Le variant Omicron a fait des ravages par sa forte contagiosité. À l'origine d'une grande vague de contamination au coronavirus en France fin d'année 2021 et début 2022, ce variant a muté et créé des sous-lignages de sa forme initiale. BA.2 est l’un d’eux. Dans l'Hexagone, il est actuellement majoritaire, ce qui veut dire qu'il est à l'origine de la plupart des contaminations.

"La progression de BA.2 au détriment de BA.1 (souche majoritaire d'Omicron) est observée dans toutes les régions de France métropolitaine" indiquait Santé Publique France dans un récent communiqué.

Il semblerait que, non seulement BA.2 serait plus contagieux, mais surtout qu'il présenterait des risques importants de recontamination.

En effet, une nouvelle étude va dans ce sens. Publiée dans la revue Cell, une recherche scientifique vient de démontrer que le variant Omicron ne procurerait qu'une protection de faible qualité. Concrètement, si, jusqu'alors, nous disions qu'une infection par la Covid-19 pouvait vous immuniser, ce ne serait pas le cas avec Omicron.

Omicron : il génère moins d'anticorps que les autres souches

Serait-il possible d'être contaminé à plusieurs reprises par le variant Omicron ? Visiblement, oui.

Les scientifiques à l'origine de cette étude se sont intéressés aux taux d'anticorps neutralisants contre le variant Delta, contre le variant Omicron et contre la souche originelle du SARS-CoV-2 chez des individus totalement vaccinés. Au total, ils ont analysé 259 échantillons provenant de 128 patients.

Ils ont d'abord observé que les taux d'anticorps neutralisants diminuaient avec le temps chez les personnes vaccinées. En outre, il se trouve que plus l'infection a été cliniquement sévère, plus le taux d'anticorps neutralisant est élevé. Ce qui n'a rien de nouveau.

Or, ce que cette étude nous apprend, c'est qu'une infection par le variant Omicron génère des taux d'anticorps bien inférieurs à si l'on compare à ceux générés par une contamination par le variant Delta.

Cela permet de conclure qu'une infection par le variant Omicron génère une protection ultérieure inférieure à celle qui était générée par une infection par le variant Delta. Ce qui signifie qu'une personne contaminée par Omicron serait assez peu protégée d'une part contre une réinfection.

Omicron, un variant particulièrement contagieux

Si Omicron préoccupait les autorités, c'est notamment à cause de sa forte contagiosité. Connu pour être particulièrement transmissible, ce variant semble aussi résister aux vaccins. Et visiblement, il ne s'arrête pas là. Son sous-lignage BA.2 serait encore plus contagieux si l'on croit les dernières études.

"Les premières données issues d'études limitées suggèrent que le BA.2 est 30% plus transmissible que le BA.1 [souche originelle d'Omicron, ndlr]. De plus, une analyse des données montre un avantage de taux de croissance du BA.2 par rapport au BA.1 dans les 43 pays disposant de données suffisantes sur les séquences et la co-circulation des deux lignées", indiquait l'OMS le 16 février.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://www.cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(22)00329-4

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.