Une étude menée par le National Health and Nutrition Examination Survey des États-Unis de 2007 à 2014 a montré que les survivants du cancer qui restaient inactifs et qui restaient assis plus de huit heures par jour étaient les plus à risque de mourir.

Cancer et inactivité : une association potentiellement dangereuse

“Les survivants du cancer qui n'ont pas respecté les directives d'activité physique pour les Américains (150 minutes par semaine d'activité physique de loisirs d'intensité modérée à vigoureuse), et qui restent assis plus de huit heures par jour ont un risque de décès plus de cinq fois supérieur de toutes les causes, cancéreuses et non cancéreuses”, a déclaré la chercheuse principale Lin Yang.

Cette dernière est chercheuse scientifique au département d'épidémiologie du cancer et de recherche sur la prévention du cancer de l'Alberta à Calgary, au Canada. Elle a tout de même précisé que : “il y a un besoin pour de futures investigations sur les relations causales entre le comportement sédentaire, l'activité physique et la survie après le cancer, ainsi que les mécanismes biologiques opérant ces relations”.

Pour cette étude, l'équipe de Yang a collecté des données sur plus de 1 500 survivants du cancer pendant. Sur ces 1 500 participants, près de 300 patients sont décédés. Selon Alpa Patel, vice-président senior des sciences de la population à l'American Cancer Society, “ce rapport continue de renforcer le message important d'être physiquement actif et d'essayer de limiter votre temps passé sédentaire, en particulier pendant vos loisirs.”

Cancer : éviter les récidives grâce au sport

Selon la Fondation pour la Recherche sur le Cancer : “la pratique d’une activité physique après le diagnostic d’un cancer du seindiminue de 24 % le risque de récidive, et de 28 % le risque de décès par cancer. Ce dernier est réduit de 39 % après diagnostic d’un cancer colorectal.”

Ainsi, de plus en plus de médecins préconisent aux survivants du cancer et à ceux qui sont en traitement de faire de l’activité physique. En effet, mieux vaut limiter les activités sédentaires et pratiquer au moins 5 jours par semaine au minimum 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée comparable à la marche rapide. D’ailleurs, la HAS (Haute Autorité de Santé) reconnaît depuis 2011 l’activité physique comme une option thérapeutique non médicamenteuse, justifiant ainsi son intégration dans le parcours de soins des personnes atteintes d’un cancer.

Quelle activité physique après le cancer ?

Avant de se lancer dans une activité physique, il est recommandé d’en parler avec son médecin afin qu'il puisse vous guider sur la meilleure option selon votre profil. Sachez aussi que la Fédération d’Éducation Physique et de Gymnastique volontaire (entre autres) propose des programmes spécialement conçus pour les survivants du cancer. Grâce à des professionnels formés, vous pouvez bénéficier d’un programme comme :

  • 2 séances en salle de type gymnastique douce avec du renforcement musculaire, du travail cardio-respiratoire, de l'équilibre, de la souplesse, de la coordination et pour finir chaque séance, des étirements et de la relaxation ;
  • 1 séance en extérieur de type marche collective où sont travaillées les notions de respiration, d'attitude de marche, d'allure et d'intensité ainsi que de gestion de l'effort.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Sources

https://medicalxpress.com/news/2022-01-worse-outcomes-cancer-survivors.html

https://www.fondation-arc.org/facteurs-risque-cancer/activite-physique-sport

https://ffepgv.fr/programme/univers-sante/cancer

mots-clés : Cancer
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.