Les hommes atteints par le cancer de la prostate et traités par des anti-androgènes abaissant le niveau de testostérone, seraient moins susceptibles de contracter le Covid-19, et de développer une forme grave de la maladie. C'est en tout cas le constat d'une étude italienne parue dans le mensuel la Société européenne d'oncologie médicale (ESMO), Annals of Oncology. Pour la première fois, des chercheurs font le lien entre ce traitement anti-testostérone et le nouveau coronavirus.

À titre de précision, les anti-androgènes sont utilisés contre le cancer de la prostate. "On emploie souvent l’hormonothérapie pour traiter le cancer de la prostate, précise la Société Canadienne du Cancer. Il s’agit d’un traitement qui ajoute, bloque ou enlève des hormones. Les hormones sont des substances qui sont responsables de certaines fonctions corporelles, dont l’activité et la croissance des cellules. Bloquer certaines hormones ou en modifier le taux peut ralentir la croissance et la propagation des cellules du cancer de la prostate".

Alors que les patients atteints de cancer sont considérés comme vulnérables face aux Covid-19, les chercheurs italiens suggèrent que les patients suivant des traitements anti-androgènes contre le cancer de la prostate pourraient être partiellement protégés.

Covid-19 : le risque est 4 fois moins élevé chez les patients suivant un traitement anti-androgène

Pour arriver à ses conclusions, les chercheurs se basent sur une protéine appelée TMPRSS2, qui aide le coronavirus à infecter des cellules humaines. Les niveaux de cette protéine sont sous le contrôle des androgènes dans la prostate mais aussi dans les poumons.

"Cela pourrait expliquer pourquoi les hommes infectés par le nouveau coronavirus développent une forme de maladie plus agressive que les femmes", partage le professeur Andrea Alimonti, de l'Università della Svizzera Italiana (Bellinzona, Suisse), l'une des chercheuses à l'origine de l'étude.

Or, les anti-androgènes sont des molécules ayant pour but le blocage du récepteur des androgènes. D'après l'étude, ce serait pour cette raison que les patients suivant un traitement anti-androgène pourraient être protégés.

Parmi tous les cas de cancer de la prostate de la région de Vénétie, en Italie, seulement quatre des 5.273 hommes sous traitements anti-androgènes ont développé l'infection et aucun n'est décédé.

Selon le Pr Alimonti, le risque de développer l'infection était quatre fois moins élevé chez ces patients, que chez ceux ne suivant pas une thérapie anti-androgène. Le risque d'une forme grave du Covid-19 est cinq fois moindre pour les cas de cancer de la prostate sous anti-androgènes par comparaison à tout autre type de cancer.

L'impuissance, un effet indésirable du traitement anti-androgène

Attention, les experts déconseillent fortement de recourir à ce traitement avant que des essais cliniques ne confirment son efficacité contre le Covid-19. Un effet de l'hormonothérapie du cancer de la prostate est l'impuissance, relève d'ailleurs le professeur Fabrice André, directeur de la recherche à l'Institut Gustave Roussy (IGR, France), qui est aussi cancérologue et rédacteur en chef des Annals of Oncology.

Selon ce dernier, si cette étude fournit un motif pour évaluer l'efficacité du traitement contre le Covid-19, elle ne permet pas encore de conclure sur son effet chez les patients infectés par le coronavirus.

Plusieurs études sur des patients atteints de cancer hospitalisés sont en cours et confirmeront ou non cette observation italienne, indique le Pr André à l'AFP. "Si l'ensemble des données (dont des tests en laboratoire à l'IGR) sont convergentes, des essais cliniques pourraient commencer".

Sources

Thérapies contre la privation d'androgènes pour le cancer de la prostate et le risque d'infection par le SRAS-CoV-2: une étude basée sur la population, Annals of Oncology, avril 2020

Hormonothérapie du cancer de la prostate, Société Canadienne du Cancer

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.