Votre santé bucco-dentaire est-elle un moyen de vous préserver de la démence ? En tout cas selon une étude publiée dans la revue Jamda, les adultes ayant perdu des dents auraient plus de risques de développer des troubles cognitifs et d'être frappés de démence. Des chercheurs de l'université de New York ont mené une méta-analyse de 14 études incluant plus de 34 000 adultes, parmi lesquels plus de 4 500 présentaient une fonction cognitive altérée. Résultat, les personnes ayant perdu au moins une dent avaient 1,48 fois plus de risque de présenter des troubles cognitifs et 1,28 fois plus de risque de démence.

Démence : un risque accru de 1,1% à chaque dent perdue

Selon le Daily Mail, qui relaie l'étude, en allant plus loin dans leurs recherches, les scientifiques ont même découvert que le risque de démence était lié au nombre de dents perdues. En effet, chaque dent perdue supplémentaire est associée à un risque de démence accru de 1,4% de développer des troubles cognitifs et de 1,1% de risque accru de démence. Selon Xiang Qi, doctorant à NYU Meyers et auteur principal de l'article, "cette relation entre le nombre de dents manquantes et le risque de diminution de la fonction cognitive renforce considérablement les preuves liant la perte des dents aux troubles cognitifs et fournit des preuves que la perte des dents peut prédire le déclin cognitif". À l'inverse, une bonne santé bucco-dentaire, y compris les prothèses dentaires, peut protéger contre le déclin cognitif selon les chercheurs. En effet, les adultes ayant perdu des dents sont plus susceptibles de souffrir de troubles cognitifs s'ils n'ont pas de prothèses (23,8%), par rapport à ceux qui en portent (16,9 %).

Des bactéries buccales pathogènes en cause ?

"Nos résultats soulignent l’importance de maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire notamment afin de préserver la fonction cognitive", concluent les auteurs. Si la raison de ce lien de cause à effet entre perte dentaire et risque de démence n'est pas avérée, les chercheurs ont plusieurs théories à ce sujet. Ils suggèrent que cela pourrait être dû aux changements morphologiques qui se produisent lorsqu'une personne consomme des aliments sans dents, ou aux effets d'un changement d'apport nutritionnel lors de la consommation d'aliments sans dents. Selon le professeur Wu, "un mécanisme biologique possible de l'association est suggéré par l'exposition à des bactéries buccales pathogènes, telles que la Porphyromonas gingivalis". Selon l'auteur principal de l'étude, "cette bactérie produit des facteurs virulents, tels que l'endotoxine ou les gingipaïnes, qui exacerbent les dépôts de bêta-amyloïde et stimulent une réponse neuro-inflammatoire dans la microglie et les astrocytes, entraînant des changements pathologiques liés à la démence."

Les chercheurs de l'université de New York précisent également que les personnes atteintes de démence peuvent ensuite avoir des difficultés à maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire, ne faisant qu'empirer le problème. Un problème majeur quand on sait que près de 13% des personnes âgées de plus de 65 ans ont subi une perte complète de leurs dent s selon les Centres de prévention et de contrôle de maladies américains.

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore !

Sources

Dose-Response Meta-Analysis on Tooth Loss With the Risk of Cognitive Impairment and Dementia, JAMDA: The Journal of Post-Acute and Long-Term Care Medicine, 8 july 2021. 

https://www.jamda.com/article/S1525-8610(21)00473-4/fulltext

People who start losing their teeth are more likely to develop dementia, The Daily Mail, 8 july 2021. 

https://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-9769389/People-start-losing-teeth-likely-develop-DEMENTIA.html

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.