Sommaire

À l’image de ses symptômes, dont la palette est extrêmement large, les complications du Covid-19 peuvent, elles aussi, varier d’un patient à un autre. La plus répandue est le syndrome de détresse respiratoire aiguë, une forme d’insuffisance respiratoire sévère qui entraîne une accumulation de liquide dans les poumons et une diminution excessive de l’oxygène sanguin.

Mais les patients atteints d’une forme grave de Covid-19 peuvent également développer des lésions hépatiques, une insuffisance cardiaque, une surinfection bactérienne, une septicémie… ou encore des lésions rénales. Y compris chez des patients qui n’avaient aucun problème rénal jusque-là.

“On retrouve le virus dans le rein”

“Il faut faire savoir que cette maladie n’affecte pas seulement les poumons, mais aussi d’autres organes”, explique le Dr Brad Rovin, directeur du département de néphrologie à l'université d'État de l'Ohio, dans une interview accordée à RFI le 13 avril.

“On retrouve le virus dans le rein, il existe plusieurs publications scientifiques à ce sujet. Dans de nombreux cas, ces patients, qui n’avaient jamais eu de maladie du rein avant, développent de graves lésions rénales”. Certes peu fréquentes, les complications rénales ne constituent pas moins une urgence médicale.

Cette complication peut déboucher sur une maladie rénale chronique

D’autant qu’elles peuvent ensuite perdurer, une fois le patient guérit du coronavirus. “En fonction de la gravité et de la durée de l’infection pendant leur combat contre le Covid-19, ces patients peuvent développer une insuffisance rénale chronique. [...] Même si l’on a encore beaucoup de choses à apprendre de ce virus, je pense que nous verrons les conséquences de cette maladie dans les services de néphrologie sur le long terme”, indique le médecin.

Pour rappel, “la lésion rénale aiguë est une détérioration rapide (en quelques jours ou semaines) de la capacité des reins à filtrer les déchets métaboliques du sang”, selon le manuel MSD. L’insuffisance rénale peut entraîner une insuffisance cardiaque et des taux élevés de potassium dans le sang.

Le Dr Rovin indique qu’une “étude chinoise montre que de nombreux patients ont des quantités notables de protéine et du sang dans les urines, ce qui suggère là encore, que le virus atteint directement le rein”.

Comment reconnaître une insuffisance rénale chronique ?

Durant les premières années, l'insuffisance rénale chronique évolue souvent de manière asymptomatique. Un des premiers signes de cette pathologie est l’hypertension artérielle, due à l’accumulation de sel dans les reins ou à un dérèglement hormonal. Une anémie peut également être observée, liée à la production insuffisante de l’hormone EPO. Le calcium et le phosphore sont aussi mal absorbés par l’organisme, ce qui entraîne des carences.

D’autres signes, moins caractéristiques, peuvent aussi se manifester : fatigue, somnolence, miction fréquente et douloureuse, pâleur, œdèmes, nausées et vomissements, perte de poids inexpliquée, perte d’appétit, maux de tête, troubles du sommeil, crampes, mal de dos…

Enfin, le coma urémique est le signe le plus sévère d’insuffisance rénale. Il survient lorsque les reins sont déjà sévèrement atteints, et se manifeste par des troubles neurologiques, des démangeaisons, d’une inflammation des glandes salivaires et de taux sanguins et urinaires anormaux.

Sources

Covid-19: «La maladie n’attaque pas que les poumons», prévient un spécialiste du rein, RFI, 13 avril 2019. 

Dépistage, symptômes, diagnostic et évolution de la maladie rénale chronique, Ameli.fr, 14 novembre 2019. 

Le traitement de la maladie rénale chronique, Ameli.fr, 14 novembre 2019. 

Réponses rapides dans le cadre du COVID-19 - Assurer la continuité de la prise en charge des patients ayant une maladie rénale chronique, Haute Autorité de Santé, 9 avril 2020. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.