Selon les croyances populaires, un pitbull serait forcément agressif alors qu’un labrador serait au contraire affectueux… Que nenni ! Une large étude publiée la semaine dernière dans la célèbre revue Science montre que ces stéréotypes sur les races de chiens sont largement infondés.

Race de chien : la génétique ne prédit ni son affectuosité ni son agressivité

Si certains traits comportementaux peuvent bien être hérités génétiquement, cela ne va pas plus loin : la race d’un chien ne peut pas prédire sa propension à s’énerver par exemple. “La génétique joue un rôle dans la personnalité de tout chien individuellement, mais la race ne permet pas de prédire ces traits efficacement”, a expliqué Elinor Karlsson, l’une des auteures de ces travaux.

En tout, les scientifiques ont étudié 2 155 chiens et plus de 200 000 réponses de la part de propriétaires. “Ce que nous avons démontré, c’est que les critères définissant un golden retriever sont ses caractéristiques physiques : la forme de ses oreilles, la couleur et la qualité de son pelage, sa taille. Mais pas s’il est affectueux”, a-t-elle ajouté.

Comment sont-ils parvenus à ces conclusions ?

En séquençant l’ADN des chiens de races ou croisés, les chercheurs ont analysé s’il existait des variations génétiques communes qui pourraient permettre de prédire leur comportement.

Ils ont combiné ces résultats avec les réponses de 18 385 propriétaires de chien, qui ont répondu à des questionnaires via le site darwinsark.org. Cette base de données est d’ailleurs en accès libre et regroupe de nombreuses informations fournies par des propriétaires sur les comportements de leur compagnon à quatre pattes.

Dans cette analyse, les chercheurs ont aussi pris en compte les stéréotypes associés aux races de chien qui pouvaient potentiellement affecter les réponses.

Enfin, ils ont établi des définitions fixes pour certains comportements, tels que la sociabilité, l’obéissance, ou encore leur intérêt pour les jouets.

Caractère des chiens : des comportements types… et des exceptions !

Les scientifiques ont trouvé 11 endroits précis du génome des chiens qui sont associés à des différences comportementales, dont l’obéissance, la capacité à rapporter un objet, ou encore les aboiements. Dans ces cas-là, la race jouerait bien un certain rôle : les borders collies ont tendance à être très obéissants, à l’inverse des shibas inus, les beagles et les limiers seraient quant à eux des chiens qui aboient beaucoup.

Mais cette étude montre qu’il existait à chaque fois des exceptions. En l'occurrence, même si les labradors seraient les chiens ayant le moins tendance à aboyer excessivement, 8 % d’entre eux le feraient quand même. De la même façon, si 90 % des lévriers n’enterraient jamais leur jouet, 3 % le faisaient fréquemment.

Par ailleurs, la chercheuse explique qu’ils n’ont trouvé “aucun effet de la race” quant aux possibles réactions agressives des chiens.

Au total, les scientifiques avancent que la race n’expliquerait que 9 % des variations comportementales. L’un des facteurs qui permettraient de prédire plus significativement certains traits serait l’âge de l’animal. Par rapport au comportement, les traits physiques peuvent quant à eux être cinq fois mieux prédits par la race.

> Sécurisez vos proches, votre patrimoine et vos revenus !

Sources

https://www.sudouest.fr/societe/animaux/la-race-d-un-chien-ne-permet-pas-de-predire-son-caractere-selon-une-etude-10860689.php 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.