Selon l’INSERM : “On compte en moyenne 80 000 infarctus du myocarde par an en France. Environ 10% des victimes décèdent dans l’heure qui suit et le taux de mortalité à un an est de 15%. Grâce aux progrès thérapeutiques, à la vitesse d’intervention du Samu (à condition de l’appeler rapidement) et à la disponibilité accrue d’unités de cardiologie interventionnelle opérationnelles 7j/7 et 24h/24, le taux de mortalité à 30 jours a cependant chuté de 10,2% en 1995 à 2,1% en 2015.”

Quant aux maladies cardiovasculaires, selon la Fondation Pour la Recherche Médicale : “elles regroupent les pathologies qui touchent le cœur et l’ensemble des vaisseaux sanguins, comme l’athérosclérose, les troubles du rythme cardiaque, l’hypertension artérielle, l’infarctus du myocarde, l’insuffisance cardiaque ou encore les accidents vasculaires cérébrau x.”

Une étude publiée dans la revue Menopause, le journal de la North American Menopause Society (NAMS) révèle que le fait de manger seul pourrait contribuer à un risque accru de maladies cardiovasculaires chez les femmes âgées.

Manger seul augmente les risques de maladies cardiovasculaires

Si de nombreuses études révèlent déjà que les habitudes alimentaires ont un impact sur les risques de développer une maladie cardiovasculaire, le fait de manger seul n’avait encore jamais été étudié. Et pourtant, le fait de manger seul aurait de nombreux effets sur la santé, notamment sur celle des femmes. Ainsi, l’étude publiée dans la revue Ménopause révèle que manger seul pourrait augmenter les risques de :

En effet, quand on mange seul, on aurait tendance à se nourrir plus vite ce qui augmente l’IMC, le tour de taille, la pression artérielle et le taux de lipides sanguins. L’ensemble de ces facteurs augmente le risque de syndrome métabolique et de maladies cardiovasculaires, notamment chez les femmes âgées de plus de 65 ans.

Pourquoi les femmes mangent-elles seules ?

Manger seule n’est pas toujours un choix. Chez les femmes âgées de plus de 65 ans, manger seule est souvent la cause d’un isolement social dû au décès de leur conjoint, mais aussi à cause de la distanciation sociale liée à la pandémie de Covid-19.

Autre cause ? Le fait de se faire livrer les repas à domicile peut engendrer des repas pris seule à table. Une problématique sociétale qui devrait être abordée par les professionnels de santé afin d’éviter les risques accrus de maladies cardiovasculaires, et notamment les risques d’infarctus du myocarde.

“Étant donné que les femmes vivent plus longtemps que les hommes, trouver des moyens pour les femmes plus âgées qui sont socialement isolées pour s'engager et créer des liens sociaux significatifs peuvent non seulement améliorer leur nutrition mais aussi leur santé globale tout en réduisant simultanément les coûts des soins de santé”, a déclaré le Dr Stéphanie Faubion, directrice médicale du NAMS.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

https://medicalxpress.com/news/2021-11-bad-heart.html

https://www.frm.org/recherches-maladies-cardiovasculaires

https://www.inserm.fr/dossier/infarctus-myocarde/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.