Covid-19 : les masques les plus inefficaces... et ceux qui marchent vraiment

Pour lutter contre le Covid-19, les masques faciaux font désormais partie intégrante de notre quotidien. Ils ont pour objectif de limiter la projection de postillons infectieux lors des déplacements des Français. En effet, les personnes asymptomatiques peuvent transmettre le coronavirus sans le savoir, juste en parlant. Les masques permettent donc de réduire la transmission, et ce, même pour les personnes ne présentant pas de symptômes.

La plupart d'entre vous porte des masques que l'on appelle "grand public". Il peut s'agir de masque jetables (utilisables une seule fois) ou en tissu, lavables et réutilisables.

Sans masque, les gouttelettes expulsées lors de la toux ou lorsque vous parlez peuvent parcourir jusqu'à 3,7 mètres. Or, avec un masque, cette distance est réduite à quelques centimètres dans le pire des cas.

Deux récentes études révèlent que certains masques en tissu fonctionneraient mieux que d'autres et seraient plus efficaces pour arrêter la propagation de gouttelettes potentiellement infectieuses. L'une est parue le 30 juin dans la revue Physics of Fluids ; l'autre a été publiée le 7 août dans la revue Science Advances

Masque en coton, bandana, masque conique : les chercheurs les ont testés sur des mannequins

"Bien qu'il y ait eu des études antérieures sur les performances des masques chirurgicaux, les données sur les masques à base de tissu, utilisés par la grande majorité du grand public, sont insuffisantes", expliquent les chercheurs de la première étude. Ces derniers ont étudié la toux et les éternuements émis par les humains pour déterminer quels matériaux permettent au mieux de freiner les jets respiratoires.

Pour simuler une toux, les chercheurs ont connecté la tête d'un mannequin à une machine à brouillard (qui crée une vapeur d'eau et de glycérine). Ils ont utilisé une pompe pour expulser la vapeur par la bouche du mannequin avant de visualiser les gouttelettes de vapeur à l'aide d'une "feuille laser" (créée en passant un pointeur laser vert à travers une tige cylindrique).

Les quintes de toux, simulées par un laser vert

Dans cette configuration, les quintes de toux simulées apparaissaient comme une vapeur verte rougeoyante et provenaient de la bouche du mannequin.

Les chercheurs ont ensuite testé l'efficacité de plusieurs types de masques grand public. Ils les ont placés sur la tête du mannequin déterminer comment ils bloquent les projections émises par la toux.

Parmi les masques testés, on note un masque fait maison, cousu avec deux couches de coton, un bandana conçu avec une seule couche de coton, un mouchoir en coton plié et un masque conique (type cône couvrant le nez et la bouche) non stérile vendu dans les pharmacies.

Une seconde étude conduite avec une vraie personne

L'étude plus récente, menée par des chercheurs de Durham, aux États-Unis, a comparé 14 masques, allant du masque chirurgical au masque en tissu, en passant par le masque tricoté ou le simple bandana. 

Un volontaire est entré dans une pièce noire, équipée d'une boîte, d'un laser, d'un objectif et d'un appareil photo de smartphone, d'abord à visage découvert, puis équipé de différents types de masques. À chaque fois, il a dû prononcer la phrase "stay healthy people", qui signifie "restez en bonne santé" et peut entraîner l'émission d'un certain nombre de postillons... 

Les scientifiques ont observé le nombre de micro-gouttelettes de salive en suspension dans l'air, après chaque prise de parole du sujet étudié, ce qui leur a permis de déterminer quels masques étaient les plus filtrants, et lesquels étaient, au contraire, moins efficaces.

Dans ce diaporama, nous faisons la liste des différents types de masques et détaillons leur efficacité. 

Schéma : passage des gouttelettes à travers les masques 

Une seconde étude conduite avec une vraie personne

© Science Advances

  • Sur l'axe horizontal : les différents types de masques.
  • Sur l'axe vertical : la quantité relative de gouttelettes qui traversent le masque. 

Masque : comment le laver ?

Pour que votre masque vous protège efficacement contre le Covid-19, certaines règles d’hygiène doivent impérativement être respectées. Si vous portez un masque jetable, celui-ci doit être mis à la poubelle, après chaque inutilisation. En outre, si vous avez choisi de porter un masque en tissu (que vous avez fabriqué ou acheté), vous devrez le laver après 4 heures d’utilisation.

Un lavage en machine avec une lessive adaptée (sans adoucissant) à 60° pendant 30 min est conseillé. Ensuite, le séchage complet du masque barrière doit être réalisé dans un délai inférieur à deux heures après la sortie de lavage. Puis, une fois le lavage réalisé, il vous est possible de réutiliser le masque, s’il est en tissu.

Le tour de cou : c'est pire que ne rien mettre !

