Le choix entre allaitement et lait infantile peut parfois se révéler être un vrai casse-tête pour les jeunes mamans. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise solution et chacun femme doit faire en fonction de son expérience et de son ressenti. Pour vous accompagner, la rédaction vous aide à faire votre choix de façon éclairée.

Le lait maternel s'adapte aux besoins du bébé

Durant la grossesse, le corps de la future maman se prépare à nourrir l’enfant. Pour cela, il stocke les lipides et fabrique les hormones de l’allaitement et modifie la poitrine. La composition du lait maternel ensuite va varier au fil du temps. Les trois premiers jours, c’est ce qu’on appelle le colostrum. Il s’agit d’une substance produite durant le dernier trimestre de la grossesse et qui est progressivement remplacée par le lait maternel. En début de tétée, le lait est riche en eau et en sucre : cela permet de calmer la faim et la soif de bébé.

Au fur et à mesure de la tétée, le lait maternel devient riche en graisse et en protéines. Un des avantages de l’allaitement est que la composition qualitative et quantitative du lait s’adapte en permanence aux besoins du bébé et au fur et à mesure de sa croissance. La production de lait est dépendante de la succion.

Enfin, le lait maternel présente l'avantage, par rapport au lait artificiel, d'être un liquide vivant. Il s'adapte à votre bébé et à son évolution. Ainsi, si le bébé tombe malade, l’organisme de la maman produit des globules blancs et des anticorps supplémentaires qui passent dans le lait et luttent contre les infections.

L’OMS recommande d'ailleurs un allaitement exclusif jusqu’aux six mois de l’enfant. Après, l’allaitement se fait en complément d’une alimentation solide jusqu’à ses deux ans.

Lait infantile : quelle différence avec le lait maternel ?

Parfois, l’allaitement n’est pas possible ou pas voulu par la maman. Il existe pour cela des laits infantiles qui apportent au bébé tous les nutriments dont il a besoin. Le plus souvent, ils sont fabriqués à base de lait de vache. Il existe des variantes à base de lait de chèvre par exemple qui peuvent être une alternative pour les enfants intolérants au lait de vache. Chacun a une composition adaptée aux besoins nutritionnels des nourrissons, notamment au niveau des apports en protéines, lipides, glucides et vitamines.

Il existe trois principales catégories de lait infantile :

  • Le lait infantile 1er âge, de la naissance à 6 mois ;
  • Le lait infantile 2ème âge (ou lait de suite) entre 6 et 12 mois ;
  • Le lait de croissance à partir de 12 mois jusqu’à 3 ans.

Le lait maternel assure une alimentation la plus adaptée à l’enfant. Cependant, une alimentation au lait infantile fait tout aussi bien grandir et grossir le bébé. Pour faire le bon choix, il faut prendre le temps de se renseigner et surtout d’en parler à un professionnel de santé : pédiatre, sage-femme, etc. Le tout est de respecter scrupuleusement les indications de préparation et d’utilisation.

Pour bien choisir entre lait maternel et lait infantile, il faut s’écouter. Se sentir contrainte ou forcée n’est jamais la bonne solution. Il est également tout à fait possible d’alterner entre l’allaitement maternel et les biberons de lait artificiel pour nourrissons. Il est possible de choisir une solution intermédiaire avec l'allaitement mixte. On peut faire un allaitement mixte à n’importe quel moment, et il est parfois nécessaire dès le début de l’allaitement maternel en cas d'insuffisance de lait par exemple.

> Sécurisez vos proches, votre patrimoine et vos revenus !

Sources

Recommandations de l’OMS en matière d’alimentation du nourrisson.

https://apps.who.int/nutrition/topics/infantfeeding_recommendation/fr/index.html

Merci à Mylene Hoppe, sage-femme.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.