Accouchement : préparation, techniques et conseils

Accoucher est une étape merveilleuse mais très redoutée pour beaucoup de futures mères. Cet événement vient marquer la fin de la grossesse et le moment tant attendu de la rencontre avec votre enfant, mais il est aussi synonyme de douleurs et de beaucoup d'inconnus. Afin de vous préparer à ce moment si particulier, Medisite et ses journalistes vous révèlent dans ce dossier les différentes étapes de l’accouchement, qu’il soit par voie basse ou via une césarienne. 

Grâce à nos experts, vous découvrirez comment se déroule la mise au monde de votre futur bébé, de la rupture de la poche des eaux à la délivrance. Vous connaîtrez tous les premiers signes à reconnaître afin de vous rendre à la maternité au moment opportun. Vous pourrez également découvrir les différentes positions dans lesquelles vous pouvez accoucher, de la classique position gynécologique à la position debout en passant par la possibilité d’être suspendue. Il n’y a pas qu’une seule façon d’accoucher et nos experts vous détailleront les différents avantages et inconvénients de chacune de ces positions selon vos besoins.

Voie basse, naturel, césarienne... Comment se passe un accouchement ?

Pour les femmes qui auront choisi de procéder à un accouchement naturel sans péridurale, il faut savoir qu’accoucher sans péridurale est un choix qui nécessite préparation et anticipation. Afin de vous accompagner dans ce projet de naissance, Medisite vous livre ses conseils sur plusieurs méthodes naturelles qui sont à votre disposition afin de gérer au mieux la douleur sans péridurale. Hypnose, sophrologie, pleine conscience, méthode Bonapace… il existe de nombreux moyens de vous préparer physiquement et psychologiquement à donner naissance de manière naturelle. 

8 choses a savoir sur l-episiotomie

8 choses à savoir sur l'épisiotomie

La plupart des femmes enceintes redoutent le recours à l’épisiotomie lors de l’accouchement. Cette pratique encore fréquente en France ne doit pourtant pas être systématique....

Comment calculer la date de son accouchement ?

Avant même de découvrir les différentes phases de l'accouchement, la prise en charge de la douleur, les équipes qui vont vous accoucher, les techniques mises en œuvre, les préparations à l'accouchement ainsi que les meilleures préparations à la naissance, les femmes enceintes souhaitent souvent savoir comment calculer la date exacte de leur accouchement. La date prévue d'accouchement (DPA) est une date conventionnelle. En France, elle est fixée à 41 semaines d'aménorrhée (SA)* ou absence de règles. "Nous effectuons ce calcul à partir de la date du premier jour des dernières règles, à condition que le cycle de la femme soit bien de 28 jours", détaille le Dr Amina Yamgnane, gynécologue à la maternité de l’hôpital Américain de Paris et fondatrice de La Clinique des Femmes. En France, pour connaître la date de l'accouchement , le gynécologue ou la sage-femme ajoute donc 41 semaines (41 x 7 jours), soit 287 jours, à la date du premier jour des dernières règles.

Épisiotomie : comment l’éviter ?

L’épisiotomie est une incision pratiquée par la sage-femme ou le gynécologue au moment de l’accouchement. Cette incision est médio-latérale en France, c’est-à-dire sur trois plans : le vagin, la peau et le muscle. La plupart des femmes enceintes redoutent le recours à l’épisiotomie lors de l’accouchement. Cette pratique encore fréquente en France ne doit pourtant pas être systématique. Techniques pour l’éviter, risques, soins particuliers, reprise des rapports sexuels… Medisite vous livre tout ce qu’il faut savoir sur cette incision si redoutée. Des études suggèrent notamment que préparer son périnée en le massant quotidiennement avec de l’huile d’amande douce dans le mois précédent l’accouchement peut être efficace. Dans tous les cas, cette pratique longtemps trop généralisée et désormais contestée est avant tout pratiquée pour éviter de graves déchirures du périnée. Il existe des cas où l’épisiotomie est indispensable. C’est notamment le cas lorsqu’une maman a un périnée très court à risque élevé de lésions lors de l’accouchement. Dans les autres indications, sa réalisation doit être plus restrictive et c’est à chaque médecin ou sage-femme de peser le pour et le contre selon les circonstances et de la réaliser ou non au cas par cas.