Attention aux antidépresseurs utilisés contre la démence. L'agitation est courante chez les personnes âgées atteintes de démence et affecte lourdement leur qualité de vie. Pour la soigner, les soins non médicamenteux centrés sur le patient constituent le traitement de première intention, mais d'autres traitements sont parfois nécessaires lorsque ces soins ne sont pas efficaces. Les médicaments peuvent ainsi constituer une alternative, et c’est notamment le cas des antidépresseurs. Problème, une étude publiée le 23 octobre dernier dans la revue The Lancet afin d’évaluer l'efficacité et l'innocuité de la mirtazapine, un antidépresseur prescrit pour l'agitation dans la démence. Alors que les preuves actuelles sont rares sur les alternatives plus sûres et efficaces aux antipsychotiques, les chercheurs de l’université de Plymouth, en Angleterre, ont démontré que cet antidépresseur noradrénergique et sérotoninergique spécifique n’offrait non seulement aucune amélioration de l’agitation, mais était surtout associée à une hausse de la mortalité par rapport à une absence totale d'intervention médicamenteuse.

7 décès dans le groupe ayant pris de la mirtazapine

En pratique, les chercheurs ont recruté 204 personnes possiblement atteintes de la maladie d'Alzheimer et ont donné à la moitié de la mirtazapine et un placebo à l'autre moitié. L'essai a été réalisé en double aveugle, ce qui signifie que ni le chercheur ni les participants ne savaient ce qu'ils prenaient. Les résultats ont montré qu'il n'y avait pas eu de réduction de l'agitation après 12 semaines de prescription et qu'il y avait eu sept décès dans le groupe s’étant vu prescrire de la mirtazapine lors de la 16e semaine de l’essai, contre un seul décès dans le groupe témoin la même semaine. Le chercheur principal, le professeur Sube Banerjee, doyen exécutif de la Faculté de la santé et professeur en démence à l'Université de Plymouth, a expliqué que la "façon la plus courante de gérer les symptômes de la démence n'est pas utile et pourrait même être préjudiciable". "Il est vraiment important que ces résultats soient pris en compte et que la mirtazapine ne soit plus utilisée pour traiter l'agitation chez les personnes atteintes de démence", assure le chercheur.

Le professeur Sube Banerjee rappelle que "la démence touche 46 millions de personnes dans le monde, un chiffre qui devrait doubler au cours des 20 prochaines années". Pour rappel, l'agitation est un symptôme courant de la démence, caractérisé par une activité verbale, vocale ou motrice inappropriée, et implique souvent une agression physique et verbale. Selon l’auteur principal de l’étude, "la mauvaise qualité de vie est causée par des problèmes comme l'agitation et nous devons trouver des moyens d'aider les personnes touchées". "Cette étude a ajouté des informations importantes à la base de données probantes, et nous sommes impatients d'étudier d'autres traitements qui pourraient aider à améliorer la qualité de vie des gens", conclut-il.

La sertraline ne réduit pas plus les symptômes que le placebo

Selon le Dr Patrick Lemoine, psychiatre et docteur en neurosciences, dont les propos ont été rapportés par Medisite, de nombreuses études ont montré l’inefficacité des antidépresseurs dans le traitement de la dépression légère à modérée. Une étude antérieure publiée en septembre 2019 dans The Lancet Psychiatry avait démontré que la sertraline (Zoloft®) ne réduisait pas plus les symptômes de la dépression que le placebo, même si elle était plus efficace pour soigner l’anxiété. "En réalité, chaque fois que vous regardez les études - que ce soit sur le Prozac®, l’Effexor® et d’autres comme Zoloft® - lorsqu’on est dans un registre de dépression légère à modérée, on ne trouve pas de différence avec le placebo, ou presque", rappelle le médecin. "Deux tiers des études Prozac sont négatives, il ne faut pas l’oublier".

> Stupéfiant : des chercheurs américains ont découvert qu’une substance provenant du fond des océans est le carburant n°1 pour alimenter votre cerveau jusqu'à 90 ans et même au-delà.

Sources

Study of mirtazapine for agitated behaviours in dementia (SYMBAD): a randomised, double-blind, placebo-controlled trial, The Lancet, 23 octobre 2021. 

https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)01210-1/fulltext

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.