Aude : 38 enfants surexposés à l’arsenic dans la vallée de l'Orbiel

Fin juin 2019, des analyses ont révélé que 38 enfants avaient un taux d’arsenic supérieur à la moyenne. Tous ont en commun d’habiter dans la vallée de l’Orbiel dans l’Aude, près de l’ancienne mine d’arsenic de Salsigne. Associations et parents tirent la sonnette d’alarme.

Le chiffre fait froid dans le dos. Selon l’Agence régionale de santé d'Occitanie (ARS), plus d’une trentaine d’enfants, habitant dans la vallée de l’Orbiel dans l’Aude, ont des taux d’arsenic dans leur urine plus élevés que la dose maximale autorisée.

38 enfants âgés de 0 à 11 ans, contaminés à l'arsenic

Sur 103 enfants testés, 38 ont un taux d’arsenic par gramme de créatinine supérieur à 10 microgrammes par gramme, la valeur de référence. "Pour chacun de ces cas individuels, les résultats des prélèvements sont analysés par le médecin traitant en collaboration avec le médecin du Centre Antipoison et de Toxicovigilance d’Occitanie (CAPTV), qui détermine selon les cas le type de suivi médical et les recommandations à proposer.", explique dans son communiqué l’ARS.

Agés de 0 à 11 ans, les enfants contaminés résident près de l’ancienne mine de Salsigne, ex-première mine d'arsenic du monde. À l’arrêt depuis 2004, la mine a laissé derrière elle des millions de tonnes de déchets toxiques, répartis sur cinq sites des environs. C’est l’étanchéité de ces sites qui inquiète associations et riverains. Selon eux, le risque de pollution des sols est important. Le maire de Lastours, Max Brail, a confié à nos confrères de l'AFP redouter les inondations, comme celle qu'a connue le département en octobre 2018. "Tant qu'on n'éradique pas la cause, on ne traite pas les problèmes". Selon l'élu, "il faut déplacer" les déchets toxiques stockés, car, "dès qu'il pleut, cela alimente le ruisseau du bas. On le sait, et rien n'est fait".

L'ARS propose un accompagnement personnalisé à domicile

Selon l’Agence régionale de santé d'Occitanie, un seul prélèvement ne suffit pas à démontrer une exposition chronique. C’est pourquoi elle préconise aux personnes dont le taux d’arsenic est supérieur à 10 μg/g de faire un autre test. "Il est recommandé d’effectuer un prélèvement de contrôle 2 mois après avoir supprimé ou limité les sources d’exposition. En effet, un seul dosage ne peut montrer l’exposition au cours du temps", affirme l’établissement public administratif.

Si le deuxième test révèle un taux supérieur à la valeur de référence, l'Agence explique qu'elle proposera un suivi spécifique. "Les équipes de l’ARS proposeront aux familles qui le souhaitent un accompagnement personnalisé à domicile, pour préciser ces recommandations sanitaires en fonction de chaque environnement de vie", rassure l'établissement.

Un dispositif de surveillance médicale mis en place près des anciens sites miniers

Début juillet, l’Agence a lancé un dispositif spécifique de surveillance médicale. Ce dernier est proposé depuis le 8 juillet 2019 aux familles habitant près des anciens sites miniers de la Vallée. "Un dosage urinaire de l’arsenic doit être réalisé après examen clinique et prescription par le médecin traitant. Un questionnaire est également à remplir pour identifier les facteurs susceptibles de modifier les résultats (alimentation, mode de vie, comportement, heure du recueil, etc…)", détaille l’ARS qui insiste sur le fait qu’elle prend en charge les frais de ces analyses pour les femmes enceintes et les enfants.

Dans son communiqué, l’organisation souligne l’importance des recommandations sanitaires, disponibles sur son site mais aussi consultables sur le site de la Préfecture de l’Aude.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé l’arsenic et ses composés inorganiques "cancérogènes avérés pour l’homme".

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.