Sommaire

Deux fois plus de décès qu’à la 4ème vague

La décrue de la cinquième vague du Covid-19 se poursuit en France, avec 25 277 personnes infectées qui sont actuellement hospitalisées, dont 2 491 en réanimation, selon les chiffres quotidiens publiés par Santé publique France, dimanche 27 février. Pour rappel, l’un des critères évoqués par le gouvernement pour lever le pass vaccinal est d’avoir un nombre de malades en soins critiques inférieur à 1 500 d’ici à la mi-mars.

Mais même si les chiffres sont à la baisse, le virus continue de faire des victimes. Le dernier décompte publié par les autorités sanitaires recense plus de 20 000 personnes décédées à l’hôpital ou en Ehpad après avoir été testées positives au Covid-19 depuis le 1er novembre. Quel est l’âge moyen des victimes ? Étaient-elles vaccinées ? Y a-t-il des régions plus touchées que d’autres en France ? La rédaction vous passe les chiffres au crible.

287 décès au pic de la 5ème vague

A chaque nouvelle vague sa sévérité. Si depuis le début de la pandémie le nombre moyen de décès par jour diminuait, avec 532 décès au pic de la première vague en mars 2020, 419 fin octobre 2020, 339 en janvier 2021 puis 118 à la quatrième vague en août 2021, celui de la cinquième vague est de nouveau à la hausse avec 287 décès enregistrés en janvier 2022. C’est donc près de deux fois plus de victimes que la quatrième vague, mais cela reste bien en dessous des chiffres des vagues précédentes.

Différencier les morts “du” et “avec” le Covid-19

La flambée des contaminations provoquées par le variant Delta a fait place au variant Omicron encore plus contagieux. Résultat, depuis le 1er novembre 2021, plus de 15 millions de personnes ont été testées positives. Cette hausse inédite a donc inévitablement augmenté le nombre de personnes hospitalisées avec le virus mais sans aucun lien avec la maladie liée au Sars-CoV-2. De ce fait, la Drees fait maintenant une distinction dans les chiffres publiés. En l'occurrence, au 6 février 2022, on constate que 23 % des patients positifs au Covid-19 et en réanimation ont été hospitalisés pour un motif différent.
En prenant en compte cette distinction, entre le 1er novembre 2021 et le 6 février 2022, on note 85 % de victimes du Covid-19 et 15 % de personnes décédées avec le virus.

Comme le rappellent nos confrères de France Info qui ont pu interroger le professeur Djillali Annane, président du Syndicat des médecins réanimateurs, ces données sont loin d’être précises. “Il est très difficile d’évaluer la mortalité attribuable ou non au Covid-19. Cela me paraît aussi compliqué sur la forme que peu robuste sur le plan scientifique”, leur a précisé le Pr Annane.

Une fois cette différenciation prise en compte, analysons d’un peu plus près qui sont vraiment les victimes de la cinquième vague du Covid-19 en France.

Le profil des victimes du Covid-19

Depuis le début de l’épidémie, les personnes les plus âgées sont les premières victimes de la maladie. Et cette cinquième vague ne change pas la donne.

Des profils similaires à ceux des autres vagues

Près de 60 % des personnes décédées du Covid-19 avaient plus de 80 an s, une tranche d'âge qui ne représente pas plus de 6 % de la population française. Mais de façon concomitante, ils sont également ceux qui sont le moins vaccinés aujourd’hui, avec 13 % d’entre eux qui n’ont toujours pas reçu leur schéma vaccinal complet. En comparaison, 95 % des 18-29 ans possèdent le leur, et 99 % des 70-79 ans aussi.

Et de façon plus précise, ce sont surtout les personnes âgées avec des comorbidités qui succombent de la maladie, notamment celles souffrant de diabète et/ou de problèmes cardiovasculaires.

Omicron ou Delta ?

Le variant Omicron est moins dangereux que la variant Delt a, comme le confirme une étude britannique publiée début févier et menée sur 1,5 millions de personnes. Néanmoins, depuis la semaine du 17 janvier 2022, les décès du Covid-19 sont majoritairement provoqués par le variant Omicron, avec 83 % des victimes au 6 février (cette souche étant devenu majoritaire sur le territoire). D’après les analyses, Omicron est mortel dans des proportions semblables à la première souche du virus.

Les régions les plus touchées par les décès

Si le profil des personnes reste le même sur tout le territoire français, certaines zones sont plus touchées que d’autres.

Les zones les plus touchées sont aussi les moins vaccinées

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est la plus sévèrement frappée : les Bouches-du-Rhône, le Var et le Vaucluse sont les trois départements de France métropolitaine où il y a eu le plus de morts par habitants. Ils comptent entre 47 et 50 décès pour 100 000 habitants, ce qui représente un peu plus de 1000 décès pour les Bouches-du-Rhône par exemple.

Sans surprise, ces chiffres correspondent aux faibles taux de vaccination dans ces zones géographiques : 72 % des habitants des Bouches-du-Rhône ont un schéma vaccinal complet contre 79 % de la population générale française, au 20 février 2022.

Sources

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/infographies-covid-19-qui-sont-les-20-000-morts-de-la-cinquieme-vague_4973940.html 

https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=4025932 

https://datavaccin-covid.ameli.fr/pages/type-vaccins/ 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.