En cette période des saints de glace, une vague de chaleur est attendue sur toute la France entre ce lundi 9 et jeudi 12 mai 2022. Le mercure dépassera les 25°C sur la moitié nord du pays et passera la barre des 30°C dans le Sud. “Le ressenti deviendra parfois pénible avec des températures ressenties qui atteindront 30 à 35 ° sur les 2/3 du territoire en raison de l’humidité”, met en garde La Chaîne Météo. De son côté, Météo Villes émet un avis de “risque de sécheresse et de canicule pour l’été 2022 en France”. Une mauvaise nouvelle pour les cultures mais aussi pour notre santé, et plus particulièrement celle des hommes. Selon une étude publiée dans le BMJ Open, des nuits d’été plus chaudes que d’habitude augmentent les risques de décès par maladie cardiovasculaire au début de la soixantaine.

Maladies cardiovasculaires : les chaleurs extrêmes l’été augmentent les risques de décès

Des recherches antérieures avaient déjà étudié la possibilité que des périodes de temps chaud pendant l’été, impliquant des vagues de chaleur extrêmes ou prolongées, pouvaient coïncider avec des hausses d’hospitalisations et de décès dues à des maladies cardiovasculaires. Néanmoins, plusieurs incohérences ne permettaient pas d’établir de conclusions. Les chercheurs de l’Université de Toronto au Canada ont donc décidé d’étudier tout lien possible entre les températures estivales élevées la nuit et l’augmentation des décès par maladie cardiovasculaire chez les personnes âgées de 60 ans et plus.

Ils ont pris les données de l'Office for National Statistics sur les décès d’adultes attribués aux maladies cardiaques pour les mois de juin et juillet de chaque année entre 2001 et 2015 en Angleterre et au Pays de Galles, car c’est au cours de ces deux mois que les vagues de chaleur au Royaume-Uni sont les plus fréquentes et les plus intenses. Pour compléter ces chiffres, ils ont aussi recueilli des informations correspondantes dans le comté de King de l’État de Washington, une région similaire faisant face à la mer, à une latitude parallèle à l'Angleterre et au Pays de Galles, possédant des propriétés atmosphériques terrestres et océaniques comparables, avec une prévalence similaire de la climatisation résidentielle. Les données américaines, n'incluaient toutefois que des hommes.

“Compte tenu de la probabilité croissante d’étés extrêmes dans l’ouest des États-Unis et du Royaume-Uni, nos résultats invitent à des initiatives préventives en matière de santé de la population et à de nouvelles politiques urbaines visant à réduire le risque futur d’événements cardiovasculaires", ont détaillé les chercheurs.

Canicule : les nuits très chaudes augmentent les risques de décès par maladie cardiovasculaire

Selon leurs données, entre 2001 et 2015, 39 912 décès par maladie cardiovasculaire (68,9 % d'hommes) ont été enregistrés en Angleterre et au Pays de Galles et 488 décès dans le comté de King.

En Angleterre et au Pays de Galles, les chercheurs ont trouvé qu’une augmentation de 1 °C de la température nocturne estivale habituelle était associée à une augmentation de 3,1 % du risque de mortalité par maladie cardiaque chez les hommes âgés de 60 à 64 ans, mais pas chez les hommes plus jeunes ou plus âgés ou ni chez les femmes.

Dans le comté de King, une augmentation de 1 °C était quant à elle associée à une hausse de 4,8 % du risque de mortalité par maladie cardiovasculaire chez les personnes âgées de 65 ans et moins, mais pas chez les hommes plus âgés.

Des conclusions inquiétantes selon les chercheurs car ces dernières années, les régions peuplées telles que celles étudiées connaissent une augmentation proportionnelle de l’intensité de la chaleur estivale la nuit. D’autres études doivent néanmoins être menées afin de confirmer ces résultats. “L es présents résultats devraient stimuler une enquête similaire sur les taux d'exposition et d'événements dans d'autres régions peuplées de latitude moyenne à haute”, ont-ils conclu.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://bmjopen.bmj.com/content/12/3/e056806

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.