Sommaire

Ce phénomène a déjà été démontré par la science : la Covid-19 s’attaque bien à notre cerveau, et plus précisément à notre système nerveux central. Certains symptômes comme la perte du goût et de l’odorat le prouvent. Ils traduiraient la capacité du coronavirus à s'attaquer à notre système nerveux, en endommageant les zones traitant les informations olfactives (relative à l'odorat).

Plusieurs études scientifiques ont également démontré l’atteinte cérébrale par la Covid-19. L’une d’entre elles, dirigée par Adam Hampshire, médecin de l'Imperial College London, avait montré que les patients victimes du coronavirus pourraient avoir un déclin mental équivalant à un vieillissement cérébral de dix ans. Une autre recherche, publiée le 9 septembre 2020 et dirigée par Akiko Iwasaki, immunologue de l’université de Yale, suggère que le virus serait capable de se dupliquer à l’intérieur de notre cerveau en privant d’oxygène les cellules avoisinantes. Ce phénomène semblerait expliquer les maux de tête, les confusions et délires observés chez certains malades.

Dernièrement, des neuroscientifiques expliquent, dans la revue Alzheimer Association, leurs craintes concernant les séquelles neurologiques que pourrait engendrer la pandémie à long terme. Les scientifiques mentionnent le déclin cognitif et la démence, en se basant sur des cas antérieurs dans l’Histoire. En outre, une étude parue en juin 2021 dans la revue scientifique Nature montre que les lésions cérébrales causées par le coronavirus sont "similaires" à celles observées chez les patients touchés par la maladie d’Alzheimer et de Parkinson.

"Covid-19 : un risque plus élevé de déclin cognitif et de démence chez les personnes rétablies"

La Covid-19 n’est pas la seule maladie à avoir bouleversé le monde. Après la grippe espagnole de 1917, qui touchait aussi le système nerveux, environ 1 million de personnes dans le monde avaient développé un mystérieux syndrome neurologique dégénératif connu sous le nom d'encéphalite léthargique, qui a provoqué une rigidité musculaire de type Parkinson, une psychose et, dans certains cas, un état de "zombie", soulèvent les chercheurs.

Un phénomène également observés après plusieurs épidémies comme le SRAS, ou Ebola.

Il “semble probable que les maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires liées à la Covid-19 contribuent à un risque plus élevé à long terme de déclin cognitif et de démence chez les personnes rétablies. Plusieurs sources de données suggèrent que les infections virales du cerveau peuvent avoir un impact sur le risque de maladie d’Alzheimer ou de maladie de Parkinson”, révèlent les chercheurs au sein d'Alzheimer association.

Pertes de mémoire, difficultés de concentration, hallucinations : les symptômes d’une atteinte cérébrale par la Covid-19

Pertes de mémoire, difficultés de concentration, hallucinations : les symptômes d’une atteinte cérébrale par la Covid-19© Istock

"On sait depuis longtemps que les virus respiratoires neurotropes entraînent une pathologie cérébrale chronique comprenant un déclin cognitif et une démence émergente, des troubles de l’équilibre et une maladie psychotique, souligne Alzheimer Association. Parce que l'inflammation cérébrale accompagne les troubles neurodégénératifs les plus courants et peut contribuer à des troubles psychiatriques majeurs, les séquelles neurologiques et psychiatriques de la Covid-19 doivent être soigneusement suivies".

Et pour cause, les témoignages révélant des potentielles atteintes cérébrales par la Covid-19 se multiplient. Difficultés à se concentrer, pertes de mémoire ou encore un brouillard cérébral… Ces désagréments concernent de nombreux anciens malades.

"Je quitte la pièce et je ne me souviens pas de ce que la patiente vient de dire"

“En phase aiguë, beaucoup de gens présentent un syndrome qu’on appelle delirium. Ils sont confus et ont des hallucinations. C’est le signe que le cerveau est en souffrance” constate le Docteur Nicolas Bergeron, psychiatre du Centre hospitalier de l'Université de Montréal, à la presse canadienne.

Pour s'attaquer à votre cerveau, le coronavirus pénètrerait via le tronc cérébral par les voies nerveuses, expliquait de son côté le Pr Peter Berlit, secrétaire général de la Société allemande de neurologie.

Interviewée par le New York Times, une infirmière de 53 ans déjà infectée par le virus fait part de ses pertes de mémoire. “Je quitte la pièce et je ne me souviens pas de ce que la patiente vient de dire (...) J'ai l'impression d'être atteinte de démence”, déplore-t-elle.

Une étude, publiée dans The Lancet Psychiatry, estimait que les troubles neuropsychiatriques persistants seraient deux fois plus fréquents chez les rescapés de la Covid-19 que chez les patients touchés par la grippe ou autres maladies respiratoires. En outre, une étude française a prouvé que 34% des patients souffriraient de perte de mémoire et 27% de problèmes de concentration plusieurs mois après leur infection à la Covid-19.