1/11
Covid-19 : les masques les plus inefficaces... et ceux qui marchent vraiment

Vous utilisez un tour de cou en guise de masque ? Mauvaise idée ! L'étude conduite par les chercheurs de Durham révèle qu'en parlant à travers ce tissu, les plus grosses gouttelettes sont dispersées en une multitude de gouttelettes plus fines, et donc plus susceptibles de rester en suspension dans l'air et de se déplacer dans une pièce. Le résultat est donc pire que sans masque du tout. 

Le bandana monocouche : peu efficace

2/11
Covid-19 : les masques les plus inefficaces... et ceux qui marchent vraiment

Le bandana monocouche (une seule couche de coton) fabriqué à partir d'un T-shirt s'avère peu efficace en tant que masque, selon les chercheurs. Des gouttelettes ont traversé le "masque" et ont parcouru plus d'un mètre lors des tests des scientifiques.

Attention, vous êtes nombreux à vous servir de votre écharpe ou d'un bandana pour vous protéger du Covid-19. Ces derniers ne peuvent remplacer le masque et ne protège pas du virus. Ils filtrent uniquement les grosses particules de poussière et le pollen.  

Le masque tricoté

3/11
Covid-19 : les masques les plus inefficaces... et ceux qui marchent vraiment

Le masque tricoté est le troisième plus mauvais élève, derrière le bandana et le tour de cou. Les mailles sont, en effet, trop larges pour filtrer correctement les postillons. 

Le masque en coton plissé monocouche

4/11
Covid-19 : les masques les plus inefficaces... et ceux qui marchent vraiment

Lorsqu'il ne possède qu'une seule couche de tissu, le masque en coton s'avère moins efficace pour filtrer les micro-gouttelettes de salive. 

Le mouchoir plié ne vous protège pas contre le Covid-19

5/11
Covid-19 : les masques les plus inefficaces... et ceux qui marchent vraiment

Vous êtes nombreux à avoir utilisé un mouchoir pour concevoir votre masque. Là encore, les chercheurs déconseille cette pratique. Des gouttelettes ont été expulsées et ont parcouru près d'un demi mètre !

Le masque FFP2 avec valve protège mal les autres

6/11
Covid-19 : les masques les plus inefficaces... et ceux qui marchent vraiment

Si le masque FFP2 classique est très efficace dans les deux sens, ce n'est pas le cas de son cousin qui possède une valve facilitant la respiration du porteur. Certes, il est plus agréable à porter, mais il laisse passer un flux d'air important vers l'extérieur, et peut donc diminuer la protection des personnes qui vous entourent. 

Le masque conique : il fonctionne bien selon les chercheurs

7/11
Covid-19 : les masques les plus inefficaces... et ceux qui marchent vraiment

Le masque conique a bien fonctionné, selon les chercheurs. Les gouttelettes ne se sont pas propagées à plus de 20 cm du visage.

Il s'agit d'un masque en forme de coque ou de muselière fabriqué à partir d'une couche épaisse de polypropylène de couleur blanche ou bleue.

Le masque en coton 2 couches : meilleur élève du "fait maison"

8/11
Covid-19 : les masques les plus inefficaces... et ceux qui marchent vraiment

Le masque de coton, plissé ou non, avec ses multiples couches et sa coupe ajustée, est le masque en tissu qui réduit le plus la propagation des gouttelettes, "bien qu'il y ait eu une fuite au sommet du masque entre le nez et le tissu", notent les chercheurs. Lorsque le mannequin portait ce masque, les gouttelettes ne se déplaçaient que d'environ 1 centimètre vers l'avant du visage. 

Le masque FFP2 ou N95 : le plus efficace, toutes catégories !

9/11
Covid-19 : les masques les plus inefficaces... et ceux qui marchent vraiment

L'expérience menée par les chercheurs de Durham, aux Etats-Unis, révèle que le masque FFP2 - ou son équivalent américain, le N95 - est l'option la plus efficace pour filtrer les gouttelettes de salive... à condition que celui-ci ne contienne pas de valve, comme nous vous l'expliquons dans une des diapositives précédentes. 

Le masque chirurgical, très efficace aussi

10/11
Covid-19 : les masques les plus inefficaces... et ceux qui marchent vraiment

D’après cette même étude, c’est le deuxième plus efficace, derrière le masque FFP2 sans valve. 

Sans masque, les projections parcourent plus de 3 m en 50 seconde !

11/11
Covid-19 : les masques les plus inefficaces... et ceux qui marchent vraiment

Les chercheurs ont constaté que sans masque les projections sécrétées par les toux simulées ont parcouru jusqu'à 3,6 mètres en 50 secondes.

C'est pourquoi contre le Covid-19, l’Académie de médecine prône la généralisation du masque dans l’espace public. 

Sources

Visualiser l'efficacité des masques faciaux pour obstruer les jets respiratoires, AIP, 30 juin 2020.

Low-cost measurement of facemask efficacy for filtering expelled droplets during speech, Science Advances, 7 août 2020. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.