La date prévue d'accouchement (DPA) est une date conventionnelle. En France, elle est fixée à 41 semaines d'aménorrhée (SA)* ou absence de règles. "Nous effectuons ce calcul à partir de la date du premier jour des dernières règles, à condition que le cycle de la femme soit bien de 28 jours", détaille le Dr Amina Yamgnane, gynécologue à la maternité de l’hôpital Américain de Paris et fondatrice de La Clinique des Femmes. En France, pour connaître la date de l'accouchement , le gynécologue ou la sage-femme ajoute donc 41 semaines (41 x 7 jours), soit 287 jours, à la date du premier jour des dernières règles.

Date d'accouchement : l'échographie de datation

Afin de calculer la date de son accouchement pour s'y préparer, il faut donc commencer par déterminer ce fameux jour des dernières règles et connaître la durée moyenne de son cycle. "30% des femmes environ ne connaissent pas la date du premier jour de leurs dernières règles. Certaines se trompent de jour. C’est la raison pour laquelle nous effectuons une échographie de datation. Cet examen permet de mesurer l'embryon durant le premier trimestre de grossesse", indique le Dr Yamgnane.

En effet, tous les fœtus mesurent la même taille au même terme : par exemple, 20 millimètres (mm) à 8 SA ou 11 mm à 7 SA. En mesurant l’embryon, il est donc possible de déterminer le nombre de SA et donc, la date du premier jour de la grossesse. "Il s'agit, néanmoins, d'une date théorique pouvant varier de plus ou moins 4 jours. Exemple : si la date de début de grossesse établie après échographie de datation est le 16 janvier, dans les faits, la grossesse a pu débuter entre le 12 et le 20 janvier", note le Dr Yamgnane.

Date d'accouchement : des différences selon les pays

Dans les pays anglo-saxons et en Europe du Nord, la date conventionnelle du terme de l'accouchement diffère : elle est prévue à 40 SA. "Il s'agit là d'un choix en termes de politique de santé publique : gestion des ressources humaines des hôpitaux et cliniques, surveillance de fin de grossesse... En effet, l'immense majorité des femmes accouche entre 39 SA et 41 SA. Le fait de prévoir le terme à 40 SA (et non à 41 sa comme en France) est aussi un choix médical : le taux de mortalité fœtale in utero dans les pays développés est, certes, faible, mais il commence à réaugmenter à partir de 39 SA. Certains pays considèrent ainsi que le fait de prévoir un terme à 40 SA est plus sécuritaire pour les femmes comme pour leur enfant à naître", assure le Dr Yamgnane.

De fait, la réaugmentation du taux de mort foetale est d'autant plus importante que la femme avance en âge (le risque est majoré après 40 ans), et qu'elle présente certaines maladies telles que l'hypertension ou le diabète. "En France, le gynécologue qui suit la femme peut ainsi décider de rapprocher la date du terme en fonction du dossier médical de sa patiente", conclut le Dr Yamgnane.

*La semaine d'aménorrhée débute au premier jour des dernières règles avant qu'il y ait eu fécondation, soit deux semaines environ avant l'ovulation.

> Sécurisez vos proches, votre patrimoine et vos revenus !

Sources

Merci au Dr Amina Yamgnane, gynécologue à la maternité de l’hôpital Américain de Paris et fondatrice de La Clinique des Femmes. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.