Il a déjà été prouvé que les malades souffrant d’un Covid long pouvaient avoir des difficultés d’attention et de mémoire. On appelle ce trouble “le brouillard cérébral”. Jusqu’ici, les données recueillies laissaient penser que les personnes ayant été malades pendant une courte durée étaient épargnées.

Une récente étude, menée par des chercheurs du Département de psychologie expérimentale d'Oxford et du Département de neurosciences cliniques de Nuffield, démontre que ces malades peuvent aussi connaître une détérioration de l’attention et de la mémoire pendant six à neuf mois après leur guérison.

Brouillard cérébral et Covid : des conséquences sur la mémoire et l’attention

“Ce qui est surprenant, c’est que, bien que nos survivants de la Covid-19 ne se soient pas sentis symptomatiques au moment du test, ils ont montré une attention et une mémoire dégradées”, explique le docteur Sijia Zhao du département de psychologie expérimentale d’Oxford. Pour arriver à ces résultats, les scientifiques ont demandé à des participants ayant souffert de la Covid, d'effectuer plusieurs tests cognitifs. Ils ont accompli des tâches mesurant les capacités d’attention, de la mémoire, de planification et de raisonnement sémantique. Ils présentaient par ailleurs des indicateurs de fatigue, d’oubli, d’habitude de sommeil ou d’anxiété au moment des épreuves, semblables à ceux du groupe témoin.

Concernant la mémoire à court terme et la planification, les notes étaient bonnes. Par contre, lorsqu’il s’agit de la mémoire des événements passés et de la capacité à maintenir une attention au fil du temps, les scores étaient inférieurs à ceux du groupe témoin. "Nos résultats révèlent que les gens peuvent subir des conséquences cognitives chroniques pendant des mois”, éclaircie le docteur.

Alzheimer : le Covid-19 peut-il jouer un rôle dans le développement de la maladie ?

Les causes de la maladie d’Alzheimer sont mal identifiées encore. Une des hypothèses les plus avancées est que “des concentrations élevées de deux protéines anormales : bêta-amyloïde (...) et la protéine Tau" pourraient être responsables. Mais, un autre scénario de travail prend forme avec la pandémie : il avance qu'une infection virale, bactérienne ou même fongique pourrait déclencher une série d'événements conduisant à la neurodégénérescence.

"La situation engendrée par la Covid-19 a en grande partie ravivé l’intérêt [pour ce postulat NDLR]" indique Sean Naughton, neuroscientifique et toxicologue à la Icahn School of Medicine du Mount Sinai, dans les colonnes du magazine américain.

Même si le brouillard cérébral reste incompris par les scientifiques pour le moment, ce symptôme persistant présente des similitudes avec la maladie neurodégénérative. Les chercheurs pensent qu’il pourrait y avoir un lien entre les signes de lésions cérébrales développées chez les personnes âgées ayant contracté le virus, et celles souffrant d'Alzheimer.

Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour le confirmer. Selon les scientifiques, il faudra encore des années, voire des décennies, avant de déterminer avec certitude si avoir contracté la Covid-19 augmente le risque de développer la maladie d'Alzheimer.

La maladie neurodégénérative survient le plus souvent chez les personnes de plus de 65 ans, tandis que le brouillard cérébral provoqué par la Covid-19 s'installe rapidement et peut même apparaître chez les enfants. "Mais il est possible qu'une meilleure compréhension de ce type de lésion cérébrale puisse ouvrir la porte au développement de traitements uniques contre la démence" espèrent les scientifiques.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://www.standard.co.uk/news/uk/oxford-university-b977441.html

https://www.nationalgeographic.co.uk/science-and-technology/2022/01/could-viruses-cause-alzheimers-covid-19-brain-studies-offer-new-clues

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.