Ce phénomène qui n’est pas nouveau est en réalité une réaction du corps humain lors du passage de l’ombre à la lumière, vous ne pouvez-vous empêcher d'éternuer, et parfois plusieurs fois à la suite. Baptisée « ACHOO » par les scientifiques, cet acronyme, signifie en anglais « Autosomal dominant Compelling Helio-Ophthalmic Outburst », en français, on parle de réflexe photo-sternutatoire.

Eternuement au soleil : le nerf trijumeau en cause

Lorsque nos yeux sont touchés par la lumière, le signal est donné de la rétine au cerveau par le nerf optique. Or il est très proche d’un autre nerf crânien : le nerf trijumeau. Celui-ci présent sur l’ensemble du visage remplit plusieurs fonctions dont celle d’enclencher la production des larmes et de la salive mais surtout de transmettre des données sensorielles et sensitives de notre visage.
Le nerf trijumeau possède également des terminaisons au niveau de la muqueuse du nez : quand la poussière ou des bactéries y pénètrent, un signal du nerf trijumeau transmet l’information à notre cerveau qui active la fonction « éternuer ».

Une théorie a été mise en avant par les neurologues car ils pensent que ce réflexe serait lié à une sorte de court-circuit entre les deux nerfs dès lors que le nerf optique surstimulé par l’abondance de lumière interfère avec le nerf trijumeau, provoquant ainsi ce réflexe d’éternuement.

Comment diminuer les éternuements ?

Les lunettes de soleil comme premier rempart

Reste à savoir pourquoi certains souffrent de ce phénomène alors que d’autres non. La réponse la plus probable vient de l’hérédité. Si l’un des deux parents est sujet à ce réflexe, l’enfant a une chance sur deux de l’être aussi.
Pour prévenir ce désagrément, il faut simplement porter un chapeau ou des lunettes de soleil pour protéger les yeux de la lumière directe du soleil. Une protection encore plus forte pour les conducteurs de véhicules est essentielle puisqu’un éternuement au volant peut mener à un accident.

Ne pas se retenir d’éternuer

Autre danger, moins immédiat mais aussi présent, celui de se retenir d’éternuer, la fondation Alzheimer alerte sur le risque de se retenir trop souvent.
Lorsque vous maintenez un éternuement ou une envie de tousser, vous essayez de garder un flux d’air expulsé. Cela provoque une lourde augmentation de pression du nez, de la gorge, des yeux, du système vasculaire et de la boîte crânienne. Cette pression peut même abîmer des petits vaisseaux sanguins dans le cerveau. Un phénomène qui à la longue peut provoquer « la multiplication de microlésions qui contribuent à une baisse de notre capital-cerveau et qui peuvent à terme réduire la solidité de notre cerveau à l’apparition des premiers symptômes des maladies neurologiques.

Dès lors que vous avez envie d’éternuer, pensez donc à vous couvrir le nez et la bouche en appliquant les gestes barrières afin de vous protéger mais aussi de protéger les autres.

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.