Existe-t-il un lien entre émotion et tension artérielle ? Les personnes hypertendues auraient une perception biaisée de la colère, selon une étude publiée dans les Annals of Behavioral Medicine le 22 mars 2022, et menée par deux psychologues, Alisa Auer et le professeur Petra Wirtz, pendant plusieurs années. D’après eux, les hommes souffrant d'hypertension reconnaissent plus souvent la colère lorsqu'ils regardent le visage d'une autre personne, ce qui pourrait avoir, à long terme, un impact négatif sur leur pression artérielle.

Tension artérielle : les hommes hypertendus surestiment la colère des autres

Les chercheurs voulaient mieux comprendre les mécanismes psychosociaux de l'hypertension. Autrement dit, ils voulaient savoir comment l’hypertension pouvait être influencée par la présence des autres. Pour cela, ils ont donc recruté 145 participants masculins, hypertendus et normotendus, c’est-à-dire, dont la tension artérielle est normale. Les psychologues leur ont ensuite présenté différentes images de personnes en colère. À noter que les portraits combinaient également la colère avec d’autres émotions telles que la peur, le bonheur et la tristesse. Finalement, chacune des images transformées par un ordinateur présentait deux émotions avec des intensités variables.

En effet, dans la vie de tous les jours, les émotions mixtes sont plus fréquentes puisque les visages ne montrent rarement qu’un seul sentiment. “On a demandé aux participants quelle émotion ils voyaient dans les images”, expliquent les psychologues. “Les hommes hypertendus ont, le plus souvent, reconnu la colère”, explique Alisa Auer, l’une des auteures principales. Par conséquent, les hommes hypertendus ont surévalué la colère affichée sur le visage des autres contrairement à l’autre groupe en bonne santé. Pour le Professeur Petra Wirtz, cette surestimation, “semble avoir une incidence sur le fait que la colère élevée contribue à l'augmentation de la pression artérielle au fil du temps.”

Hypertension : vers un nouveau traitement pour la traiter ?

Pour les deux scientifiques, cette découverte est une avancée majeure dans la recherche de traitements contre la pathologie. “La prochaine étape serait d'offrir aux personnes souffrant d'hypertension un accompagnement plus ciblé”, indique Alisa Auer. En effet, selon elle, des traitements thérapeutiques pourront être davantage personnalisés à l'environnement social de la personne atteinte d’hypertension “afin de la protéger de la colère des autres”.

En effet, à ce jour, les médicaments contre l’hypertension traitent les conséquences de la pathologie, mais ne s'attaquent pas aux causes potentielles. De plus, les chercheurs veulent, par la suite, inclure des femmes dans leur étude. “Étant donné que leur reconnaissance des émotions peuvent être différentes de celles des hommes, mais aussi que moins de femmes souffrent d'hypertension, l'étude s'est d'abord concentrée sur les hommes”, justifient les psychologues.

Hypertension : attention aux risques cardiovasculaires

Très fréquente en France, avec pas moins d’un adulte sur trois qui en souffre, l’hypertension artérielle est le facteur de risque cardiovasculaire le plus fréquent. Par ailleurs, cette incidence augmente avec l’âge puisque plus de 65 % des personnes hypertendues ont plus de 65 ans, contre moins de 10 % des 18-34 ans. Pour rappel, l’hypertension artérielle correspond à une augmentation anormale de la pression du sang dans les artères. Cette pression est considérée comme anormale si elle est supérieure à 140/90 mmHg, soit 14/9 cmHg et peut entraîner de graves complications (AVC, infarctus du myocarde, insuffisance rénale ou cardiaque…).

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://medicalxpress.com/news/2022-03-link-blood-pressure-emotions.html

https://neurosciencenews.com/anger-hypertension-20301/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.