Avoir fait des études supérieures joue-t-il dans le risque de démence ? Une nouvelle étude publiée le 4 mars dernier dans la revue Neurology suggère en tout cas que les personnes qui ont un diplôme universitaire et savent le mieux s’exprimer à l'écrit seraient moins susceptibles de développer une démence. Le niveau de diplôme et les qualités linguistiques permettraient même de lutter contre la démence et de la retarder si on est touché par le déclin cognitif.

Pour rappel, le déficit cognitif léger est un stade précoce de la perte de mémoire, qui se caractérise par plusieurs signes tels que des trous de mémoire et des problèmes de réflexion. Bien que les personnes atteintes soient plus susceptibles de développer une démence que celles qui n'ont pas ces pertes de mémoire précoces, certaines peuvent donc améliorer leurs fonctions cérébrales et lutter contre la démence.

Démence : l'éducation et les compétences linguistiques peuvent la prédire

"Bien que de nombreuses personnes supposent que si elles développent une déficience cognitive légère, elles vont inévitablement évoluer vers la démence, nous avons trouvé des preuves encourageantes que ce n'est pas le cas", a en effet déclaré l'auteure de l'étude, Suzanne Tyas, professeure en sciences de la santé publique à l'université de Waterloo, dans l'Ontario, au Canada. Selon l'étude, l'éducation et les compétences linguistiques peuvent aider à prédire qui va développer une démence et qui ne le fera pas.

En pratique, pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont analysé les données de 619 religieuses catholiques américaines, âgées de 75 ans et plus, obtenues dans le cadre d'une étude sur le vieillissement et la maladie d'Alzheimer. Les religieuses ont passé des tests de mémoire et d'autres aptitudes mentales pendant 12 ans ou jusqu'au moment de leur décès.

Résultat, Au total, 472 femmes ont reçu un diagnostic de déclin cognitif léger au cours de l'étude, et environ un tiers d'entre elles (143) ont retrouvé leur niveau de mémoire normal au moins une fois au cours d'une période moyenne de 8,5 ans après le diagnostic. Près de 84% de ces 143 religieuses n'ont même jamais développé de démence.

Mémoire : 2 fois plus de chances de la retrouver en ayant une licence

Les chercheurs ont noté que les participantes à l’étude qui avaient obtenu une licence (Bac +3) avaient plus de deux fois plus de chances de retrouver leur mémoire que celles qui n'avaient fait que des études primaires ou secondaires. Selon les travaux, les religieuses qui avaient une maîtrise ou une formation plus poussée avaient même encore plus de chances de retrouver leurs capacités de réflexion normales après un diagnostic de déclin cognitif.

Les résultats sont également rassurants pour les personnes n'ayant pas un niveau d'éducation aussi élevé. En effet, il n’y a pas que le niveau d’étude qui entre en compte, les capacités linguistiques à l’oral et à l’écrit sont aussi importantes. Selon les chercheurs, les compétences linguistiques, y compris celles qui se traduisent par de bonnes notes en français ou de solides compétences rédactionnelles, protègent également contre la démence.

Démence : savoir bien écrire réduit aussi les risques

Les personnes qui avaient de bonnes notes en anglais (langue native des participantes à l'étude), mais pas dans d'autres matières avaient presque deux fois plus de chances d’améliorer leurs capacités cérébrales après un déclin cognitif que de développer une démence. Qui plus est, les participants ayant de solides compétences en écriture avaient quatre fois plus de chances d'améliorer leurs capacités cognitives que d'évoluer vers la démence. La capacité à écrire de manière complexe et soutenue a en effet un véritable rôle.

“Cet effet était encore plus fort pour ceux dont l'écriture utilisait une structure grammaticale complexe”, a en effet précisé Suzanne Tyas. Il n'y a donc pas d'âge pour apprendre et reprendre ses études, bien au contraire.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Cognitive Reserve and Mild Cognitive Impairment: Predictors and Rates of Reversion to Intact Cognition vs Progression to Dementia, Neurology, 4 mars 2022.

https://n.neurology.org/content/early/2022/02/04/WNL.0000000000200051

More Evidence That Education May Protect Against Dementia, US News, 8 mars 2022.

https://www.usnews.com/news/health-news/articles/2022-03-08/more-evidence-that-education-may-protect-against-dementia

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.