’hormone de la faim six fois plus importante

L’étude a été menée sur des rats et a démontré que les consommateurs de dioxyde de carbone présentaient des niveaux élevés de ghréline. Cette hormone de la faim va favoriser l’appétit. Plus le taux de ghréline dans le sang est élevé, plus l'appétit sera élevé.

Les rats qui ont bu de l'eau gazeuse le matin ont présenté des niveaux d’hormone de la faim six fois plus importants que ceux qui buvaient de l'eau plate. Résultat : les rats ont pris du poids en consommant de l’eau gazeuse. En outre, ils présentaient également une quantité considérablement accrue de graisses dans leur foie.

Au contraire, miser sur l’eau plate et boire régulièrement est un bon moyen de réguler la faim et d’éviter la déshydratation.

Vous faites de la rétention d’eau

Raphaël Gruman nous met en garde face aux eaux gazeuses susceptibles de favoriser la rétention d’eau. À force d’en boire, vous pourriez peser plus lourd sur la balance. En cause : le sel dont elle est pourvue.

Rétention d'eau : elle peut être source d’inconfort au quotidien

Si vous consommez des aliments et des boissons riches en sel, l'eau va s’accumuler dans vos tissus. Ces tissus, fortement concentrés en sel, attirent l'eau et la retiennent, ce qui empêche son élimination. C’est ce qu’on appelle la rétention d’eau.

La rétention d’eau peut suffire à afficher un kilo de plus sur la balance. En outre, les personnes qui en sont victimes sont susceptibles de présenter les extrémités gonflées.

Si la rétention d’eau n’est pas grave, c’est un problème fonctionnel, qui peut être source d’inconfort et même être un véritable handicap au quotidien.

Vous souffrez d’une maladie rénale

La teneur en sel de l’eau pétillante peut aussi s’avérer toxique pour les personnes victimes de maladie rénale. En effet, les maladies rénales sont, dans 50 % des cas, la conséquence de l’hypertension. Le sel va donc être à limiter si vous voulez éviter les maladies rénales où si vous en êtes déjà victime.

Une consommation élevée de sel est liée à une détérioration de la fonction rénale à cause de l'excès de protéines dans l'urine et la surcharge en liquide.

Ce sont les reins qui vous aident à éliminer le sel si vous en consommez en excès

Les reins exercent un rôle d'élimination des déchets de l'organisme. En effet, les substances nocives et toxiques sont filtrées par les reins et éliminées par le biais de l'urine. Les reins, tout comme le foie, permettent de détoxifier le corps. Ce sont les reins qui vous aident à éliminer le sel si vous en consommez en excès.

"S'ils sont endommagés ou si vous souffrez d'insuffisance rénale - même légère - certains aliments vont être décommandés". C'est ce que nous explique Raphaël Gruman, nutritionniste.

"Il va notamment s'agir du sel et de tous les aliments salés, ainsi que des protéines animales et des aliments riches en potassium", nous partage notre expert. Ces derniers vont demander beaucoup de travail à vos reins.

Vous avez des problèmes gastriques

En plus de contenir trop de sel, l’eau pétillante peut entraîner des ballonnements gastriques et une irritation au niveau de l'intestin à cause des bulles.

En effet, avaler de l'eau gazeuse revient à avaler du gaz. Avec à la clé pour les personnes sensibles, un ventre plus gonflé, voire des ballonnements désagréables.

"L’eau gazeuse est surtout fortement déconseillée aux personnes souffrant de maladie de Crohn et de rectocolite hémorragique", nous détaille Raphaël Gruman.

> Comparez les mutuelles et augmentez le nombre de séances avec un nutritionniste !

Sources

https://www.cochrane.org/fr/CD010070/RENAL_modification-de-lapport-en-sel-dans-le-regime-alimentaire-chez-les-adultes-souffrant-dinsuffisance#:~:text=Une%20consommation%20%C3%A9lev%C3%A9e%20de%20sel,et%20la%20surcharge%20en%20liquide 

mots-clés : Rétention d'eau
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.