Sommaire

La mort subite du nourrisson est certainement l’un des pires cauchemars pour les jeunes parents, nombreux à écouter la respiration de leur bébé en train de dormir paisiblement. Mais comment peut-on expliquer ce décès soudain des nourrissons ?

Qu’est-ce que la mort subite du nourrisson ?

Le syndrome de mort subite du nourrisson, ou MSN, touche environ 300 nourrissons en France chaque année. Elle est caractérisée par le décès inattendu et inexpliqué d’un bébé entre 1 mois et 1 an.

Quand survient la mort subite du nourrisson ?

La mort subite du nourrisson est la cause la plus fréquente de décès pour les enfants de 2 semaines à 1 an. Selon l’Institut de veille sanitaire, elle survient cependant plus particulièrement entre les deuxième et quatrième mois du bébé. Les risques diminuent en effet drastiquement après le sixième mois. La MSN survient lors des périodes de sommeil quand le bébé, qui semble en bonne santé, s’arrête soudainement de respirer.

Quelles sont les causes de la MSN ?

Les causes du syndrome de mort subite du nourrisson restent inconnues même si elles semblent être liées à un dysfonctionnement des mécanismes neuronaux de contrôle cardiorespiratoire. La MSN reste un diagnostic d’élimination lorsque les investigations post-mortem ne permettent pas de déterminer une explication médicale au décès mais qu’il y a en revanche des signes précurseurs. On parle en revanche de mort subite inexpliquée du nourrisson (MSIN) quand le décès brutal du bébé survient de manière inattendue et ce sans signes explicatifs ou antécédents.

Quels sont les facteurs de risque ?

Si les causes précises ne sont pas connues, plusieurs facteurs de risques peuvent être pris en compte :

  • Une position de sommeil sur le ventre semble augmenter le risque de syndrome de mort subite du nourrisson
  • La présence d’une infection, comme un rhume, une grippe, une bronchiolite, des virus s’attaquant aux poumons, peut augmenter les risques.
  • L’hyperthermie, c’est-à-dire une augmentation de la température du nourrisson, peut être provoquée par une infection ou à cause d’un enfant trop couvert
  • Un reflux gastro-oesophagien peut être une cause probable lorsque celui-ci est mal toléré par le nourrisson.
  • L'hyperréflectivité vagale pourrait être responsable dans certains cas. Cela correspond à une exagération du ralentissement du coeur lors d’un stimulus digestif.
  • Les frères et soeurs d’enfants déjà décédés de ce syndrome ont 5 fois plus de risque d’en souffrir également. On ne sait cependant pas si le lien est génétique ou seulement environnemental. "Le monitorage à domicile et l’usage de matelas d’auto-surveillance visant à détecter les troubles respiratoires ou cardiaques n’est pas recommandé pour la fratrie d’enfants décédés de MSN", précise Benjamin Potencier, médecin généraliste à Lyon.

Les gestes pour bien préparer la chambre de bébé

L’environnement semble jouer un rôle important dans le cas de la mort subite du nourrisson. La rédaction vous livre ses conseils pour réduire les risques.

  • Votre nourrisson doit dormir sur une surface ferme

Que ce soit sa literie, sa poussette ou son siège auto, votre nourrisson doit dormir sur une surface ferme. Il faut éviter les matelas mous ou les coussins. Tous les équipements de bébé doivent également être aux normes de sécurité.

  • Pas de peluches ou d’oreillers dans son berceau

Le lit de votre enfant doit être le plus vide possible. Ne mettez pas de couvertures, de surmatelas, d’oreillers, de duvets ou de couettes. Un seul drap housse bien fixé est suffisant, ainsi qu’une gigoteuse (ou turbulette) si nécessaire. Évitez également de mettre des peluches ou un doudou dans son lit.

Ne mettez pas de cale-tête même si le bébé présente une plagiocéphalie (aplatissement de la tête). "Les conseils de prévention des déformations crâniennes positionnelles reposent sur le respect de la motricité libre, sur l’alternance des positionnements de la tête du nourrisson dans son lit mais aussi sur l’utilisation de tapis d’éveil et le portage parental", explique en effet à ce sujet le docteur Benjamin Potencier.

  • Ne fumez pas

Le tabagisme passif jouerait un rôle dans la mort subite du nourrisson. C’est l’occasion rêvée donc de vous motiver pour arrêter de fumer, d’autant que même si vous ne fumez pas à la maison, vos vêtements sont toujours imprégnés de la fumée de cigarette. Il est d’ailleurs recommandé d’arrêter la cigarette pendant votre grossesse.

  • Votre bébé doit éviter les coups de chaud

Il faut faire attention à préserver votre nourrisson de l’hyperthermie. Il ne faut donc pas qu’il soit trop couve rt, que sa tête reste nue et le visage dégagé. Votre bébé peut porter un pyjama ou une grenouillère. En hiver, vous pouvez lui ajouter un t-shirt en dessous, ou rajouter un gilet de laine. Il faut que la température de sa chambre reste entre 18 et 20 °C, en été comme en hiver. Si vous voyez que le front de votre nourrisson est en sueur, c’est qu’il a trop chaud. "Il est également essentiel de bien aérer la chambre et de laisser l’air circuler", précise le médecin généraliste.

  • Donner la tétine au bout d’un mois

Une étude américaine souligne que la tétine à partir de 4 semaines a un rôle bénéfique pour l’enfant lors de sa sieste ou sa nuit. L’objet sucé par le nourrisson l’empêche de suffoquer lorsqu’il se retrouverait sur le ventre, le visage face à son matelas. L’académie américaine de pédiatrie recommande même son utilisation.

Les astuces pour que votre bébé dorme en toute sécurité

Le positionnement de bébé au moment du coucher est également essentiel pour prévenir le risque de mort subite du nourrisson. La rédaction vous prodigue quelques astuces pour que votre nourrisson dorme en toute sécurité.

  • Votre bébé doit dormir sur le dos

Le taux de mort subite du nourrisson a baissé de 76% en 20 ans depuis que les pédiatres recommandent de coucher les tout-petits sur le dos et non sur le ventre. La position sur le ventre peut-être utilisée au moment du jeu pour que votre bébé apprenne à relever sa tête et à se retourner seul.

  • Votre nourrisson doit dormir dans votre chambre

Il est recommandé que le lit de bébé reste dans votre chambre pendant les six premiers mois de sa vie, voire pendant la première année. Il faut placer son lit à 1 mètre du vôtre. Cela vous permettra plus facilement de le surveiller et de réagir en cas de problème.

  • Le cododo à bannir

Le co-sleeping, populaire depuis le début des années 2000, a augmenté les risques de mort subite du nourrisson. Un parent peut en effet s’assoupir sur son nourrisson et l’étouffer. Une étude américaine souligne que le cododo est associé à des risques de chute, de manque d’oxygène, d’écrasement thoracique voire d’hyperthermie.

  • L’allaitement si possible

Des corrélations ont été prouvées entre l’allaitement maternel et la réduction des risques de mort subite du nourrisson. Benjamin Potencier nous explique pourquoi : "L’allaitement maternel jusqu’au 6e mois a un effet protecteur, qui est d’ailleurs majoré s’il est exclusif et si l’allaitement est prolongé au-delà de 6 mois".

> Sécurisez vos proches, votre patrimoine et vos revenus !

Sources

Merci beaucoup à Benjamin Potencier, médecin généraliste à Lyon. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.