Alzheimer : le coronavirus affecterait la protéine "tau"

Alzheimer : le coronavirus affecterait la protéine "tau"© Istock

Toujours dans la presse canadienne, François Gros-Louis, expert des maladies du cerveau et de l’ingénierie tissulaire à l’Université Laval (Québec) expliquait que, dans le cadre d’une étude, des chercheurs ont analysé les effets du coronavirus sur un cerveau créé un vitro. Le virus aurait altéré les neurones en affectant la protéine "tau", impliquée dans des maladies neurodégénératives comme Alzheimer. Pour rappel, cette protéine est incriminée dans la survenue de nombreuses démences, dont notamment la maladie d’Alzheimer et est associée à des lésions nerveuses progressives.

“Des déficits olfactifs ont été précédemment rapportés pour plusieurs infections virales et sont caractéristiques des troubles neurodégénératifs”, rappellent les auteurs de l’étude parue dans Alzheimer association.

"Les symptômes neurologiques sont de plus en plus effrayants"

Comme si la Covid-19 ne faisait déjà pas suffisamment de dégâts, les scientifiques ont également expliqué que l’atteinte à des cellules spécifiques du cerveau par la maladie pouvaient générer des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

"Les symptômes neurologiques sont de plus en plus effrayants", affirmait par ailleurs Alysson Muotri, chercheuse à l’université de Californie (Etats-Unis) dans la revue Nature le 15 septembre 2020. Et pour cause, parmi la longue liste des effets secondaires du coronavirus sur le cerveau, on retrouve désormais des accidents ischémiques, hémorragies cérébrales, encéphalopathies, encéphalites, syndromes de Guillain-Barré, ou encore des amnésies.

"Un consortium, avec des représentants de plus de 30 pays et des conseillers de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), doit être mis en place pour étudier les conséquences à court et à long terme de Sars-Cov-2 sur le système nerveux central, et les possibles liens avec les maladies neurodégénératives", soutient Alzheimer Association.

La Covid-19 causerait des lésions semblables à Alzheimer ou Parkinson

Sur un grand nombre de décès liés à la Covid-19, l’autopsie a révélé une inflammation cérébrale similaire à celle observée chez les patients ayant perdu la vie suite à une maladie d’Alzheimer ou de la maladie de Parkinson. Pour arriver à ce constat, des chercheurs britanniques et allemands ont analysé les résultats d'autopsie de 8 personnes décédées après une infection au coronavirus.

Les résultats sont unanimes : "les patients décédés de la Covid-19 ont révélé des marqueurs moléculaires associés à une inflammation", décrit le Pr Tony Wyss-Coray, principal auteur de l’étude publiée au sein de la revue Nature.

Covid : un tiers des patients hospitalisés souffraient d'épisodes d'oublis récurrents

Cette dévouverte pourrait expliquer les symptômes neurologiques décrits par les patients victimes de formes graves, estiment les scientifiques. "Dans le détail, un tiers des patients hospitalisés après avoir contracté le SARS-CoV-2 souffrent de troubles de la pensée, d’épisodes d’oublis récurrents, de difficultés à se concentrer et de dépression".

Pour expliquer ce phénomène, l’équipe du Pr Wyss-Coray a tenté de trouver des traces de SARS-CoV-2 dans le cerveau. "Un point compliqué sachant que cette opération expose fortement les spécialistes à une contamination", indique-t-il.

Les chercheurs ont donc eu recours au séquençage génétique ARN à partir de 65 309 autopsies. Comparés au groupe contrôle, les gènes des patients décédés de la Covid-19 exprimaient en grande majorité la marque d’une inflammation neurologique. "Des signes de détresse cérébrale ont été repérés dans les neurones du cortex cérébral, zone impliquée dans les processus de prise de décision, la mémoire et les capacités de raisonnement mathématique", notent les chercheurs. Et il se trouve qu'un déséquilibre entre ces neurones inhibiteurs a été rapporté, comme c’est le cas chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer et de la maladie de Parkinson.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

The chronic neuropsychiatric sequelae of COVID‐19: The need for a prospective study of viral impact on brain functioning, Alzheimer Association, 2021

Post-discharge persistent symptoms and health-related quality of life after hospitalization for COVID-19, PMC, 25 août 2020

L’impact mystère de la COVID-19 sur le cerveau, La Presse, 14 février 2021

How COVID-19 can damage the brain, Nature, Septembre 2020

Cognitive deficits in people who have recovered from COVID-19 relative to controls: An N=84,285 online study, MedRxiv, 21 octobre 2020

Dysregulation of brain and choroid plexus cell types in severe COVID-19, Nature, 21 juin 2021

Voir plus
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.