Cette nouvelle découverte devrait inciter les hommes à réfléchir à deux fois avant de se faire prescrire un traitement favorisant la testostérone. En Amérique, 1 million de patients étaient concernés l’année 2016.

La testostérone est l’hormone sexuelle mâle (androgène) la plus importante : elle est nécessaire pour maintenir une fonction sexuelle normale chez l’homme. Pour lutter contre les effets du vieillissement, de nombreux hommes se font prescrire des médicaments pour booster leur testostérone (Viagra®, Cialis®, Levitra®…). Ils permettent de maintenir une érection en augmentant l’afflux sanguin du pénis. En revanche, ils ne stimulent pas la libido.

Une étude menée par des chercheurs de l’Université du Minnesota (Minneapolis, USA) vient de faire le lien entre les traitements boosteurs de testostérone et l’apparition de caillots sanguins potentiellement mortels. Les hommes auraient deux fois plus de risques de contracter un caillot dans une veine profonde de la jambe (phlébite profonde) s’ils ont reçu de la testostérone au cours des six derniers mois. Ce phénomène grave est connu sous le nom de thrombose veineuse profonde (70 000 cas/an en France, selon la Fédération Française de Cardiologie).

Les prescriptions ont augmenté de 300 % entre 2001 et 2013

La hausse des patients souffrant de déficit en testostérone a provoqué une flambée d’ordonnance de traitements visant à y remédier, indique l’étude. Les chercheurs mentionnent une augmentation de plus de 300 % de prescriptions entre 2001 et 2013.

Une tendance qui s’essouffle en 2014, lorsque la US Food and Drug Administration alerte sur les risques d’AVC et crises cardiaques engendrés par les traitements pour la testostérone. Malgré tout, des millions de personnes continuent de se faire prescrire ces médicaments (plus d’un million d’hommes aux USA en 2016). Et il ne s’agit pas uniquement d’hommes souffrant d’hypogonadisme (déficit en testostérone associé à une diminution de la production de spermatozoïdes).

Le risque : développer un caillot sanguin dans les 6 mois

Les scientifiques ont analysé les données de 40 000 hommes traités entre 2011 et 2017. Ils ont concentré leurs recherches sur les personnes concernées par la thrombose veineuse profonde ou l’embolie pulmonaire, qui survient lorsqu’un caillot veineux profond se libère dans les poumons bloquant une partie de son apport sanguin.

Leurs résultats démontrent que les hommes à faible taux de testostérone qui prennent un traitement hormonal couraient plus de deux fois plus de risques de développer un caillot veineux profond dans les six prochains mois.

Rob Walker, assistant de recherche diplômé de l’école de santé publique de l’Université du Minnesota et auteur principal de l’étude, conseille aux potentiels patients de changer leur comportement ou mode de vie afin "d’améliorer leur santé sans ordonnance".

La testostérone épaissit le sang et le fait couler plus lentement

Si les traitements favorisant la testostérone impliquent ces dangers, pour les chercheurs, la raison est toute trouvée. Ces médicaments ont pour but d’améliorer la coagulation sanguine (pour permettre à l’érection de tenir plus longuement).

L’hormone augmente donc le nombre de globules rouges, ce qui épaissit le sang et le fait couler plus lentement. La testostérone amplifie aussi l’action des plaquettes: ces cellules sanguines sont responsables de la formation de caillots.

En clair, si vous ne souffrez pas d’hypogonadisme, abstenez-vous et évitez dans la mesure du possible les traitements boosteurs de testostérone, insistent les chercheurs.

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

Association of Testosterone Therapy With Risk of Venous Thromboembolism Among Men With and Without Hypogonadism, Jama Network, 11 novembre 2019

Testosterone Boosters Raise Men's Odds for Clots, Web MD, 12 novembre 2019

Phlébite, tout savoir sur la thrombose, Fédération Française de Cardiologie

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.