Vous souffrez d’infections urinaires à répétition et ne savez pas à quoi cela est dû ? En France, ce sont environ 2 millions de femmes qui sont sujettes à des épisodes d'infections urinaires à répétition. Une nouvelle étude publiée le 2 mai dernier dans la revue Nature Microbiology affirme que les antibiotiques pourraient être la cause de ces infections urinaires à répétition.

C’est la première fois qu’une étude démontre que les antibiotiques utilisés pour traiter les infections urinaires pourraient en réalité favoriser la répétition des infections en éliminant les bactéries pathogènes de la vessie, mais pas celles des intestins. Les bactéries survivantes dans l'intestin peuvent alors se multiplier et se propager à nouveau dans la vessie, provoquant une nouvelle infection urinaire.

En effet, cette étude menée par des chercheurs de la Washington University School of Medicine de St. Louis et du Broad Institute du MIT et d'Harvard suggère que les femmes qui souffrent d'infections urinaires récurrentes pourraient être prises dans un cercle vicieux dans lequel les antibiotiques administrés pour éradiquer une infection les prédisposent à en développer une autre.

Infections urinaires : des microbiomes moins diversifiés

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont étudié 15 femmes ayant des antécédents d'infections urinaires récurrentes et 16 femmes n'en ayant pas. Toutes les participantes ont fourni des échantillons d'urine et de sang au début de l'étude et des échantillons de selles mensuels. L'équipe a analysé la composition bactérienne des échantillons de selles, testé la présence de bactéries dans l'urine et mesuré l'expression génétique dans les échantillons de sang.

Résultat, les scientifiques ont observé que les femmes atteintes d'infections urinaires récurrentes qui ont participé à l'étude présentaient des microbiomes moins diversifiés, déficients en un groupe important de bactéries qui contribuent à réguler l'inflammation, et une signature immunologique distincte dans leur sang, indicative d'une inflammation.

Les patients souffrant d'infections répétées présentaient une diversité moindre d'espèces microbiennes intestinales saines, ce qui pouvait donner plus d'occasions aux espèces pathogènes de s'implanter et de se multiplier. Les chercheurs ont notamment constaté que les microbiomes des femmes souffrant d'infections urinaires récurrentes étaient particulièrement pauvres en bactéries produisant du butyrate, un acide gras à chaîne courte ayant des effets anti-inflammatoires.

Antibiotiques : pourquoi ils favorisent les récidives

"Nous pensons que les femmes du groupe témoin ont pu éliminer les bactéries de leur vessie avant qu'elles ne causent la maladie, alors que les femmes souffrant d'infections urinaires récurrentes n'ont pas pu le faire, en raison d'une réponse immunitaire différente à l'invasion bactérienne de la vessie, potentiellement liée par le microbiome intestinal", a déclaré Colin Worby, biologiste et auteur principal de l'étude.

Les résultats de cette étude soulignent l'importance de trouver des alternatives aux antibiotiques pour traiter les infections urinaires. "Notre étude démontre clairement que les antibiotiques ne préviennent pas les infections futures et n'éliminent pas les souches responsables des infections urinaires dans l'intestin. Ils peuvent même favoriser les récidives d'infections urinaires en maintenant le microbiome dans un état perturbé", précise l’auteur principal.

Infection urinaires chroniques : intestin et vessie connectés

“Il est frustrant pour les femmes qui consultent un médecin pour une infection récurrente de voir que le médecin, qui est généralement un homme, leur donne des conseils d'hygiène. Ce n’est pas nécessairement le problème. Ce n'est pas nécessairement une mauvaise hygiène qui en est la cause. Le problème réside dans la maladie elle-même, dans cette connexion entre l'intestin et la vessie et les niveaux d'inflammation. En fait, les médecins ne savent pas quoi faire avec les infections urinaires récurrentes. Tout ce qu'ils ont, ce sont des antibiotiques, alors ils en rajoutent, ce qui ne fait probablement qu'empirer les choses”, conclut Scott J. Hultgren, co-auteur de l’étude et professeur de microbiologie moléculaire à l'Université de Washington.

Ce n'est pas la première fois qu'un lien est établi entre microbiote intestinal et infection urinaire. En effet, selon l'Inserm, les bactéries Escherichia coli sont ainsi impliquées dans 80% de ces infections. Lors d'une étude menée en collaboration avec le CHU de Toulouse, l'INRAE, l'Université Toulouse III et l'École nationale vétérinaire de Toulouse, l'Inserm a découvert que les bactéries présentes dans les urines libéraient une toxine qui modifie l'ADN de la vessie, entraînant par la suite des infections urinaires à répétition.

Microbiote et vessie : une toxine identifiée ?

Une découverte majeure, car elle permet d'imaginer des perspectives de traitements futurs pour les personnes souffrant d'infections urinaires chroniques. En pratique, 223 adultes touchés par une cystite due à la bactérie E. coli ont vu leur urine analysée et un biomarqueur a été trouvé dans 25% des cas. C'est la colibactine qui a été identifiée. Or, il est important de savoir que cette toxine peut modifier l'ADN de la muqueuse de la vessie. "Si on ne peut pour le moment que spéculer sur l'impact de ces mutations, il est probable qu'elles soient associées à un risque accru de cancer de la vessie", a précisé le directeur de l'étude Eric Oswald.

Pour l'Inserm, mieux comprendre les liens entre microbiote intestinal et infections urinaires à répétition est considéré comme une priorité et pour cela, l'organisme de recherche plaide pour un suivi des personnes à risque. "On pourrait imaginer mettre en place une prise en charge plus spécifique des patientes souffrant régulièrement d’infections urinaires, avec une recherche systématique des marqueurs de la colibactine dans leurs urines", assure Eric Oswald.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Longitudinal multi-omics analyses link gut microbiome dysbiosis with recurrent urinary tract infections in women, Nature Microbiology, 2 mai 2022.

https://www.nature.com/articles/s41564-022-01107-x

Antibiotics may disrupt microbiome to cause recurrent UTIs, news-medical.net, 2 mai 2022.

https://www.news-medical.net/news/20220502/Antibiotics-may-disrupt-microbiome-to-cause-recurrent-UTIs.aspx

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.