AVC : fruits, légumes, fibres et œufs ne vous protègent pas toujours !

Une grande étude européenne vient de démontrer des associations intrigantes entre votre alimentation et votre santé cardiaque. Contre toute attente, les chercheurs pointent du doigt…les œufs ! Ces derniers pourraient être associés au risque d’AVC hémorragique. Quant aux fruits et légumes, ils vous protègeraient uniquement des AVC ischémiques. Explications.
Sommaire

"L'accident vasculaire cérébral (AVC), plus communément appelé attaque cérébrale ou encore congestion cérébrale, est la troisième cause de mortalité en France, deuxième cause de démence et la première cause de handicap", présente la Fédération Française de Cardiologie.

L’AVC génère chaque année 32 650 décès en France, soit un toutes les quatre minutes. Jusqu’à présent, la plupart des études ayant analysé l’association entre alimentation et AVC ne font pas la distinction entre les différents types d’accidents vasculaires cérébraux. Pourtant, tous les AVC ne sont pas dus au même phénomène.

AVC : 85 % sont ischémiques et 15 % sont hémorragiques

Environ 85 % des AVC sont ischémiques (insuffisance d'apport de sang et d'oxygène au cerveau) et les 1 5 % restant sont hémorragiques (causés par un saignement dans le cerveau). Dans les deux cas de figure, l’hygiène de vie (tabac, régime alimentaire, sommeil…) joue un rôle non négligeable. Or, selon une nouvelle enquête publié ce lundi au sein du European Heart Journal, les aliments ne seraient pas tous liés à chaque type d’AVC.

L’étude a été menée sur plus de 418 000 personnes issues de 9 pays et a clairement distingué les AVC ischémiques des AVC hémorragiques pour déterminer les facteurs de risques provenant de l’alimentation.

"Notre étude souligne l'importance d'examiner les sous-types d'AVC séparément, car les associations alimentaires diffèrent pour les AVC ischémiques et hémorragiques, et est cohérente avec d'autres preuves, qui montrent que d'autres facteurs de risque, tels que le taux de cholestérol ou l'obésité, influencent également les deux AVC", introduit le Dr Tammy Tong, premier auteur de l’étude et épidémiologiste nutritionnel au Nuffield Department of Population Health, Université d'Oxford (Royaume-Uni).

AVC ischémique ou hémorragique : quelle différence ?

Un AVC ischémique survient lorsqu'un caillot de sang obstrue une artère du cerveau et bloque la circulation sanguine. Ce phénomène, appelé aussi infarctus cérébral, prive ainsi votre cerveau de sang et d’oxygène, ce qui mène à l’accident vasculaire cérébral.

"L’occlusion peut se former directement dans les toutes petites artères, ce qui est fréquent chez les hypertendus et les diabétiques", précise la Fédération Française de Cardiologie.

Par ailleurs, un AVC hémorragique survient lorsqu'il y a un saignement dans le cerveau qui endommage les cellules voisines. La principale cause de l'hémorragie cérébrale est l'hypertension artérielle. Elle cause des lésions progressives sur les petits vaisseaux qui finissent par se rompre.

Fruits, légumes et fibres ne protègent pas de tous les AVC

"Le résultat le plus important est qu'une consommation plus élevée de fibres alimentaires et de fruits et légumes était fortement associée à des risques plus faibles d'AVC ischémique, ce qui soutient les directives européennes actuelles. Le grand public devrait donc augmenter sa consommation de fibres et de fruits et légumes", relève le Dr Tong.

10 grammes de fibre chaque jour diminue de 23 % le risque d’AVC ischémique

Un apport de 10 grammes de fibres par jour serait associé à une réduction de 23 % du risque d’AVC ischémique, "ce qui équivaut à environ deux cas de moins pour 1000 habitants sur dix ans", indique l’étude. Quant aux fruits et légumes, il faudrait en consommer 200 grammes par jours pour réduire de 13 % le risque d’AVC ischémique.

À titre indicatif, deux tranches épaisses de pain grillé complet correspondent à 6,6 grammes de fibres, une portion de brocoli (environ huit têtes) fournit environ 3 grammes de fibres et une pomme non pelée offrirait 1,2 grammes de fibres.

Les fibres ne vous protègent pas des AVC hémorragiques

Or, si l’étude a pu démontrer que les fruits, légumes, fibres, lait et fromages étaient liés à un risque plus faible d’AVC ischémique, il n’en est rien pour les AVC hémorragiques. Ces aliments ne préviennent donc pas tous les accidents vasculaires cérébraux.

> Sommeil - Comment bien dormir malgré le confinement ?

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

L'AVC, Fédération Française de Cardiologie

Study of 418,000 Europeans finds different foods linked to different types of stroke, EurekAlert!, 23 février 2020