Hypertension : suis-je plus vulnérable au coronavirus ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLe coronavirus peut être bénin, mais il peut prendre une tournure dramatique chez certains patients. En effet, selon les autorités de santé, les personnes victimes de maladies chroniques sont plus à risque que d’autres face aux Covid-19. Qu’en est-il des personnes hypertendues ? Doivent-elles redoubler de vigilance ? Le point avec le Pr Gérard Helft, cardiologue à l’Institut de Cardiologie de la Pitié-Salpêtrière, membre de la Fédération Française de Cardiologie.
Hypertension : suis-je plus vulnérable au coronavirus ?Istock
Sommaire

"Comme pour beaucoup de maladies infectieuses, les personnes souffrant de maladies chroniques, les personnes fumeuses ou fragiles présentent un risque plus élevé" pour le Covid-19, estime le gouvernement. Dans les cas les plus sérieux, le coronavirus peut entraîner le décès du patient. Le taux moyen de mortalité avoisinerait les 2,3 % pour ce virus.

En effet, si le Covid-19 peut être bénin, il peut aussi être très grave, prévient l’Organisation Mondiale de la Santé. "Un malade sur cinq doit être hospitalisé. Il est donc tout à fait normal de s’inquiéter des conséquences de la flambée de Covid-19 pour soi-même et pour ses proches", relaye l’OMS.

"Jusqu’à présent, les personnes âgées et les patients déjà atteints d’autres maladies (comme les maladies pulmonaires, le cancer, le diabète ou les cardiopathies) semblent être gravement atteintes plus souvent que les autres".

En effet, selon le gouvernement les personnes âgées (de plus de 70 ans), les personnes qui présentent des troubles respiratoires chroniques, qui souffrent d’obésité ou encore celles atteintes par un cancer sont considérées comme des personnes vulnérables, qui demandent une surveillance toute particulière. Mais qu’en est-il de l’hypertension? Touchant près de 10 millions de personnes en France, cette maladie figure parmi les premiers facteurs de risque de maladies cardio-vasculaires et d’accidents vasculaires cérébraux. À ce titre, les patients concernés devraient redoubler de vigilance en cette période marquée par le coronavirus. Explications.

L’hypertension artérielle ne prédispose pas au Covid-19…

Maladie typique des pays développés, l’hypertension artérielle accélère la fatigue du cœur en augmentant le travail du muscle cardiaque, qui va donc grossir, devenir moins performant et s’épuiser, surtout si elle n’est pas traitée et contrôlée.

L’hypertension n'entraîne pas de symptômes particuliers, si ce n’est quelques motifs d’alertes, comme les maux de tête, des vertiges, des troubles visuels ou des bourdonnements d’oreille.

"L’hypertension artérielle ne prédispose pas au Covid-19", affirment des experts du Centre d’Excellence Européen : Unité d’Hypertension Artérielle - Médecine Vasculaire – Centre de compétence des maladies vasculaires Rares et le service de Cardiologie : Rythmologie et Hypertension de l’Hôpital de la Timone. Une augmentation de la mortalité chez les hypertendus atteints de Covid-19 est observée, mais cette gravité pourrait être liée à l’âge plus élevé de ces patients", poursuivent-ils.

Hypertension : un taux de mortalité plus élevé en cas de coronavirus

De son côté, la Fédération Française de Cardiologie mentionne plusieurs études réalisées par des chercheurs chinois.

Parmi les personnes gravement atteintes par le coronavirus, 23,7 % souffrent d'hypertension selon une étude chinoise. "Cependant, ce chiffre n’est pas forcément supérieur à la prévalence de l'hypertension artérielle dans une population du même âge".

"À ce jour, l’hypertension artérielle non compliquée ne semble pas prédisposer à l’infection par le virus COVID-19, et il n’est pas démontré que l’HTA contrôlée soit un facteur de risque de forme grave d’infection par le virus COVID-19", souligne le Pr Gérard HELFT de l’Institut de Cardiologie de la Pitié-Salpêtrière, membre de la Fédération Française de Cardiologie.

"Le taux de mortalité est plus élevé (10,5%) parmi les personnes déjà affectées par une maladie cardio-vasculaire (insuffisance cardiaque, antécédents d'AVC ou d'infarctus du myocarde) alors qu'il tombe à moins de 1 % chez les personnes en bonne santé, relaye encore la Fédération. Par ailleurs, ces facteurs de risque augmentent avec l’âge". En effet, la mortalité par le coronavirus augmente considérablement avec l’âge.

La Fédération Française de Cardiologue conseille donc à toutes ces populations potentiellement plus fragiles de s’informer très régulièrement sur les recommandations officielles et d’appliquer les consignes publiées par les autorités françaises.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.