Les surexpositions au soleil avant l'âge de 15 ans constituent le principal facteur de risque de cancers de la peau, soutient la Ligue contre le Cancer. À ce jour, plus de 80% des cancers de la peau sont liés à des expositions excessives aux rayonnements ultraviolets (UV) du soleil (CIRC, 2018).

"Les UVA et les UVB sont des génotoxiques sans effet de seuil : ils produisent ainsi des altérations de l’ADN pour des doses inférieures à celles déclenchant le signal d’alerte qu’est le coup de soleil", décrit le Centre de lutte contre le cancer Léon Bernard.

Si, en quantité modérée, le soleil est bénéfique pour la santé, une exposition excessive peut entrainer plusieurs risques pour sa santé, tels que des coups de soleil, un vieillissement prématuré de la peau, une photosensibilisation et la survenue de cancers de la peau et des lésions oculaires graves.

Or, sait-on à partir de quel stade un coup de soleil devient dangereux ? Combien de coup de soleil nous exposent aux risques de cancer de la peau ? Une étude scientifique parue dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention en 2014 estimait que cinq coups de soleil suffiraient à augmenter les risques de cancer de la peau à l'âge adulte.

5 coups de soleil suffiraient augmenter de 80 % le risque de cancer de la peau

Une étude américaine menée pendant 20 ans sur plus de 110.000 infirmières a démontré que 5 coups de soleil suffiraient à entraîner un vieillissement prématuré de la peau et, surtout, à augmenter de… 80 % le risque de cancer agressif de la peau.

Les chercheurs du Brigham and Women’s Hospital, de la Harvard Medical School qui ont mené la recherche se sont basés sur plusieurs facteurs, à savoir : le nombre de grains de beauté des infirmières, les réactions au soleil durant leur enfance, la couleur de leurs cheveux, l'utilisation (ou non) des cabines UV, les antécédents familiaux de mélanome, le tabagisme et la consommation d'alcool, l'IMC, le travail de nuit et le statut ménopausique.

Il s'agit de facteurs de risque déjà connus du cancer de la peau. Ce qui est ressorti de cette enquête, c'est le nombre de coups de soleil survenus entre l'âge de 15 et 20 ans. Les femmes qui ont subi 5 coups de soleil ou plus présenteraient un risque accru de 80 % de développer un mélanome, selon les chercheurs.

Dans le détail, les femmes ayant des antécédents de 5 coups de soleil et plus, entre les âges de 15 et 20 ans, (vs aucun) présentent un risque accru

  • de 80 % de mélanome ;
  • de 68% de carcinome basocellulaire développé ;
  • de 68% de carcinome épidermoïde développé.

"Cela va dépendre du phototype"

Le Dr Paul Dupont, dermatologue à Toulouse, nous rassure toutefois. "De toute manière cela va dépendre du phototype [catégorisation des types de peaux se basant sur la couleur (carnation) de la peau en association avec la couleur des yeux et des cheveux, ndlr]. Certes, on peut affirmer que le nombre de coups de soleil subi pendant l'enfance sera décisif sur les risques de contracter un cancer de la peau, mais parler de cinq coups de soleil me semble un peu exagéré, nous explique l'expert. Cela concerne surtout l'épithélioma baso cellulaire".

L'épithélioma ou carcinome basocellulaire est la tumeur épithéliale maligne la plus répandue. Elle représente 75% des cancers cutanés non mélaniques (qui ne sont pas des mélanomes). L'atteinte faciale représente entre 65% et 85% des cas.

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

Long-term Ultraviolet Flux, Other Potential Risk Factors, and Skin Cancer Risk: A Cohort Study, Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention, 2014

PRÉVENTION ET DÉPISTAGE, Soleil et cancer, Ligue contre le Cancer, 2019

Merci au Dr Paul Dupont, dermatologue à Toulouse et auteur de Soigner sa peau au naturel, éd. Eyrolles

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.