Coronavirus : 6 facteurs de risque qui vous mettent en danger de mort

Si l’infection est généralement bénigne, elle peut facilement dégénérer chez certains patients et compromettre leur pronostic vital. Age, tabac, hypertension, diabète… voici les facteurs qui vous mettent en danger de mort si vous contractez le Covid-19.
Coronavirus : 6 facteurs de risque qui vous mettent en danger de mortIstock
Sommaire

Faut-il vraiment craindre le coronavirus? La psychose qui règne en France, est-elle vraiment justifiée ? D’après les experts, cela dépend de chacun. Si le Covid-19 semble moins dramatique chez les jeunes patients (enfants et jeunes adultes), il peut prendre une forme dramatique chez d’autres personnes plus fragiles.

"Comme pour beaucoup de maladies infectieuses, les personnes souffrant de maladies chroniques [hypertension, diabète… ndlr], les personnes âgées, fumeuses ou fragiles présentent un risque plus élevé", estime le gouvernement. Dans les cas les plus sérieux, le coronavirus peut entraîner le décès du patient. Le taux moyen de mortalité avoisine les 2,3 % pour ce virus.

En effet, si le Covid-19 est généralement bénin, en particulier chez l’enfant et le jeune adulte, elle peut aussi être très grave, prévient l’Organisation Mondiale de la Santé. "Un malade sur cinq doit être hospitalisé. Il est donc tout à fait normal de s’inquiéter des conséquences de la flambée de Covid-19 pour soi-même et pour ses proches", relaye l’OMS.

"Jusqu’à présent, les personnes âgées et les patients déjà atteints d’autres maladies (comme l’hypertension artérielle, les maladies pulmonaires, le cancer, le diabète ou les cardiopathies) semblent être gravement atteintes plus souvent que les autres".

On passe en revue, les facteurs qui vous rendent particulièrement vulnérable face au coronavirus et les symptômes qui prédisent un cas grave.

Coronavirus : les symptômes lorsqu’il dégénère

Pour rappel, le virus a fait son apparition en Chine au mois de décembre 2019, dans la ville de Wuhan, qui compte 11 millions d’habitants. Dans une notification d’urgence, le comité de santé municipal de la ville fait état d’une “série de patients atteints de pneumonie inexpliquée”. Les symptômes les plus décrits sont ceux d'une grippe ou d’une infection respiratoire aiguë. On note fièvre, frissons, courbatures, malaise général, céphalées, maux de gorge.

"Environ une personne sur six contractant la maladie présente des symptômes plus graves, notamment une dyspnée et des anomalies respiratoires [difficultés respiratoires, ndlr]. Toute personne qui a de la fièvre, qui tousse et qui a des difficultés à respirer doit consulter un médecin", prévient l’OMS. Certaines personnes sont plus à risque que d’autres et sont donc plus susceptibles de présenter ces symptômes graves.

L’âge, un des principaux facteurs qui vous rend vulnérable

La mortalité par le coronavirus augmente considérablement avec l’âge, démontrait une analyse complète, publiée le 17 février par les autorités chinoises, puis le 24 dans la revue médicale américaine Jama. Jusqu’à 39 ans, le taux de mortalité ne dépasse pas les 0,2 %. Il passe à 1,3 % chez les 50-59 ans, 3,6 chez les 60-69 ans et atteint 8 % chez les 70-79 ans. Quant aux patients âgés de plus de 80 ans, leur risque de décès exploserait jusqu’à 14,8 %.

Michel Cymes, médecin et animateur, s’est exprimé à ce sujet sur l’AFP. "Le problème, c’est que quand on parle d’un mort lié au coronavirus, on ne précise presque jamais la raison pour laquelle il est mort. Quand quelqu’un de 85 ans meurt du coronavirus, ce n’est pas le coronavirus qui le tue, mais plus souvent les complications qui atteignent des organes qui n’étaient pas en bon état", ajoute-t-il.

Vous êtes fumeur ? Soyez vigilant !

Le tabac augmente également vos risques de développer une forme sévère de la maladie. C’est en tout cas ce que démontre une étude chinoise publiée au sein du New England Journal of Medicine, relayée par Tabac-info-service. "Ces données devraient conduire les autorités à préconiser au maximum l’abstinence tabagique parmi les mesures de prévention", souligne l’association Alliance contre le tabac.

"On sait par ailleurs depuis longtemps que fumer augmente de 21 à 59 % les risques d’être touchée par la grippe saisonnière, double le risque de contracter une tuberculose et d’en mourir, et triple le risque de contracter une pneumonie à pneumocoque ou légionellose, poursuit l’association. Ainsi, ces données faisant le lien entre coronavirus et tabac ne sont pas étonnante mais demandent à être mieux étudiées".

BPCO : encore plus de risques pour les patients !

En outre, France BPCO, l'association qui représente les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive, souligne ce lundi que ce sont eux qui courent le "plus haut risque" face à l'épidémie de coronavirus.

Cette maladie pulmonaire encore trop peu connue touche pourtant 5 à 10% des adultes. Sa forme sévère concerne 700.000 personnes en France. France BPCO affirme ainsi avoir envoyé un courrier au ministre de la Santé Olivier Véran, dans le but de sensibiliser les services de santé et les patients aux risques de coronavirus.

"Le Covid-19 fera en priorité des dégâts chez les BPCO tout simplement parce qu’un déficient respiratoire est la première victime affectée par une maladie respiratoire".

Selon l’Inserm, le principal facteur de risque de BPCO est le tabagisme (actif ou passif) : plus de 80% des cas lui sont attribuables. En revanche, d'autres facteurs accroissent également le risque de développer la maladie. On mentionne la pollution de l'air intérieur et extérieur.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.