"Confrontés à l’eczéma de leur partenaire au quotidien, les conjoints sont impactés dans leur vie de couple et leur ressenti est largement sous-estimé", avancent les membres de l’Association Française de l’Eczéma qui se sont penchés sur les conséquences de cette maladie au sein de la vie de couple.

Il en résulte sans surprise que plus la maladie est sévère, plus elle a d’impact sur le quotidien des ménages. En effet, 34 % des patients ayant une forme légère de la maladie jugent que leur eczéma est une source de tension dans leur relation, alors que ceux souffrant d’une forme sévère sont 66 % à le penser. Mais voyons plus en détails les autres résultats.

Sommeil et sexualité sont les premiers impactés

D’après l’enquête de l'association, l’eczéma perturbe le sommeil de 44 % des malades… Mais pas uniquement ! 29 % des conjoints avancent aussi que la maladie de leur partenaire les empêche de dormir. Ce pourcentage monte même à 46 % lorsque l’eczéma est jugé sévère.

Si le sommeil est en berne, c’est également le cas de la vie sexuelle du couple. Alors que 26 % des malades estiment ressentir une baisse de désir à cause de cet eczéma, 42 % des partenaires avouent que la maladie de peau de leur conjoint diminue leurs propres envies. Cette baisse du désir est plus prononcé lorsque c’est un homme qui est atteint d’eczéma, avec 46 % des partenaires qui ont moins de désir, contre 33,7 % lorsque c’est une femme qui est atteinte.

1 conjoint sur 3 a peur de la transmission

Une croyance qui persiste malgré les informations : 33 % des conjoints continuent de croire (à tort) que l’eczéma de leur partenaire est contagieux. "43 % des conjoints avouent également redouter une transmission de l’eczéma de leur partenaire à l’un de leur enfant, alors que seulement 28 % des patients estiment que leur conjoint appréhende une transmission héréditaire de la maladie", détaille l'enquête.

Qu’est ce que l’eczéma ?

C’est la plus fréquente des maladies de peau : près de 2,5 millions de personnes souffrent d’eczéma en France, soit environ 5 % de la population. Et en seulement trois décennies, le nombre de patients touchés par la maladie a triplé dans l'ensemble des pays industrialisés du monde.

Nommée “dermatite atopique” dans le milieu médical, cette pathologie allergique “se caractérise par des rougeurs mal délimitées qui démangent, et par l’apparition de toutes petites vésicules qui évoluent en croûtes”, détaille le Vidal. Contrairement aux idées reçues, elle est non contagieuse mais très récidivante. “Elle évolue sous la forme d’épisodes aigus de durée variable, les poussées d'eczéma, durant lesquelles les symptômes s’aggravent.” Ces poussées sont entrecoupées de périodes de rémission.

Cette maladie chronique visible a aussi sa part d’ombre, avec un lourd poids psychologique pour le malade, en partie à cause du r egard des autres, des jugements et préjugés. Mais également parce que la personne touchée peut ressentir une grosse détresse lors d’une nouvelle poussée après une longue phase de rémission pendant laquelle ils ont pu espérer que la précédente était la dernière.

Sources

https://www.associationeczema.fr/

https://www.fondationeczema.org/ 

mots-clés : Démangeaison
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.